La Crypte Tonique n°2 : Flower power et ultra violence

25 janvier 2012 0 commentaire
  • Le magazine de la Crypte Tonique, sanctuaire bruxellois de l'image en général et de la bande dessinée en particulier, paraît pour la troisième fois. Au programme : "Flower Power et ultra violence", ou le portrait érudit des prémices d'une décennie d'action où les héros s’appelaient Archie Cash, Inspecteur Harry ou le Justicier.

Oubliez votre image d’Épinal de la librairie plan plan où vous attendent sagement empilés les best sellers du moment. A la Crypte Tonique, chaque trimestre, c’est ravalement de façade. Le projet du dessinateur et réalisateur de dessin animé Philippe Capart est ainsi fait : à chaque nouvelle parution du magazine du magasin, la Crypte se pare de nouveaux atours. Les étagères sont alors garnies de périodiques, livres anciens ou albums précieux dont on parle dans le magazine.

La Crypte Tonique n°2 : Flower power et ultra violence
Les prémisces d’une décennie d’action sont décryptés.

Dans un éditorial en forme de confidence, Capart revient sur la découverte incroyable (pour un gamin ayant grandi dans une banlieue verte digne de Boule & Bill) des bandes dessinées musclées et transpirantes qui fleurissent alors dans les journaux Tintin et Spirou. On saisit mieux le titre délicieusement provocateur de ce nouveau numéro : Flower power et ultra violence.

Avant de signer Malik, William Taï s’illustrait comme peintre animalier
Ici, un coq réalisé à l’époque d’Archie Cash

Pour comprendre cette cohabitation paradoxale, la rédaction se penche sur les personnalités de William Taï dit Malik, Jean-Marie Brouyère et Thierry Martens. Le parcours de ces trois artisans de la BD d’action des années 1970 est remis dans son contexte, avec une foule de documents étonnants (les premiers pas de Malik comme peintre animalier sont saisissants) et de textes remarquablement documentés. En parallèle, un article du journaliste Alain Lorfèvre [1] nous brosse le portrait du cinéma hollywoodien de la décennie, d’Easy Rider à Charles Bronson. La messe est dite : « (…) le peace and love cède sa place au Death Wish. »

La Crypte Tonique est une aubaine pour les curieux de l’image, comme la Cinémathèque peut l’être pour les chercheurs de pellicule. Riches en contributions écrites ou dessinées (pour ce numéro 2, Alec Severin a réalisé un Idiorama mi-hippie, mi-militaire), le magazine du magasin fait un formidable pied de nez à la mode et au marché pour assouvir une passion, celle des images qui ont marqué de manière indélébile ses contributeurs.

Ce petit temple de la bande dessinée, à deux pas de la Gare centrale de Bruxelles, mérite d’être visité.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Le magazine est disponible (au prix de 8€) à La Crypte Tonique, 16 galerie Bortier à 1000 Bruxelles (Du mardi au samedi, de 12h à 19 h).

VOIR EN LIGNE : LACRYPTETONIQUE.COM

Tel : + 32 (0) 2 514 14 92

Lire la chronique du n°0

[1Auteur d’une remarquable monographie consacrée à Vincent Patar & Stéphane Aubier, sur laquelle nous reviendrons dans les prochains jours.

  Un commentaire ?