Lastman : le voile se lève sur Marianne

11 septembre 2017 3 commentaires
  • Le fer de lance de la nouvelle génération chez Casterman revient avec un tome clé, qui fait habilement la connexion avec le préquel animé. Si un court répit semble réglé à Paxtown, la Vallée des Rois est plus que jamais en danger ! Et quoi de mieux avant de voir la tempête se déchaîner que de dévoiler les arcanes de la jeunesse de Marianne !

Le nouveau Lastman est là, près d’un an après la sortie du dernier tome ! Alors que le lecteur pouvait s’attendre à replonger dans son ambiance style « années 1980 », mêlant action bourrue, violence décontractée et ironie féroce, c’est presque un moment de sérénité qui nous est proposé.

Pour rappel, le neuvième tome avait mis en scène nos joyeux drilles qui ont réprimé, avec leurs poings et un peu de magie, la mutinerie de la prison de Paxtown. Cette trépidante scène de baston avait conclu la grande phase de retrouvailles entre Richard, Adrian, Elorna et Tomie après l’ellipse de dix ans, et avait remis à plat leurs relations.

Lastman : le voile se lève sur Marianne

Mais du côté de la Vallée des Rois, c’est au contraire le chaos qui a continué de se développer avec l’influence néfaste du Sorcier, menant au réveil des pouvoirs de la garde royale, longtemps scellés, et à la folie du roi, un monarque qui a finalement perdu pied, allant jusqu’à condamner sa reine à une exécution publique.

La version collector est déjà disponible...
Outre le sticker collector, il comprend une planche de timbres à l’effigie de... Marianne !

« Nous nous mettons une certaine pression pour bien finir la série, nous a confié Bastien Vivès. Nous connaissons bien entendu sa conclusion depuis le début, mais nous voulons surtout tout bien positionner. Le timing de parution de ce dixième tome s’imbriquait bien avec l’animé, et ses retombées. De plus, il nous paraissait important de préparer le retour de Marianne en conséquence, car elle ne pouvait pas revenir d’un claquement de doigts. Nous avons donc profité de bien faire le lien avec l’animé. Et nous voulons surtout éviter l’écueil de certains mangas, qui ont tellement tiré sur la corde, qu’ils ratent leur final. Notre objectif est que les lecteurs retrouvent à la fin de la série le plaisir qu’ils avaient en lisant les premiers opus, avec l’alchimie créée à l’époque entre Adrian, Marianne et Richard, ce qui a sans doute suscité la tendresse des lecteurs. Même si nous savons ce qui va se dérouler, je voulais m’assurer de l’atmosphère à préserver… »

Mais d’où vient Marianne ?

Marianne : un retour savamment mis-en-scène

Ce dixième tome s’ouvre sur cette situation dramatique, en particulier avec la réaction du Sorcier, conséquence de sa découverte de la mort de Marianne ! Il va alors tenter un mystérieux rituel, un sort dont les effets secondaires vont raviver les souvenirs concernant la jeune femme chez ceux qui l’ont connu.

Pour le lecteur, cela prendra la forme d’un long flashback, occupant l’essentiel de l’album, nous dévoilant l’intégralité de la vie de Marianne… À l’exception de sa naissance qui semble être un mystère, réservé pour plus tard.

Si Marianne est élevée par les prêtresses, son cœur penche pour le combat

Pour ceux qui auront regardé avec assiduité tous les épisodes de la série animée, nous ne pouvons pas vraiment dire que de grands éléments surprenants sont dévoilés. Mais les pièces du puzzle sont remises ensemble et le récit revient sur le parcours fascinant de cette sacrée femme. Ce qui en soit apparaît largement suffisant pour captiver le lecteur tant le personnage de Marianne constitue une réussite de l’œuvre, réussite que ce nouveau tome ne dément pas !

