Jean Van Hamme sacré à Reims

17 novembre 2009 4 commentaires
  • 40 ans de carrière, une multitude de séries phares, 23 millions d’albums vendus et toujours pas d’exposition à son nom ? Reims relève le défi avec « Jean Van Hamme, de bulles et d’aventures », une rétrospective dense et variée.

Oui, Reims aime les bulles, et ceux qui connaissent la région ne sont pas surpris. Ils savent que Jean-David Morvan et Sylvain Savoia, tous deux natifs de la ville, y ont créé l’atelier 510 TTC (composé en autres de Philippe Buchet, Christian Lerolle, Thomas Labourot et plus récemment de Benoît Bengal) et que Jean Solé et Benoît Sokal y vivent. Ils savent aussi que depuis 2004, les expositions touchant la BD sont monnaie courante dans la cité des Sacres, avec, originalité à souligner, une place importante dédiée aux scénaristes. Après les « régionaux de l’étape » cités plus haut, se sont succédés dans les salles de la médiathèque rémoise, Jean Dufaux, André-Paul Duchâteau et Frank Pé. Cette année, le tapis rouge est déroulé pour Jean Van Hamme, dont le foisonnement (Lady S., Rani, Blake et Mortimer et Epoxy sortent en novembre), le talent, la notoriété et l’influence ne sont plus à démontrer.

Jean Van Hamme sacré à Reims
Jean Van Hamme face à son portrait réalisé par Grzegorz Rosinski
(c) Thierry Lemaire

Van Hamme ayant réalisé l’immense majorité de ses albums chez Dargaud, Dupuis ou au Lombard, Media Participations avait mis les petits plats dans les grands pour le vernissage de l’exposition, vendredi dernier. Quasiment tous les dessinateurs concernés par cette rétrospective avaient en effet été invités pour l’occasion. Jean Van Hamme en maître de cérémonie, rôle qu’il endosse toujours avec gourmandise, présenta cette distribution de choix par ordre chronologique de ses rencontres professionnelles. Grzegorz Rosinski, William Vance, Francis Vallès, Christian Denayer, Ted Benoit, Philippe Aymond, Philippe Berthet et Chantal de Spiegeleer du côté des dessinateurs, Xavier Dorison et Didier Alcante du côté des scénaristes. Ne manquaient à l’appel que Dany, Philippe Francq et Jean Giraud pour compléter l’exceptionnel portrait de famille des complices artistiques de Jean Van Hamme.

Les compagnons de la BD : Benoit, Berthet, Vance, Van Hamme, Rosinski, Aymond, Alcante, Denayer et Vallès
(c) Thierry Lemaire

La visite de l’exposition se plaça également sous la direction du « héros » de la journée, qui eut bien du mal à canaliser la troupe des journalistes qui le suivait. Au programme, un accrochage de 200 originaux sur quatre niveaux, avec à chaque étage un thème différent tiré de son abondante bibliographie : Des histoires sans héros, Réécrire les mythes, Aventuriers et aventurières et Le mystère XIII. Une exposition variée, tant du point de vue des séries (Thorgal, XIII, Largo Winch, Lady S., Wayne Shelton, Les maîtres de l’orge, etc.) et des styles des dessinateurs que des objets ponctuant la visite. La part belle étant faite aux planches originales évidemment, mais pas seulement. L’accrochage aborde en effet toutes les étapes du processus créatif, depuis le découpage écrit jusqu’à la planche colorisée, en passant par le story-board et le crayonné. Et l’accent est mis sur le travail du scénariste avec des documents éclairants (les différents synopsis, les inspirations littéraires), rares (le manuscrit du roman Largo Winch) ou drôles (la liste dactylographiée d’un bon nombre d’interjections utilisées dans Blake et Mortimer, par tous les diables !) tirés de la collection personnelle de Jean Van Hamme.

Exemple de présentation des étapes du processus créatif avec une planche de Lady S.
(c) Thierry Lemaire
Le manuscrit du roman Largo Winch
(c) Thierry Lemaire

A noter enfin quelques pièces exceptionnelles qui raviront les passionnés. Comme les deux planches « test » de Rosinski, exécutées en une nuit sur un scénario de Van Hamme. Ce dernier, impressionné par l’originalité du trait et le sens des cadrages du jeune Polonais, courut chez le Lombard pour y proposer son nouvel acolyte. Et comment ne pas parler non plus d’une autre planche « test », celle de John Prentice (successeur d’Alex Raymond sur la série Rip Kirby) qui réalise en 1973 un essai pour… Largo Winch. Une longue visite en perspective donc pour cette exposition qui serpente entre les rayonnages de la médiathèque. Et une belle évocation de la carrière de ce serviteur du thriller et de l’aventure.

Samedi 14 novembre après-midi, Grzegorz Rosinski, Didier Alcante, Francis Vallès, Philippe Aymond, Ted Benoît et Chantal De Spiegeleer ont participé successivement, aux côtés de Jean Van Hamme, a une rencontre publique animée par notre collaborateur Laurent Boileau. Durant ces entretiens, Jean Van Hamme, très à l’aise sur scène, a avoué avoir envie d’écrire une nouvelle aventure de Blake et Mortimer après La Malédiction des trente deniers. Présent dans la salle, Yves Schlirf, directeur éditorial chez Dargaud, sembla ravi de la nouvelle.

La planche de John Prentice
(c) Thierry Lemaire
Rosinski dans la salle consacrée à Thorgal et au Chninkel
(c) Thierry Lemaire
La salle XIII
(c) Thierry Lemaire

(par Thierry Lemaire)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

"Jean Van Hamme, de bulles et d’aventures"
du 9 novembre au 10 janvier,
médiathèque Jean Falala,
2 rue des Fuseliers, Reims.
Entrée libre

 
Participez à la discussion
4 Messages :