Jean-Michel Charlier, "L’Alexandre Dumas de la BD"

10 octobre 2013 9 commentaires
  • Quel roman que sa vie ! Scénariste de Buck Danny, de la Patrouille des Castors, de Blueberry, de Tanguy et Laverdure, de Barbe Rouge, de Marc Dacier, de Guy Lebleu... et de tant d'autres séries, fondateur du Journal de Pilote et de Super As, Jean-Michel Charlier (1924-1989) a été l'un des piliers de la bande dessinée belge. Gilles Ratier lui consacre une biographie.

On le représentait souvent face à un bureau bordélique, alors que celui de René Goscinny était ascétique et impeccable. On l’y voyait fumant un havane gros comme un barreau de chaise, la mine ravie, le ventre pantagruélique.

Et l’homme se résumait à cela : c’était un ogre du scénario dévorant la vie, la sienne et celles, imaginaires, des grands aventuriers de son temps, pour mieux la transformer en récits, tous plus extraordinaires que les autres. Il a à la fois prolongé et forgé le récit d’aventure classique, celui qu’il lisait dans son enfance : les histoires de pirates, d’aviateurs, de scouts, de cow-boys, d’espions... C’était le storyteller d’un monde en train d’accélérer vers la modernité, avec une inextinguible foi en l’avenir.

Jean-Michel Charlier, "L'Alexandre Dumas de la BD"
Quel parcours pour le jeune Liégeois royaliste lecteur de Zig & Puce !

Le titan était toujours à la marge, débordé, submergé de travail. "Quand tu refuses un boulot à Paris, me disait-il comme à d’autres, tu as le nom de les refuser tous." Alors, il les prenait tous, le cannibale, il ne refusait rien. Au bout d’une longue carrière, cela fait beaucoup, et des héros portés au rang de mythes : Buck Danny, le pilote américain au menton carré, Le Lieutenant Blueberry, cow boy forte tête, la sympathique tribu de la Patrouille des Castors, Le redoutable pirate des 7 mers Barbe Rouge, les représentants du Mirage IIIc de Dassault Tanguy et Laverdure, le fûté Marc Dacier, le coureur d’aventures Kim Devil, les biographies exemplaires de Surcouf ou de Mermoz,... Quelques-unes des pages les plus mémorables de la BD belge. Un cosmogonie, une mythologie.

Buck Danny, pur produit de la Guerre, avec Hubinon

Ses atouts ? Un sens aigu du fait saillant, symbolique ; une documentation gargantuesque ; et une capacité de s’entourer des meilleurs collaborateurs : Hubinon, Uderzo, Mitacq, Paape, Poïvet, Goscinny... Il est aux premières loges quand Troisfontaines présente Goscinny à Uderzo, quand ils se font virer de la World Press (il les rejoint, par solidarité), quand ils créent Pistolin et le Journal de Pilote. Il est de toutes ces aventures, quand il n’en est pas le promoteur comme dans son dernier baroud d’honneur avec Jack De Kezel dans la fondation de Zack/Super As pour le Groupe Springer.

Tanguy et Laverdure, avec Albert Uderzo et Jijé

Comme Goscinny, il ne reste pas enclavé dans les seules ornières de l’édition. Tanguy & Laverdure, comme Barbe Rouge, deviennent très vite des personnages de la radio, puis de la télévision. Il sera producteur et auteur de documentaires pour la TV, directeur d’une collection best-sellers de documents, les "Dossiers noirs". Il survolait son existence avec aisance, lui qui avait un brevet de pilote de ligne.

C’est cet homme là qu’évoque Gilles Ratier, un historien de la BD de bon rapport et dont les chroniques historiques animent aussi bien les colonnes de notre confrère BDZoom que les introductions savantes des intégrales pour Dupuis, tout en initiant des expositions à Angoulême, à Aubenas ou à Poitiers. Ratier, c’est un peu le Charlier des spécialistes de la BD.

Pour ses documentaires TV, il rencontre les plus grands réalisateurs d’Hollywood

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Jean-Michel Charlier vous raconte... Par Gilles Ratier - Ed. Le Castor Astral

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • ...trés comparable à l’ancienne biographie de Guy Vidal chez Dargaud..!?

    Répondre à ce message

  • Jean-Michel Charlier, "L’Alexandre Dumas de la BD"
    11 octobre 2013 09:00, par Alban Day-Scinnais

    Bonnne nouvelle que cet ouvrage sur l’auteur majeur qu’est Jean-Michel Charlier et qui merite nettement plus de bouquins sur son oeuvre

    quelques bémols au vue de la description de l’ouvrage sur le site :

    "800 documents rares ou inédits (...) complété[s] par une chronologie complète des œuvres de l’auteur" :

    > pour 320 pages ça fait une moyenne de 2,5 documents par page (dont certains, d’après les extraits vus, sont en pleine page), plus la longue liste d’ouvrages qu’il a écrit. Où reste-t-il de la place pour la biographie du génial scénariste ? Qu’y a-t-il comme contenu rédactionnel nouveau ?

