La Grande aventure de Concombre T1 - par Gigi D. G. - Gallimard BD

23 juillet 2018 0 commentaire
  • Un royaume en danger, un oracle, une épée magique : tous les ingrédients sont réunis pour que l’apprenti-magicien Concombre devienne un héros légendaire. Encore faudrait-il qu’il le souhaite...

Le rêve du jeune Concombre va se réaliser : il a enfin été accepté dans une école de magie ! Mais la veille du départ, il reçoit une lettre de son père lui demandant de contrer les plans de la maléfique reine Cordélia et de devenir ainsi un héros légendaire. Le problème, c’est que Concombre n’a vraiment pas l’âme d’un chevalier. Sa petite sœur Amande est prête à le remplacer, mais les aventures, ce n’est pas pour les filles…
Encouragé, ou plutôt forcé par sa mère, Concombre se retrouve sur la route du château de Cakeville. N’ayant aucune expérience de combat, il est en bien mauvaise posture lorsqu’Amande, faisant fi des préjugés, vole à son secours.

La Grande aventure de Concombre T1 - par Gigi D. G. - Gallimard BD
Un complot à déjouer

Cette aventure épique entend bien prendre à contre-pied les clichés du conte de fées. Le pragmatique Concombre n’a aucune envie de sauver le monde et laisserait volontiers sa place à sa petite sœur. Celle-ci brûle de vivre des aventures, elle est même prête à donner un petit coup de pouce aux méchants pour pimenter un peu l’action. Surtout, aucun des deux ne comprend pourquoi on leur répète qu’une fille, la cadette de surcroît, ne pourrait pas devenir une héroïne légendaire. Le détournement des codes est permanent et sert de ressort comique, les personnages n’hésitant pas à dénoncer l’absurdité du schéma narratif.

Cependant ce systématisme devient agaçant au bout d’un moment, d’autant plus que le détournement des codes du conte de fées n’est plus très original aujourd’hui. Pour ne citer que quelques exemples américains, Jeff Smith a amorcé cette remise en question avec la série Bone dès les années 90 et dans les années 2000 la série Fables par Bill Willlingham opère un délicieux désenchantement des contes de fées de notre enfance, pour un public plus âgé, certes. Mais même les Studios Disney se sont attaqués au sexisme dans les contes de fées avec Brave (Rebelle) en 2012 puis l’inévitable Frozen (La Reine des Neige) en 2013, c’est dire !

Un héros pas très motivé

Malgré tout, l’histoire reste plaisante et tire son charme du dessin coloré de Gigi D.G. Cette autrice américaine a travaillé dans l’animation et le jeu vidéo et s’en inspire à bon escient pour créer l’univers de ce premier album. La lecture est fluide grâce aux dessins lisibles et à la mise en page dynamique. Quelques détails trahissent des influences nippones, comme l’imitation des trames de manga pour les fonds, ou les boules de cristal à rassembler (8 ici au lieu de 7) pour invoquer un être fantastique. Les graphismes tiennent de l’esthétique kawaii, tandis que les décors du royaume de Cakeville, faits de friandises occidentales, rappellent le conte Hansel et Gretel. Comme dans un jeu vidéo RPG, chaque protagoniste possède sa fiche de personnage avec ses stats et une mini-biographie.

Le tout forme un mélange aux couleurs réjouissantes, destiné à un jeune public de moins de 10 ans, qui apprendra peut-être à jouer avec les codes avec cette lecture.

(par Lise LAMARCHE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La Grande aventure de Concombre - Tome 1 : Le Royaume du donut. Par Gigi D.G.
Traduction de l’anglais par Olivier Perez.
184 pages, 16 x 24 cm, 18 €. Sortie le 14 juin 2018.

Commander La Grande aventure de Concombre T1 chez Amazon ou à la FNAC.

  Un commentaire ?