La médiathèque de Nérac devient la « Médiathèque Yves Chaland »

1er octobre 2017 1 commentaire
  • Pour les dix ans des Rencontres Chaland, la ville de Nérac a décidé de donner le nom d’Yves Chaland à la médiathèque de la ville. Une consécration pour une petite manifestation conduite avec détermination par Isabelle Beaumenay-Chaland et une poignée de bénévoles.

Nérac, c’est une petite ville de 7000 habitants située en Lot et Garonne (Région Nouvelle Aquitaine) à la frontière des Landes. Une petite cité charmanté où ont résidé Marguerite d’Angoulême, Jeanne d’Albret, Henri IV, Sully, qui la font entrer un moment au cœur de l’histoire de France au moment où la ville devient un bastion huguenot. Plus tard, le baron Hausmann y fera ses débuts de sous-préfet, Georges Sand y résidera tandis que le Président du Conseil Armand Fallières en était le député tout en devenant un des premiers souscripteurs de la petite revue auto-éditée par Alain Saint-Ogan à l’âge de douze ans, Le Journal des Deux Mondes.

Toutes ces personnalités pouvaient prétendre à prendre le nom de la médiathèque. On peut y rajouter un natif de Nérac : Michel Polnareff. «  Mais il demandait de l’argent », entend-on. Restait Yves Chaland, né à… Lyon en 1957, en raison d’une brève résidence de ses parents dans cette ville mais dont toute la famille est originaire de cette région du Sud-Ouest.

La médiathèque de Nérac devient la « Médiathèque Yves Chaland »
Le maire de Nérac, Nicolas Lacombe, crée la surprise en annonçant le baptème de la "Médiathèque Yves Chaland"

Les Rencontres Chaland

En 2007, pour marquer les 50 ans de la naissance d’Yves Chaland, son épouse Isabelle Beaumenay-Chaland, décide de créer un événement de bande dessinée autour d’un noyau dur d’amis de l’artiste : Ted Benoît, François Avril, Jean-Claude Götting, Madeleine De Mille, Jacques Terpant, Loustal, Jean-Luc Fromental, Serge Clerc… Le lieu devient rapidement un « rendez-vous de la Ligne claire » attirant des artistes internationaux comme Joost Swarte, Zep ou Charles Burns. Et cette année le grandissimo Lorenzo Mattotti.

Au bout de dix ans, ce sont huit mille personnes qui se réunissent chaque année sous la bannière du créateur de Bob Fish, du Jeune Albert, d’Adolphus Claar et de Freddy Lombard, dont le groupe passionné "Les Amis de Freddy". Avec à la clé des concerts dessinés : cette année c’est Mathieu Boogaerts, David Prudhomme et François Olislaeger qui ont fait salle comble deux jours de suite avec leur spectacle « Regarde-moi mieux ».

Le concert dessiné avec Matthieu Boogaerts, David Prudhomme et François Olislaeger a fait par deux fois salle comble.

Signatures, projections de films, conférences, rencontres d’auteurs (Stanislas, Laureline Mattiussi, Christian Cailleaux, Jean-Philippe Peyraud, Jason, Ugo Bienvenu, Thierry Murat, Miles Hymans, Lucie Durbiano, Frédéric Poincelet, Philippe Petit-Roulet…) , ateliers, démonstrations numérique et "flash-mob bande dessinée" sont au rendez-vous de cette manifestation paisible passée au soleil ce week-end avant qu’un bref épisode nuageux ne vienne rappeler que nous sommes en automne.

Flash Mob bande dessinée face à la toute nouvelle "Médiathèque Yves Chaland"

Les Rencontres Chaland, c’est aussi deux prix : le prix Jeune Albert décerné cette année à Olivia Vieweg pour Huck Finn (Ed. Glénat) et aux Espagnols Damian & Alex Fuentes pour Gen Pet T.1 (Ed. Ankama).

Damian & Alex Fuentes reçoivent les prix "Petit Albert 2017". Un trophée scupté par Stéphane Saint-Emett.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • C’est amplement mérité ! Chaland entame sa reconnaissance officielle dans sa ville d’enfance. Cette belle et sympathique médiathèque prend alors un peu l’allure d’une sorte de "Musée de la ligne claire"ce qui est une très jolie idée. Chaland mériterait aussi une statue au centre de la place Rouppe à Bruxelles pour témoigner de la vitalité qu’il a su apporter à cette ville en la rendant attractive à une époque où elle ronronnait comme un vieux matou de province dont personne ne voulait dans ses bandes dessinées. La place Rouppe, qui fut le siège des éditions Magic-strip dont Chaland était l’égérie (d’ailleurs un très beau mur "jeune Albert" n’est pas loin de là), placée entre la gare du midi et la grand Place (en passant par la rue du Lombard) serait un beau lieu pour la reconnaissance internationale du père de Freddy Lombard.

    Répondre à ce message