Le Voile noir - Par Dodo & Cha - Casterman

1er mars 2018 0 commentaire
  • Deux proches d'une convertie à l'Islam partent à sa rescousse en Syrakie. Au milieu des combattants, elles découvrent un quotidien tragi-comique et dressent un plan pour s'échapper. À destination de tous les publics, un récit malin et pédagogue, qui trouve le juste équilibre entre réalisme et humour.

Au moment où toute la famille comprend que Pauline a rejoint le GK (Grand Khalifat), c’est l’effroi généralisé. Mais Gina décide de la rejoindre, sous couvert du même itinéraire religieux. Rapidement, elle atterrit dans une ville sous le joug des intégristes, en attente du mari obligatoire. À son tour effrayée, la mère de Pauline, tata Alice, fait aussi le grand saut, décidant de prendre apparence masculine. Mais si atteindre le territoire du GK, c’est une chose, expliquer aux recruteurs les motivations d’un soi-disant veuf d’un âge certain semble plus difficile.

Avec ce scénario accessible à un large public, au fond bien documenté, Dodo, forte de son expérience d’auteure engagée, choisit de traiter du fascisme islamique avec un mélange d’humour, d’aventure et de chronique sociale. Le dessin dynamique et expressif de Cha vient renforcer la tonicité du récit.

Si les geôliers sont souvent tournés en ridicule, leurs idées reprennent la réalité du terrain. Certes, ce sauvetage familial mené par des femmes n’a pas vraiment de crédibilité mais il permet de mettre en lumière des logiques de solidarité et ajoute un judicieux piment au scénario. Quant à faire de tata Alice une militante féministe, c’est plutôt une bonne idée, d’autant que Dodo termine son histoire en valorisant les femmes de la résistance. Une façon de souligner qu’elles restent en première ligne dans ce drame-pas encore apaisé-, dans tous les sens du terme.

Le Voile noir - Par Dodo & Cha - Casterman
© Casterman 2018

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?