La rentrée des galeries 2018 : Art contemporain et multiples

11 septembre 2018 0 commentaire
  • Crepax ou Midam à Bruxelles, Bilal ou Mickey à Paris, la BD est de plus en plus présente en galeries, tandis que s’esquissent des stratégies de conquête de nouveaux publics, notamment celui de l’art contemporain.

Tandis que la galerie Champaka à Bruxelles joue la valeur sûre en mettant en avant 37 planches de Guido Crepax (1933-2003), icône des « Sexties », dont seulement 15 sont à vendre (mais à un prix croquignolet…) et confortée par des « hommages » d’auteurs contemporains au maître italien, et ceci jusqu’au 29 septembre, la Galerie 9e Art à Paris explore de nouveaux univers avec Vincenzo Cucca, le dessinateur de Colonisation (Ed. Glénat) jusqu’au 22 septembre 2018.

La rentrée des galeries 2018 : Art contemporain et multiples
L’hommage de Loustal à Crepax à la Galerie Champaka
Vincenzo Cucca à la Galerie 9e Art

L’orfèvre de l’érotisme des sixties et le visionnaire des mondes futurs sont italiens, ce qui montre à quel point le marché de l’original de bande dessinée s’est mondialisé, Hergé se vendant à Dallas, Tezuka à Paris…

Autre rentrée, celle d’Enki Bilal à la Galerie Barbier Mathon à Paris avec ses « Graphites in progress  », une suite d’esquisses et de croquis à la mine de plomb qui traduisent ce moment de pure créativité où la main est le prolongement de l’esprit de l’artiste. Ce rendez-vous sera aussi l’occasion de découvrir la 1ère sculpture d’Enki Bilal : URS.

Enfin, à l’occasion de la sortie du tome 4 du Château des étoiles aux Éditions Rue de Sèvres, la Galerie Daniel Maghen, expose son dessinateur Alex Alice dans une vaste exposition « théâtralisée », du 20 au 23 septembre à l’Espace Commines, un lieu où l’on avait vu naguère une rétrospective Vance, et du 26 septembre au 6 octobre à la Galerie Daniel Maghen (36 rue du Louvre, Paris 1er).

Une mine de plomb de Bilal à la Galerie Barbier & Mathon
Alex Alice à la Galerie Maghen

BD et art contemporain

Mais les deux événements qui marquent la rentrée, ce sont d’abord l’ouverture de la nouvelle Galerie Huberty-Breyne à Bruxelles et l’exposition Mickey is Art à la Galerie Glénat à Paris.

Déjà présente à Paris, la Galerie Huberty-Breyne ouvre un nouvel espace de 1000 m², 33 Place du Châtelain à Ixelles. Elle accueille Midam, l’auteur de Kid Paddle (Glénat) jusqu’au 13 octobre 2018 prochain. Un espace magnifique, dépouillé, où l’auteur de Game Over a produit plein d’illustrations inédites spécialement pour cet événement.

Midam à la galerie Huberty-Breyne

Défendant depuis plusieurs années cette convergence, Alain Huberty et Marc Breyne martèlent leur punchline : «  BD = art contemporain ». On voit aussi bien comment fonctionne leur programmation : elle s’appuie sur un auteur (Midam), une actualité (L’Art de mourir de Berthet) et un « back catalogue », un stock de planches qui se comptent par centaines, celui de la galerie belge étant un des mieux garnis du continent. Il y en a évidemment pour tous les prix. Avec le Centre Belge de la Bande Dessinée, le futur Musée Geluck et le futur lieu de la Fondation Boon, et la Fête de la BD dont la nouvelle édition s’ouvre cette semaine, tout se met en place pour que Bruxelles soit « The Place to be » de la bande dessinée européenne.

L’autre événement de la rentrée est sans conteste l’exposition de la Galerie Glénat « Mickey is Art ». Là encore, nous sommes dans une démarche de convergence de la bande dessinée avec l’art contemporain, un effacement des frontières entre « high art » et « low art ». On connaît l’activisme de Jacques Glénat pour développer la licence Disney en y amenant les signatures les plus prestigieuses comme Cosey ou Loisel par exemple. L’initiative de la Galerie Glénat va dans le même sens : demander à des artistes contemporains de se saisir des personnages de Disney et de « faire œuvre ». La démarche n’est pas nouvelle, on l’a déjà vue chez Andy Warhol, Roy Lichtenstein et Erró des les années 1960, mais la démarche offre des images jouissives et étonnantes.

Mickey is art à la Galerie Glénat

L’art du multiple

Ce qui se remarque, par ailleurs, c’est que ce ne sont plus seulement des originaux qui figurent au mur. Ce sont de plus en plus des multiples : lithos, sérigraphies, voire monotypes. L’avantage ? Le prix est moins élevé et l’image n’est pas moins belle. « Depuis plusieurs années j’entends autour de moi des salariés, des jeunes, des collaborateurs, des étudiants qui aimeraient avoir des œuvres d’art sur leurs murs mais qui n’en ont pas les moyens, raconte le collectionneur Michel-Edouard Leclerc.

En créant MEL Publisher, je souhaitais rendre l’art et les artistes que j’aime accessibles à tous. L’estampe est une œuvre d’art exceptionnelle tant par les techniques rares et anciennes qu’elle nécessite, que par la collaboration étroite entre les artistes et les artisans. Tirées à quelques exemplaires, elles deviennent accessibles, permettant de nouveau à l’art de rentrer dans tous des foyers. »

Michel-Édouard Leclerc et Lorenzo Mattotti à l’atelier Idem, Paris
Photo DR

Avec Lucas Hureau, il a mis en production quelques 70 estampes signées des plus grands artistes de la BD : Blain, Druillet, Crécy, Mattotti, mais aussi des artistes contemporains comme Di Rosa ou Monory, Ernest Pignon-Ernest… dans un esprit de « décloisonnement » qui rejoint celui de la galerie Huberty-Breyne. Ces estampes, à quelques exemplaires numérotés et signés seulement, seront exposées et mises en vente à prix fixe chez Artcurial du 17 au 22 septembre prochains, au profit de de la recherche sur la maladie d’Alzheimer.

Décidément, pour les galeristes également, la rentrée est chargée !

Une magnifique estampe de Mattotti pour MEL Publishing

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

-  SEXTIES DE CREPAX à la Galerie Champaka, jusqu’au 29 septembre 2018
PLUS D’INFO SUR LE SITE DE LA GALERIE
-  COLONISATIONS de VINCENZO CUCCA à la Galerie 9e Art, jusqu’au 22 septembre 2018
PLUS D’INFO SUR LE SITE DE LA GALERIE
-  GRAPHITE IN PROGRESS DE BILAL, à la galerie Barbier et Mathon du 21 septembre au 3 novembre 2018.
PLUS D’INFO SUR LE SITE DE LA GALERIE
-  LE CHATEAU DES ETOILES D’ALEX ALICE à la Galerie Maghen
PLUS D’INFO SUR LE SITE DE LA GALERIE
-  NEW-BLORG CITY DE MIDAM à la Galerie Huberty-Breyne
PLUS D’INFO SUR LE SITE DE LA GALERIE
-  MICKEY IS ART à la Galerie Glénat
PLUS D’INFO SUR LE SITE DE LA GALERIE
-  MEL PUBLISHING chez Artcurial
PLUS D’INFO SUR LE SITE D’ARTCURIAL

  Un commentaire ?