L’Esprit du camp, T. 1 – Par Michel Falardeau – Lounak

17 juillet 2017 0 commentaire
  • L’auteur québécois Michel Falardeau récidive cet été avec « L’Esprit du camp », chronique décapante et peu glamour de la vie en colonie de vacances sur fond de nostalgie musicale. Un album coup de cœur pour se replonger dans les années 1990.

On connaissait surtout l’auteur québécois Michel Falardeau pour son excellent « French kiss 1986 » (Glénat), récit de vacances au cours desquelles une bande d’enfants se livre une guerre de pirates (ou croisement BD entre la « Guerre des tuques [1] » et les « Goonies »). Le voici de retour avec une nouvelle histoire tout aussi nostalgique.

L'Esprit du camp, T. 1 – Par Michel Falardeau – Lounak
L’Esprit du camp, T. 1, par Michel Falardeau, Lounak. Couleur : Cab.
Image : Lounak.

En juillet 1994, quelques mois après la mort de Kurt Cobain, Élodie Larivière, 17 ans, est envoyée au Camp du Lac à l’ours pour y travailler comme monitrice. L’adolescente taciturne se traîne les pieds : celle-ci se serait bien passée de ce boulot ingrat imposé par sa mère. La voici désormais à la tête d’un groupe d’enfants survoltés, entourée de collègues peu aimables et d’un directeur complètement déjanté.

Rapidement dépassée par les événements, Élodie pourra heureusement compter sur l’aide de Catherine, monitrice aguerrie et généreuse, pour lui apprendre les rudiments du métier et pour l’initier à la vie en communauté. Or, un mystère plane sur le Camp du Lac à l’ours : une étrange lueur bleue apparaît la nuit, le directeur agit de manière louche et une ancienne légende raconte qu’un esprit maléfique règne sur la forêt. Des forces occultes seraient-elles à l’œuvre ?

L’Esprit du camp, T. 1, par Michel Falardeau, Lounak. Couleur : Cab.
Image : Lounak.

Si la prémisse de l’album annonce un récit aux accents surnaturels, L’Esprit du camp demeure avant tout une BD humoristique. Avec son ton cinglant et ses répliques bien envoyées, ce portrait grinçant des colonies de vacances n’a rien du roman d’apprentissage sentimental (pensons, par exemple, à Paul a un travail d’été de Michel Rabagliati).

Aussi, après la conclusion confuse et quelque peu décevante du Domaine Grisloire, Michel Falardeau nous revient en force avec un scénario bien ficelé et des dialogues parfaitement rythmés. De même, les lecteurs reconnaîtront aisément son dessin particulièrement expressif, rehaussé par les couleurs de Cab (Caroline Breault). Avec la fin énigmatique du premier tome, on attend impatiemment la seconde moitié de ce diptyque.

(par Marianne St-Jacques)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Commander cet ouvrage chez Amazon ou à la FNAC

À lire également sur ActuaBD.com :

- Le Domaine Grisloire, T1 : « If only everything » - Par Michel Falardeau – Glénat Québec
- French kiss 1986 – Par Michel Falardeau – Glénat

[1Film culte québécois réalisé par André Melançon et sorti en 1984 : au cours des vacances de Noël, un groupe d’enfants décide de jouer à la guerre à l’aide d’épées et de boules de neige. L’équipe victorieuse doit s’emparer d’un immense fort de neige pour remporter un trésor.

  Un commentaire ?