Le Jeune Albert en grandes cases, en attendant les Rencontres Chaland 2012

19 juin 2012 3 commentaires
  • La Galerie Champaka à Bruxelles offre à voir un ensemble exceptionnel de planches originales du Jeune Albert augmenté de Grandes Cases, agrandissements de dessins de Chaland tirés en sérigraphies à tirage limité.

Du 15 juin au 26 juillet, la galerie Champaka (à Bruxelles en Belgique) accueillera une importante exposition consacrée au Jeune Albert, ce spin-off de Bob Fish qui est l’une des créations les plus abouties d’Yves Chaland. 27 planches originales en noir et blanc sont accrochées aux cimaises dont une dizaine seulement sont destinées à la vente (les prix avoisinent les 8 à 10.000 euros), 8 agrandissement couleurs et 3 fac-similés grands formats de planches mythiques.

On est toujours frappé par la qualité des dessins du "Prince de la Ligne Claire" qui rayonna sur la bande dessinée française dans les années 1980 avant de disparaître tragiquement en 1990 dans un accident de voiture à l’âge de 33 ans. Les agrandissements prouvent à quel point son dessin est juste et son encrage virtuose.

Le Jeune Albert en grandes cases, en attendant les Rencontres Chaland 2012
Une des Grandes Cases du Jeune Albert
(c) Chaland / Humanoïdes Associés

Chaland a construit avec Le Jeune Albert, mais aussi Bob Fish et Freddy Lombard, un produit de synthèse de la BD belge : il y a le trait, bien sûr, qui fait la révérence à Franquin, Jijé, Tillieux, Hergé, Jacobs, Vandersteen.... Il y a le décor, une Belgique fantasmée, savamment reconstituée dans une improbable uchronie. Il y a la langue, un sabir reconstruit à partir des textes de Jef Kazak et de la Grammaire bruxelloise de Louis Quiévreux, mais avec le point de vue décalé d’un non-Bruxellois, dans une sorte de tendre moquerie éminemment moderne. Il y a enfin, surtout chez le Jeune Albert, un surréalisme affirmé, flirtant parfois avec le théâtre de la cruauté d’un Michel de Ghelderode mâtiné d’Antonin Artaud.

Génération Chaland : Philippe Berthet, Isabelle Chaland-Beaumenay, et le scénariste Yann
Ph : D. Pasamonik (L’Agence BD)
Eric Verhoest faisant la visite de la Galerie Champaka. Derrière les originaux, une "Grande Case"
Ph : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Tout ceci provoque une sidération particulière, unique, restée inaltérable depuis trente ans. Si vos pas vous mènent à Bruxelles, passez dans la rue Ernest Allard jusqu’au 28 juillet, en attendant les Rencontres Chaland de Nérac (du 4 au 7 octobre 2012) où l’on retrouvera Al Memory dans une exposition dédiée, tandis que le prochaine invité de la Capitale de la Ligne Claire sera François Avril dont l’activité éditoriale est fournie ces temps-ci, mais nous y reviendrons.

Le N°3 du Journal des Amis de Freddy

Fidèle au poste, Le Journal des Amis de Freddy publie son N°3 sous une couverture de Frank Le Gall. Cette petite revue tirée à 150 exemplaires comporte un long entretien avec Luc Cornillon, le complice de Chaland sur Captivant, et Jacques Terpant, amis d’enfance de l’artiste, ainsi qu’une enquête sur les lieux d’enfance du dessinateur de Bob Fish : À Nérac en Aquitaine, forcément.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Adhérer à L’Association des Amis de Chaland

Le blog des Rencontres Chaland

GRANDES CASES à la galerie Champaka

Horaires d’ouverture : Lundi et mardi : sur rendez-vous ; Mercredi à samedi : 11h à 18h30 ; Dimanche : 10h30 à 13h30

27, rue Ernest Allard - B-1000 Bruxelles
Tel : + 32 2 514 91 52 - Fax : + 32 2 346 16 09 - sablon@galeriechampaka.com

Le site de la Galerie Champaka

Le site du club des Amis de Freddy

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Le jeune Albert : C’est l’album franco-belge du XX ème siècle !
    Tout y est de tous les points de vues. S’il ne fallait montrer qu’un livre aux martiens pour dire qui nous sommes, c’est celui-là.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Zombi le 20 juin 2012 à  18:15 :

      Oui, Chaland souligne bien ce mélange ésotérique d’idées chrétiennes et païennes typiques de pas mal de Belges, dont Jijé ou Hergé. C’est sans doute de là que venait leur grain de folie. "Franco-belge" ne veut pas dire grand-chose ; de mon point de vue la mentalité belge est plus proche de la mentalité allemande.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Philippe Wurm le 21 juin 2012 à  11:10 :

        Très juste ! La Belgique étant contaminée par la mentalité Flamande est beaucoup plus germanique que la France, d’où son climat très spécifique dans l’espace francophone. "Franco-belge" est une invention française avec une intention plus ou moins manifeste de récupération (réappropriation, colonisation ?)... ce qui fut finalement le cas dans les faits éditoriaux et financiers !!!...

        Répondre à ce message