"Le Rêve de mon père" : les premiers - grands - pas de Taiyô Matsumoto

8 octobre 2018 0 commentaire
  • Quand un jeune garçon qui ne jure que par ses résultats scolaires se voit envoyé passer l'été chez son père, loser immature qui ne vit et respire que baseball, la situation s'avère détonante. Mais c'est aussi l'occasion pour un père et son fils d'enfin faire connaissance.

Shigeo aborde les vacances d’été avec envie et détermination : à lui les cours de renforcement afin de s’assurer rester le premier de sa classe et l’un des meilleurs du département ! Car le garçon, 8 ans, qui vit seul avec sa mère, se définit d’abord comme un élève brillant, studieux et étonnamment mature pour son âge.

Mais voilà que sa mère décide de l’envoyer passer l’été chez son père, Hanao, avec qui il n’a presque aucun contact depuis des années. Il y aurait d’autres moyens d’apprendre que dans les livres. Et une relation à construire avec ce fan des Giants, l’équipe de baseball de Tokyo, dont le rêve demeure, à trente ans passés pourtant, de devenir joueur professionnel.

"Le Rêve de mon père" : les premiers - grands - pas de Taiyô Matsumoto
Shigeo face à sa mère, résolue à l’envoyer passer l’été chez son père
Hana Otoko © Taiyou Matsumoto

Un enfant débrouillard avec un adulte immature : le duo a tout pour plaire. Contraint de découvrir de menus plaisir de la vie et de la détente, Shigeo renoue avec une enfance qu’il s’est jusque-là ingénié à éviter et que ce père lui impose, accompagnée de toute l’affection qui va avec et que le garçon ne peut plus refuser.

Drôle et touchant, Le Rêve de mon père s’offre comme une suite de saynètes de type "tranches de vie" mais proposant néanmoins une progression lente mais sensible de la relation entre les deux protagonistes. La révolution qu’opère Shigeo s’avère aussi tendre que juste, sans aucune mièvrerie cependant.

Retrouvailles
Hana Otoko © Taiyou Matsumoto

Taiyô Matsumoto signe avec Le Rêve de mon père le premier de ses récits irrigués par une veine personnelle. S’il reste une trame de fond sportive comme dans sa précédente œuvre Zero, parue en juin chez Pika, c’est la relation filiale qui constitue bien le cœur du propos et la matière des intrigues déployées.

Une bifurcation dans une jeune carrière - Le Rêve de mon père n’est que la quatrième série du mangaka - qui entrainera Taiyô Matsumoto vers son premier et immense succès : Amer Béton, avec lequel Le Rêve de mon père présente de multiples parentés, à commencer par la complémentarité d’un couple que tout semble opposer.

Graphiquement, l’œuvre frappe non seulement par son dessin, déjà exubérant, mais aussi par les plans et cadrage adoptés, qui ne cessent de mettre en mouvement le récit et parviennent à construire un monde fourmillant de vie. Ajoutons enfin que Stéphane Beaujean signe une préface inspirée et passionnante, rappel s’il en était besoin que Taiyô Matsumoto fait partie des grands du manga contemporain, et que ses premiers pas en tant que mangaka étaient déjà d’importance.

Nouveau cadre de vie, nouveaux rythmes !
Entre rêve et réalité
Hana Otoko © Taiyou Matsumoto

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le Rêve de mon père T1. Par Taiyô Matsumoto. Traduction Thibaud Desbief. Kana, collection "Made In". Sortie le 21 septembre 2018. 248 pages. 12,70 euros.

De Taiyo Matsumoto, sur ActuaBD.com :
- Ping Pong
- Amer Béton
- Amer Béton au cinéma
- Le Samuraï Bambou
- Sunny
- Les Chats du Louvre T1 et T2

  Un commentaire ?