Le Retour - Par Bruno Duhamel - Editions Bamboo

27 février 2017 0 commentaire
  • Pour préserver la beauté de son île natale, Cristóbal, un artiste de renommée internationale, entreprend un projet architectural utopique et mégalo. A partir de cette trame, l'auteur nous propose d'explorer la part d'ombre, souvent dissimulée, de certaines démarches artistiques .

De retour sur l’île qui l’a vu grandir Cristóbal avait décidé d’en faire une œuvre d’art à son image : innovante, rebelle et démesurée. Le peintre est partagé entre le souci de préserver ce décor volcanique, sublime et le désir, un brin mégalo d’en faire une œuvre inédite, incomparable. En plein cœur des années 1960 - 70, période du tourisme de masse triomphant, l’artiste va se retrouver confronté à de nombreux opposants : investisseurs, industriels locaux ou étrangers. Est-ce là, la cause de sa mort dans un mystérieux accident de voiture ?

Chargé de l’enquête, l’inspecteur Ramirez va devoir fouiller le passé de Cristóbal. Derrière le combat d’une vie pour la sauvegarde de son île, se cachent de profondes cicatrices nourries de doutes, de passions exacerbées et de blessures de l’enfance. Le passé tortueux de ce maître de l’art contemporain va remonter à la surface , mais sera-t-il suffisant pour expliquer sa mort tragique.

Le Retour - Par Bruno Duhamel - Editions Bamboo
Blessures d’enfance et incompréhension du jeune Cristobal.

Par une grande maîtrise du montage et un recours ingénieux et subtil aux nombreux retours en arrière, l’album va reconstituer l’itinéraire de l’artiste, de l’homme révolté, avec sensibilité mais sans complaisance. Ce personnage colérique, mégalomane, se retrouve écartelé entre démarche artistique et contraintes de l’économie capitaliste. Son comportement et son caractère difficiles trouvent en partie leur origine dans une enfance coincée entre la violence d’un père alcoolique et la douceur d’une mère. Un contexte sur lequel Bruno Duhamel revient avec délicatesse mais sans pathos. Le fervent militant de l’authenticité, du respect de la nature et des terroirs apparaît au fil du récit tyrannique, un jusqu’au boutiste allant jusqu’à la rupture avec ses amis, ses soutiens, sa famille. Une opposition qui n’est que la réplique de conflits plus intérieurs et plus intimes.

Après plusieurs collaboration, Bruno Duhamel signe avec Le Retour, son premier album solo.

Efficace de bout en bout, le récit revisite autant de thèmes que la création, le poids de la filiation, le positionnement politique de l’artiste. Il invite le lecteur, par-delà le destin du héros, à aborder une réflexion profonde sur la démarche artistique et son rapport au monde réel. L’ensemble est admirablement servi par un dessin réaliste, souple qui crédibilise le propos et fascine par son ton particulièrement juste.

Librement inspiré de l’expérience menée par Cesar Manrique sur Lanzarote (Iles des Canaries) , ce one-shot associe avec brio enquête, passion et réflexion à bonne distance des vicissitudes d’une démarche exigeante.

Bruno Duhamel, auteur notamment de Je suis pas petite (la malle aux images) ou des Brigades du temps (avec Kris, chez Dupuis) réussit un sans faute en évitant les pièges du biopic complaisant ou de la biographie plate et servile.

Tout en posant un regard critique sur des questions très actuelles, il parvient à rendre crédible une pure fiction, objectif avoué de ce travail. Un pari parfaitement réussi !

Les prises de position de cette histoire ne sont pas sans faire écho à l’itinéraire personnel de l’auteur.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

© Illustrations Bruno Duhamel – Editions Bamboo 2017

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?