L’Esprit de Lewis T. 1– Par Bertrand Santini et Lionel Richerand - Soleil

10 novembre 2017 0 commentaire
  • Premier acte d'un dyptique, "L’Esprit de Lewis" relate la rencontre entre un jeune écrivain et un fantôme amnésique. Un conte sombrement romantique sur l’amour et sur l’art, servi par un style graphique inspiré.

Après le décès de sa mère, Lewis Pharamon hérite de la totalité des domaines de sa famille. Contre toute attente, il laisse la majeure partie de son héritage à ses sœurs pour ne garder qu’un manoir sur l’île de Childwickbury, où il se rend sans tarder, accompagné de sa chienne Tania, afin de se replonger dans les souvenirs tendres de son enfance.

Il espère également y dénicher l’inspiration nécessaire pour l’écriture de son premier roman qu’il rêve de publier. Sur place, si Lewis retrouve ses repères auprès de sa bienveillante servante Martha, les idées, elles, tardent à venir, mettant le jeune homme dans un état de découragement total. Bientôt, des phénomènes étranges se manifestent autour de lui. Lewis finit par découvrir qui en est la cause, à savoir, le fantôme d’une femme nommée Sarah hantant les lieux et dont il va s’éprendre.

Bertrand Santini aime les fantômes. Après son magnifique roman jeunesse Hugo de la nuit, il récidive dans le macabre poétique avec cette bande dessinée dont l’atmosphère n’est pas sans rappeler celle émanant des récits d’Edgar Allan Poe.

Sur fond de fantastique, il conte la romance entre deux êtres égarés qui vont devenir l’un pour l’autre la petite lumière d’espoir qui les guidera vers une forme de délivrance. Oscillant entre humour et horreur, il nous gratifie de dialogues savoureux et de moments d’angoisse forte, pouvant provoquer chez le lecteur un sentiment de malaise.

L’époque où se déroulent les évènements offre un cadre idéal, puisqu’il y a vu émerger et se développer un certains intérêt pour le spiritisme. Lui-même amateur de ces pratiques occultes, Lewis se plongera dans la lecture du Codex Mortis pour aider Sarah, dont l’amnésie l’empêche de connaître la raison et les circonstance de sa mort. De son côté, le fantôme apportera à l’écrivain toute l’inspiration dont il a besoin pour l’élaboration de son roman.

L'Esprit de Lewis T. 1– Par Bertrand Santini et Lionel Richerand - Soleil
Derniers adieux et profonde solitude
L’esprit de Lewis © Bertrand Santini & Lionel Richerand / Soleil

Le dessin de Lionel Richerand est en parfaite adéquation avec le caractère gothique du récit. L’ambiance toute anglaise est très bien évoquée, facilitant l’immersion. On savoure le soin apporté aux costumes, ainsi qu’à l’architecture. Le goût du détail de Lionel Richerand fascine, car il arrive à donner une réelle densité aux décors, aussi bien intérieurs qu’extérieurs, sans sombrer dans la saturation qui risquerait d’accabler les lecteurs. Par la maitrise de son trait à la fois vif et élégant, il excelle dans la retranscription des émotions. Le personnage de Lewis, affublé de grands yeux d’enfant, ainsi que Sarah, sont particulièrement expressifs. Et que dire du bestiaire qui logent dans les recoins du manoir !

Son expérience dans le domaine de l’animation en tant que réalisateur lui ayant apporté les techniques de narration efficaces, sa mise en page se révèle sans faille, sans pour autant délaisser le dynamisme. Ainsi, sur une double page précédant la première rencontre avec le fantôme, la lecture en boustrophédon retranscrit aussi bien la chute de Lewis d’un monde vers un autre qu’elle symbolise son sentiment de vertige.

Ajoutons à cela la qualité de l’objet-livre en lui-même, dont la couverture ornée de dorure se rapproche du style Art Nouveau. Une œuvre captivante, à la fois tendre et cruelle, dont nous attendons avec beaucoup d’enthousiasme le second et dernier tome.

(par Tahani Biernat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

L’Esprit de Lewis T1. Par Bertrand Santini et Lionel Richerand. Editions Soleil, collection "Métamorphose". Sortie de le 18 octobre 2017. 72 pages. 16,95 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?