« À mes yeux, Marianne reste mon personnage préféré de la série, continue Vivès. Au contraire des héroïnes badass qui pullulent actuellement, Marianne est un vrai personnage féminin, teinté de romantisme. Mais avec le recul, on se rend compte qu’elle n’arrête pas de prendre les mauvais décisions. Et Adrian a toutes les raisons de lui en vouloir, ce qui le maintient actuellement dans cette attitude d’ado je-m’en-foutiste, genre celui qui connait tout à la vie ; un aspect que j’apprécie beaucoup chez Adrian. Et les retrouvailles avec Marianne et la confrontation qui va en découler vont bien entendu bouleverser tout cela. »

« Dans chacune de mes bandes dessinées, il me faut un personnage féminin, car j’aime dessiner leurs attitudes. J’adore regarder les filles, au cinéma ou dans la rue : comment elles se tiennent, comment elles parlent, comment elles évoluent… Leur élégance naturelle me fascine ! Je tente donc de les réaliser au mieux, par pur plaisir du dessin. Malgré que cela reste une vraie gageure, car elles ont tellement été peintes et dessinées que notre œil est exercé : si la posture qu’on tente de dessiner est ratée, même un novice ne se laissera pas abuser. J’ai eu le même problème avec la danse classique : un lecteur lambda ne pourra pas me dire que j’ai mal dessiné l’angle du pied gauche, mais il saura que l’ensemble est factice. »

Un long flashback qui multiplie les explications

Avec ce développement intéressant à propos de Marianne, les auteurs en profitent pour reconnecter certains personnages et événements au formidable préquel animé diffusé l’automne dernier sur France 4, dont nous n’avions pas manqué d’évoquer le financement participatif sur Kickstarter, ainsi que la diffusion en grandes pompes.

« Nous continuons à penser aux lecteurs qui n’ont pas vu la série animée, explique Bastien Vivès, Ce qui explique les quelques raccords présents dans ce tome 10. Les obsessions d’Howard, développées dans l’animé, nous ont d’ailleurs prémâché le travail pour expliquer dans les albums pourquoi il quittait Marianne. Ce qui nous a permis de gagner pas mal de pages. Et les nombreux flashbacks du tome 10 contextualisent également plein d’éléments précédents, dont la fameuse conclusion du premier cycle. »

Ce tome 10 profite donc d’une ambiance très nostalgique. L’émotion qui s’en dégage réjouira immanquablement les amateurs de la série en remettant au centre du récit ces différents protagonistes aussi attachants que détonants, nous offrant un moment de calme avant la tempête annoncée.

Première et unique cover sur fond noir...
Vivès, Balak & Sanlaville voulaient que cet album se démarque du reste de la série, même au premier coup d’œil

« Concernant le type de dessin utilisé pour ces flashbacks détaille Vivès, Nous avons réalisé cet effet graphique en dessinant directement à la couleur, avec une brosse plus large, et sans traits. Cet exercice, qu’on peut assimiler à une technique de peinture, est un peu plus périlleux, surtout pour les personnages en plan moyen, avec qui il faut suffisamment de détails pour les reconnaître, malgré le trait plus grossier de la brosse. Mais l’effet est vraiment intéressant, et permet des transitions rapides avec l’instant présent, sans recourir à des hors-textes explicatifs. »

Moins ironique et transgressif que de coutume, cet opus relève d’un cheminement initiatique plus classique, mais maîtrisé comme toujours dans la série, grâce au soin apporté aux attitudes, aux sous-entendus et aux désirs enfouis. Nous devrions néanmoins retrouver prochainement toute la fouge et l’irrévérence caractéristiques de la série avec le retour de la Team Aldana à la Vallée des Rois pour régler leurs comptes.

Un spin-off de Lastman

Il ne faudra heureusement pas attendre aussi longtemps pour retrouver l’univers de Lastman en bande dessinée. En effet, le spin-off initialement intitulé Paxtown Stories a été renommé en Lastman Stories et sortira en janvier prochain. Il sera réalisé par Bastien Vivès et Alexis Bacci. Ce dernier avait d’ailleurs co-réalisé Sexy Sirène, un magazine improbable présentant une vision décalée de l’univers de Lastman, et qui mêlait des hommages, des délires au milieu de vrais informations.

