Last Man, un "mangalike" référencé et ludique

15 mars 2013 4 commentaires
  • Un immense chantier, un pari ludique : cette aventure très référencée prévue pour une longue durée démarre sur les chapeau de roues : une idée de départ d'une simplicité biblique, et tout autour, personnages catchy et dialogues épicés. Du régressif finement habillé, qui plaira à plusieurs générations...

Un scénario façon shonen de base, des situations qu’on a vues et revues dans nombre de mangas, jeux vidéo, séries animées de différentes générations...

Et pourtant ce Last Man constitue un petit régal, légèrement régressif, joyeusement potache, et singulièrement drôle. Où l’on découvre Adrian Velba, 12 ans, jeune apprenti combattant qui ne vit que pour le tournoi annuel de la ville. Son partenaire (obligatoire) déclare forfait pour cause de tourista et voilà qu’arrive un lonesome cowboy providentiel : Richard Aldana, carrure de stentor et répliques au scalpel. Mais cet inconnu ne ravit pas Marianne, maman du jeune Adrian, inquiète et méfiante, et encore moins Maître Jansen, éperdu d’amour pour celle-ci.

Le trio créatif Balak, Sanlaville et Vivès, semble beaucoup plus collectif que ne le laisse penser la répartition des rôles de page de garde. Difficile en effet d’imaginer Vivès préposé aux -très rares et uniquement pour les premières pages, code manga oblige- seules couleurs, quand les personnages féminins sont calqués sur son idéal désormais parfaitement identifiable.

Mais outre l’esprit ludique à souhait et la tonicité des dialogues, ce premier opus brille par ses acrobaties théâtrales. Pour chaque grand classique du genre : scènes de combat, instants intimes, instants romantiques, la surprise déboule sans crier gare. Ici des colères d’ado pour le supposé impassible et grand gaillard Aldana, là un maître d’armes qui ploie sous le tragi-comique devant la belle Marianne. Et dans ce tome 1, un clin d’œil à la télé des années 1980 avec l’apparition des frères Bogdanoff dans un numéro irrésistible, où le ridicule leur va à ravir...

Last Man, un "mangalike" référencé et ludique
© Casterman 2013/Balak, Sanlaville, Vivès

Jouant la carte de l’esprit fan et de la collection, Kstr propose pour ce volume 1 non seulement des autocollants en planches prêts à poser en début et fin d’album, et le rituel petit journal de bord satirico-intime où tout le monde se défoule, une postface qui vaut le détour. Encore la tradition manga.

Mais ce joyeux exercice de style n’oublie pas les fondamentaux : un cliffhanger à plusieurs niveaux : Adrian et Richard franchiront-il les étapes jusqu’à la finale ? Madame Velba continuera-t-elle à bouder le beau combattant qui éblouit son fils ? Et va-t-on savoir ce qui meut ce mystérieux karatéka aux techniques plutôt DTG (Dans Ta Gueule, si vous me passez l’expression) ? La suite dans très peu de temps, sachant que l’éditeur évoque 600 pages produites par le trio créatif en une seule année...

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Last Man, T.1 - Par Balak, Sanlaville & Vivès - Kstr

Découvrir la série sur le web

Commander l’album sur Amazon.fr ou sur FNAC.com

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Ce truc est archi fun, dialogues, action , nénettes, mômes, tout est bien. Ca se lit vite, c’est fait pour mais 12,50 € ! tsss, sont cinglés ou quoi ? Y veulent en vendre qu’à ceux a qui on a dit que Vives c’était branchouille ?

    Pourtant ça plairait à plein de gens, de jeunes, qui se tamponnent de savoir si Vives va souvent à la piscine...

    Chez moi ils le mettent en rayon indé ( ben oui, Vives c’est indé ! ) du coup les mômes qui ne vont que dans la partie manga ( 80% au moins ) le verront jamais. Et vu qu’en plus ils n’ont souvent qu’un billet de 10, de toutes façons c’est baisé.

    C’est chouette le marketing !

    Heureusement qu’y a délitoon...

    Répondre à ce message

  • Last Man, un "mangalike" référencé et ludique
    16 mars 2013 03:27, par Zombi

    Perso je préfère quand Vivès a de l’humour plutôt que quand il régresse.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Alb le 20 mars 2013 à  15:16 :

      Perso je préfère tout de Vivès, humour regression, sensibilité, intelligence…
      De Lastman à Polina en passant par la piscine et "les filles aussi elles font des cacas qui sentent…"

      Répondre à ce message

      • Répondu par Fanfan le 29 mars 2013 à  01:45 :

        Ca me fait beaucoup penser au très bon Fausse Garde de son collègue Merwan.
        Finalement Vives semble "s’inspirer" de son travail plutôt que le contraire.

        Répondre à ce message