Le Cheval qui ne voulait plus être une oeuvre d’art - Par Olivier Supiot - Delcourt / Louvre Éditions

9 février 2017 0 commentaire
  • Album jeunesse publié en collaboration avec Le Louvre, ce "Cheval qui nous voulait plus être une œuvre d'art" propose une ballade ludique dans le plus célèbre musée du monde. Mais si le dessin élégant et inspiré d'Olivier Supiot séduit immédiatement, l'intrigue, qui relève du prétexte, peine à intéresser, petits ou grands.
Le Cheval qui ne voulait plus être une oeuvre d'art - Par Olivier Supiot - Delcourt / Louvre Éditions
Quelques notables du Louvre
© Éditions Delcourt / Musée du Louvre Éditions, 2016

Album classique par son format s’il en est - 48 pages cc - et s’adressant par là explicitement aux enfants, Le Cheval qui ne voulait plus être une œuvre d’art résulte d’une collaboration entres les éditions Delcourt et celles du Louvre. Objet institutionnel donc, dont les planches originales, d’Olivier Supiot, sont actuellement exposées à Blois, jusqu’au 4 mars 2017.

L’ouvrage raconte l’escapade d’un cheval, le jour de fermeture du musée, le mardi. Mais ce n’est pas de n’importe quel cheval qu’il s’agit. Non : c’est du cheval blanc de Géricault dont il est question ! Et le voilà hennissant, sorti de son cadre, à gambader gaiement au milieu des galeries désertes, discutant au passage avec d’autres œuvres et "personnalités" mythiques du Louvre. Et dans sa quête de liberté, qui procède ici de la confrontation à ce que l’art offre de plus saisissant, notre cheval semble parfois lui-même succomber au syndrome de Stendhal, victime d’hallucinations aussi poétiques que merveilleuses.

JPEG - 366.9 ko
Sortir du cadre
© Éditions Delcourt / Musée du Louvre Éditions, 2016

Excellente idée de départ, cette fuite du cheval se révèle rapidement n’être qu’un simple prétexte au passage en revue des grands jalons du musée parisien. Si la dimension pédagogique de l’entreprise est à saluer - un dossier à la fin de l’album explicite et situe les références qui scandent la pérégrination du cheval - on regrette néanmoins qu’il n’y ait pas de réelle construction d’une intrigue à partir de cette amorce. Peu de chance que de jeunes lecteurs s’investissent du coup dans une histoire qui avoue d’elle-même rapidement ses limites.

Reste un graphisme de toute beauté dont le trait et la couleur ne manqueront pas, eux de séduire les lecteurs. De quoi magnifier certaines rencontres et quelques apparitions. Le travail d’Olivier Supiot s’avère à ce niveau tout bonnement remarquable et on a plaisir à découvrir l’imaginaire du Louvre ainsi sollicité et revisité, avec humour, et de manière globalement ludique.

JPEG - 666.4 ko
Rencontre assyrienne
© Éditions Delcourt / Musée du Louvre Éditions, 2016
Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Le Cheval qui ne voulait plus être une œuvre d’art. Par Olivier Supiot. Delcourt / Louvre éditions. Sortie le 23 novembre 2016. 48 pages. 14,50 euros.

Olivier Supiot, sur ActuaBD :
- Le Narval T1
- Marie Frisson T4
- La Patrouille des Invisibles
- Le Dérisoire

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?