    "Chacun des chapitres est ponctué par la retranscription écrite de passionnantes interviews audiovisuelles" :

    > si l’ouvrage consiste en partie à cela, je ne vois encore moins de valeur ajoutée (pour peu que les vidéo soit sur youtube ou dailymotion..)

    le principe de souscription préalable...

    > ...revient à de l’édition participative déguisée donc avec un risque quant à la date de parution voire la parution elle-même (ce qui semble avéré avec les dates de parution qui ne cessent d’être repoussées ; à moins d’un hommage à son légendaire retard ?) que n’assume ni l’auteur ni l’éditeur... et peut être pris comme un doute sur la diffusion du titre par les circuits plus classiques ce qui est d’autant plus surprenant vu la réputation (légitime) de son auteur

    "Supplément exclusif de plusieurs pages réservé aux 300 premiers souscripteurs" :

    > "plusieurs" ça commence bien à partir de 2, n’est-ce pas ? Pourquoi ne pas être précis ?

    Tous ces éléments font que non seulement je ne compte pas commander "L’ouvrage le plus complet jamais consacré à Jean-Michel Charlier" (très probablement parce que, injustement, il n’y en a quasiment pas) mais que, s’il, parait un jour en librairie je le feuilletterai plusieurs fois avant d’envisager de l’acheter.

    Répondre à ce message

    • Répondu par pol le 15 octobre 2013 à  08:07 :

      que voilà un réquisitoire bien à charge pour un ouvrage que vous n’avez pas encore vu, monsieur le procureur...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Alban Day-Scinnais le 15 octobre 2013 à  13:27 :

        J’en conviens, Maître, mais concerant le contenu (sur la forme puisque je ne peux effectivement avoir un avis sur le fond) les photos plaident en ma faveur.

        Sur les 4 pages présentées ici, le texte pourait tenir sur une seule. Pour la biographie d’un scénartiste la proportion me parait quelque peu déséquilibré. Par exemple, est-il nécessaire de mettre des photos de Charlier en pleine page comme cela semble se répèter ? Il s’agit quand même bien de sa biographie comme l’indique cet article.

        En fait mon ressenti est plus une inquiétude voire un regret qu’un ouvrage puisse paraître (enfin !!!) sur Jean-Michel Charlier et que le contenu ne soit pas à la hauteur.

        Donc wait and see

        Répondre à ce message

  • Les dossiers des intégrales Buck Danny sont réalisés par Patrick Gaumer.

    Répondre à ce message

  • Jean-Michel Charlier, "L’Alexandre Dumas de la BD"
    11 octobre 2013 17:19, par Fabrice

    Bonjour,
    Ne pas oublier François Defaye.

    Répondre à ce message

  • Jean-Michel Charlier, "L’Alexandre Dumas de la BD"
    12 octobre 2013 12:12, par la plume occulte

    Pourquoi limiter Charlier "en pilier de la bande dessinée belge":il est un pilier de la bande dessinée tout court.

    Un pilier à la très mauvaise mémoire d’après lui.Au point d’oublier les événements des épisodes précédents des séries qu’il écrivait.Et il en a écrit des histoires.Un conteur né.C’est d’ailleurs ainsi ,conteur, qu’il se considérait.Un conteur, pilier de la bande dessinée, qui a avoué,paradoxalement,ne pas en être un grand fan et ,ne pas vraiment l’apprécier.

    Lui,maître du découpage ,était gêné par les découpages particuliers de la BD dont il se lassait très vite.Même ses propres séries lui étaient insupportables à relire.Il se voyait aussi -modestie ou fausse modestie ?-comme un simple tâcheron du scénario qui n’utilisait que des grosses ficelles.Précisant quand même que ce qui compte :c’est la façon dont on les nouent !Cette sauce particulière qui fait passer le plus commun des plats.De ce point de vue c’était un grand chef.

    Pour cette bande dessinée qu’il n’appréciait pas vraiment l’homme avait quelques points de vues un poil réactionnaires.La BD pour lui n’était pas vraiment un art ;était un simple divertissement.Un divertissement qui devait se tenir à l’abris des messages.Son avis sur les jeunes auteurs peu avant son décès était pour le moins tranché,et il s’inquiétait déjà(à la fin des années 80) de la surproduction.

    Avec tout ce qui se passe aujourd’hui,en bien ou en mal : il doit pas mal se retourner dans sa tombe.

    Répondre à ce message

  • Jean-Michel Charlier, "L’Alexandre Dumas de la BD"
    14 octobre 2013 18:06, par la plume occulte

    J’ai retrouvé l’ entretien de Charlier fait par ce même Gilles Ratier ,auteur de l’ouvrage chroniqué,que je citais de mémoire.Il précise les propos énoncés plus haut dans les commentaires.Très très intéressant.Il y parle de la sclérose de la bande dessinée,développe des points de vues.Une belle mise en perspective :http://www.auracan.com/archives/161-jean-michel-charlier.html

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 15 octobre 2013 à  12:15 :

      Merci pour ce lien, cette interview est très intéressante. J’espère que nos jeunes lecteurs en prendront connaissance, cela leur permettra de voir ce que c’est qu’un professionnel éprouvé et talentueux.

      Répondre à ce message