José Muñoz, Grand Prix d’Angoulême 2007 !

28 janvier 2007 6 commentaires
  • L’Académie des Grands Prix du 34ème Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême a élu le dessinateur argentin José Muñoz Président de la prochaine édition du Festival. Cette distinction récompense un artiste intègre internationalement reconnu pour son talent et qui a fait l’essentiel de sa carrière en France.
José Muñoz, Grand Prix d'Angoulême 2007 !
Alack Sinner : L’Affaire USA - Casterman

Né à Buenos Aires en 1942, il a été l’élève du grand dessinateur Alberto Breccia, professeur (avec Hugo Pratt) à la Escuela Panamericana de Arte de Buenos Aires. Du premier, il hérite un talent caractéristique et novateur, notamment dans l’utilisation du noir et blanc ; du second, une forme de narration qui renouvelle les codes de la bande dessinée, en s’adressant en particulier à un public adulte. Contraint de fuir la dictature, il vient habiter en Europe, successivement en Angleterre, où il rejoint son ami Oscar Zarate puis l’Espagne, où il rencontre Carlos Sampayo qui sera longtemps son scénariste, enfin l’Italie où il se fait connaître dans le mensuel Linus avant d’être publié en France dans Charlie Mensuel et enfin dans (A Suivre).

Retour de Flammes (avec Daniel Picoully), Casterman.

La caractéristique du travail de Muñoz est sa parfaite maîtrise du noir et du blanc couplée à un propos politique humaniste radical qui se nourrit de la blessure de l’exil. Voici quelques années, lors de la grande rétrospective qui lui avait été consacrée à Charleroi [1], José Muñoz nous racontait la terreur que lui inspirait la société argentine d’alors : « Je regarde cet écroulement bancaire ambigu, lourd de conséquences, ce pays qui chute face à une expérimentation économique extrême. Il y a eu ces dernières trente années, en Argentine, une sorte de dictature économique libérale qui aboutit à cette dépression qui s’accompagne d’une dépréciation de l’individu, et qui se traduit par une absence de respect de l’autre, comme si le monde était une entreprise sauvage où le but de chacun est de voler son voisin.

Dans les Bars (avec Carlos Sampayo), Ed. Casterman.

Ce « paradis libéral » est arrivé à un point d’écroulement, un tel état de défragmentation, que je me sens comme dépossédé de mon souvenir et la situation actuelle est aussi angoissante qu’une histoire d’Œsterheld dessinée par Breccia, à la sauce Borges : on en arrive à l’idée confuse que tout ce qui est de l’ordre du souvenir est une invention de son imagination. »

C’est avec Alack Sinner et Le Bar à Joe (Casterman) que José Muñoz et son scénariste Carlos Sampayo accèdent à la notoriété. Ce polar dont l’influence se fait sentir jusque dans les œuvres de Frank Miller, est une critique cinglante de la société américaine, décrivant une faune d’exilés clandestins, un récit impitoyable dont les lumières crues contrastent avec de massives taches noires oppressantes.

Le Polar et le Jazz sont d’ailleurs les deux constantes thématiques de cet artiste incomparable. José Muñoz collabore avec quelques-unes des meilleures plumes du Roman noir parmi lesquelles Jérôme Charyn et Daniel Picouly. On lui doit aussi une biographie romancée de la chanteuse de Jazz Billie Holiday.

Sous l’oeil attendri de son prédécesseur, Lewis Trondheim, Muñoz arrive dimanche après-midi à l’Hôtel de Ville d’Angoulême.
Photo : Arnaud Claes

Outre Frank Miller déjà cité, José Muñoz est le maître à dessiner d’une nouvelle génération d’artistes comme l’Italien Lorenzo Mattotti, l’Anglais Dave McKean ou encore des Français comme Edmond Baudoin ou Frédéric Bézian.

Devant les caméras de télévision et les photographes, le président du Festival Francis Groux annonce le Grand Prix 2007. A ses côtés, Benoît Mouchart, Directeur artistique du Festival et José Muñoz.
Photo : Arnaud Claes

Quand il pratique la couleur, Muñoz se montre également sculpteur de lumière, dans des aquarelles et des gouaches aux nuances subtiles et ouatées (La Pampa y Buenos Aires, Futuropolis). Cela tombe bien, on pourra en admirer quelques-unes dans la grande exposition rétrospective qui ouvrira prochainement ses portes à Louvain, en Belgique [2]

Une belle page d’Alack Sinner (avec Carlos Sampayo). (c) Casterman.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

En médaillon : José Muñoz. Photo : D. Pasamonik.

[1Muñoz/Breccia, L’Argentine en noir & blanc, 2002.

[2Muñoz, luces y Sombra. Renseignements : www.beeldbeeld.be.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Il était TEMPS !!!

    Répondre à ce message

    • Répondu par Bailly le 29 janvier 2007 à  17:09 :

      Mais quelle aberration de le dissocier de Sampayo !
      C’est absurde et triste de nier une telle complicité créatrice.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 30 janvier 2007 à  07:52 :

        Messieurs les Grand-prix, dans les mots "bande dessinée" il n’y a pas que "dessinée" ! Quand donc comprendrez-vous cela ?
        Monsieur Sampayo, vous êtes indispensable à notre art et votre éviction est simplement scandaleuse.

        Répondre à ce message

  • José Muñoz, Grand Prix d’Angoulême 2007 !
    28 janvier 2007 16:55, par S. BUCH

    On pourrait penser à une sorte de compromis entre la nouvelle vague (largement primée cette année dans la catégorie des albums) et le "classicisme de l’école franco-belge" (honteusement décrié) ou encore les auteurs best-sellers qui peuvent facilement se passer de ce genre de distinction. Il n’en est rien : José Munoz méritait cet honneur depuis tant d’années déjà et je me réjouis de cette reconnaissance tardive qui, je l’espère pour lui, l’encouragera à poursuivre son oeuvre avec la rigueur que nous lui connaissons et lui donnera l’occasion d’élargir encore le cercle de ses lecteurs. Ce 28 janvier 2007 est décidément un beau et grand jour !!

    Répondre à ce message

  • José Muñoz, Grand Prix d’Angoulême 2007 !
    28 janvier 2007 18:40, par PPV

    Enfin ! Incroyable que cela ne lui soit pas arrivé avant !!!! Une belle consécration, méritée ! J’approuve !

    Répondre à ce message

  • enfin le festival redevient sérieux. voilà un grand prix mérité ! Ce choix fait certainement l’unanimité.

    Répondre à ce message