« Je réalise le spin-off LastMan stories avec un ami, Alexis Bacci, nous confirme Vivès. Nous avons co-écrit l’histoire, j’ai réalisé le découpage et nous nous sommes partagé le dessin. Cette série spin-off bénéficie d’un style plus comics, très dynamique, dans l’esprit des Contes de la crypte, qui rassembleront toutes des petites histoires qui viennent se greffer autour de l’arc narratif principal de Lastman. Ce premier tome n’est pourtant qu’une seule grosse histoire de deux cents pages, même si on imagine que de plus petites histoires suivront par la suite. Ce premier récit à paraître en janvier va s’appeler Soir de match et se place chronologiquement entre la série animée et le tome 1 de la BD. J’ai hâte de voir comment le public va l’accueillir, pour on l’espère, embrayer avec la suite ! »

Bastien Vivès
Photo : Charles-Louis Detournay

Propos recueillis par Charles-Louis Detournay

(par Guillaume Boutet)

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Lastman T10 - Par Balak (scénario), Michaël Sanlaville (dessin) & Bastien Vivès (scénario & dessin) - Casterman. Sortie le 23 août 2017. 216 pages. 12,50 euros.

Commander Lastman T10 :
- en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- en version collector chez Amazon ou à la FNAC

Visiter la page Facebook de Lastman

Lastman sur ActuaBD :

Lire notre précédente interview des auteurs : « Nous vivons un moment unique en France : un alignement des planètes qui permet d’exploser toutes les envies créatrices », ainsi que notre récent article À Angoulême 2016 et en librairie, le nouveau cycle de Lastman décoiffe !

À propos de Lastman, lire également :
- notre article introductif de la série
- les chroniques des tomes 2 et 4
- un article récapitulatif des 4 premiers tomes : Lastman : déjà plus de 800 pages d’aventure !
- les chroniques des tomes 5 et 6
- Les auteurs de Lastman crèvent tous les écrans
- Last Man s’anime !
- Albums, jeu, traduction US et dessin animé : Lastman revient en force !
- À Angoulême 2016 et en librairie, le nouveau cycle de Lastman décoiffe !
- Financement participatif sur Kickstarter pour le dessin animé "Lastman"
- LastMan sur France 4 : la diffusion a commencé !

De Lastman, commander
- le tome 1 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 1 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 2 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 2 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le coffret regroupant les tomes 1 et 2 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 3 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 3 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 4 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 4 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 5 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 5 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le magazine Sexy Sirène chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 6 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 6 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 7 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 7 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 8 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 8 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 9 en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 9 en version luxe chez Amazon ou à la FNAC

Bastien Vivès sur ActuaBD, ce sont des albums de bande dessinée :
- L’Amour
- La Guerre
- La Grande Odalisque (avec Ruppert et Mulot)
- La Famille
- Les Melons de la colère
- Pour l’empire
( avec Merwan Chabane & Sandra Desmazières)
- Amitié étroite
- Dans mes yeux
- La boucherie
- Polina
- Le goût du chlore
- Elles
dans un article consacré à la création du label KSTR
- Une Sœur

Et des interviews :
- « Je préfère les histoires que je raconte à la vraie vie » (mars 2012)
- "Grâce à la caméra subjective, j’ai pu me concentrer exclusivement sur la fille que je voulais dessiner" (mars 2009)
- « Je voulais expliquer comment on tombe amoureux » (août 2008)

Lire également l’interview de Didier Borg, éditeur de Lastman : "Il faut d’abord être juste dans l’histoire que l’on porte et dans la manière dont on la transporte en numérique ou sur papier."

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Lastman : le voile se lève sur Marianne
    12 septembre 11:53, par Fred Poullet

    C’est vraiment graphiquement de plus en plus laid, voir vulgaire, pas tenu... cela en est gênant.
    Il faudrait que Bastien Vives reprenne un peu la direction artistique du projet, pour reposer un peu de son élégance, que l’on aime ou n’aime pas Vives, c’est ce qui posait un peu l’intérêt du projet.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 14 septembre à  14:37 :

      En même temps, soigner un dessin pour servir des dialogues du niveau "Il y a une force terrifiante qui a brisé l’équilibre de nos mondes, et je sens monter sa puissance chaque minute." est-ce bien nécessaire ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par Fred Poullet le 19 septembre à  15:23 :

        Ben ! Au moins si les personnages "jouent" bien, on y croit un peu plus, non ?

        Répondre à ce message