Le rêve de Jérusalem-T1 : La milice sacrée - par Marty & Thirault - Dupuis

2 février 2007 0 commentaire
  • Nouvelle série sur le temps des Croisades, qui mêle histoire et fantastique, centrée sur la rencontre entre un chef de guerre sans pitié acquis au christianisme et un jeune homme doté de pouvoirs surnaturels. Ça saigne !

Les amateurs de sensations fortes vont être servis : les Croisades façon Marty et Thirault, c’est du Mel Gibson tendance La Passion du Christ. On ne lésine pas sur les effets. Ca décapite et ça cogne à tout va, et les combats sanguinaires occupent une bonne partie de l’album. L’ambiance générale correspond tout à fait à l’expression "à feu et à sang".
Visiblement les auteurs ont tenu à placer cette série sous le signe du spectaculaire et du réalisme, l’aspect fantastique se révêlant assez secondaire. Le chef de guerre Karlis, d’abord mercernaire athée, devient un soldat du Christ le jour de sa rencontre avec un prêtre, mais ne perd pas son goût du sang et de la violence. Quant à Hermance, le jeune mage, ses pouvoirs servent autant à guérir qu’à trucider l’adversaire.
Leurs chemins qui se croisent constituent le socle de ce premier tome, mais le scénario ne s’étend pas sur l’évolution psychologique des personnages. Place à l’action, des scènes flamboyantes noyées de rouge et de noir.

Le rêve de Jérusalem-T1 : La milice sacrée - par Marty & Thirault - Dupuis

Au bout de l’album, on retient surtout cette débauche de violence, qui rebutera certains lecteurs attirés par le thème des Croisades mais effrayés par tant de fracas guerriers. Dommage que la ville de Jérusalem n’ait pas droit à plus d’importance, ni même la civilisation chrétienne.
Philippe Thirault a toujours été attiré par la mise en scène du mal, et ses phénomènes de transmission (la série Mille Visages), y compris dans le monde du travail (Une épaisse couche de sentiments). Il semble avoir eu la main un peu lourde ici, mais force est de reconnaître que Marty fait vivre la sauvagerie de ces "soldats du Christ" avec une force impressionnante.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?