Le roman (graphique) de Casterman

20 juin 2018 4 commentaires
  • La galerie Gallimard accueille jusqu’au 31 juillet 2018 une exposition sur le roman graphique de la maison Casterman, à l’occasion des quarante ans de la revue (A Suivre). Cette publication a constitué une sorte de petite révolution dans la mesure où elle est la première à sanctifier le caractère romanesque de la bande dessinée et à la positionner commercialement sur un créneau littéraire.

On ne reviendra pas aujourd’hui sur la notion de « roman graphique », largement débattue déjà dans nos pages, même s’il est au centre du sujet de cette exposition Casterman à la galerie Gallimard.

Avec sa scénographie claire, proprement commentée, et une rythmique de planches plutôt réussie, cette exposition propose un choix de planches très diversifié d’auteurs remarquables : Zeina Abirached & Mathias Énard, Baru, Enki Bilal, Max Cabanes, Catel & José-Louis Bocquet, Jean-Christophe Chauzy, Didier Comès, Nicolas De Crécy & Sylvain Chomet, Ludovic Debeurme, Frantz Duchazeau, Jacques Ferrandez, Vittorio Giardino, André Juillard, Loustal & Philippe Paringaux, Lorenzo Mattotti, Moebius, José Muñoz & Carlos Sampayo, Anthony Pastor, Vincent Perriot, Hugo Pratt, Jean-Marc Rochette & Jacques Lob, Grzegorz Rosinski & Jean Van Hamme, Christian Rossi & Géraldine Bindi, David Sala, François Schuiten & Benoît Peeters, Tardi & Jean-Claude Forest, enfin Bastien Vivès.

Le roman (graphique) de Casterman
De Tardi et Forest, à Bastien Vivès, 40 ans de BD vous contemplent...

C’est un polyptyque de quarante ans de créations qui se déploie devant nous et qui rend bien les évolutions de ce… comment faut-il l’appeler ? « Genre » ?, « dénomination commerciale » ?, « phénomène sociologique » ?... « Escroquerie ! » aurait sans doute éructé Jean-Christophe Menu qui pestait naguère contre les « faux » Futuropolis et autres « Collection Écritures » qui piétinaient joyeusement ses plates-bandes associatives.

Je me souviens de l’arrivée d’Hugo Pratt sous le label des éditions Casterman. C’était assez inouï à l’époque. Cette maison catholique conservatrice n’aimait pas la nouveauté. En ce temps là, le directeur commercial France était Louis Gérard, lequel entretenait de bonnes relations avec Claude Moliterni, le directeur de la revue Phénix et principal propagandiste de Pratt de ce côté des Alpes. Une discussion avec l’éditeur de Pratt, Publicness, avait convaincu l’homme de Casterman qu’il fallait publier le dessinateur italien.

Louis-Robert Casterman s’était laissé faire sur la promesse de récupérer les films auprès de Pif Gadget où le marin avait été publié entre 1970 et 1973. On le sait peu mais Pratt fut viré de Pif (quelle clairvoyance !) pendant les vacances de son rédacteur en chef de l’époque, Gilles Medioni. Cela se passait comme cela dans les publications communistes, ma bonne dame !

Galerie Gallimard, hier soir. De g. à dr. : Le scénariste Benoit Peeters, directeur de la collection "Ecritures", Charlotte Gallimard, actuelle PDG de Casterman, et Didier Platteau, DG de Casterman au moment de la création de (A Suivre) et actuel directeur éditorial des éditions Moulinsart.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Des débuts difficiles et puis... le miracle !

Les Corto de Casterman furent publiés entre 1973 et 1975 sous la forme de cinq albums cartonnés en noir et blanc puis en couleurs, de 46 à 64 pages, des albums normaux, quoi ! Mais ils ne se vendaient pas… Pendant des années, ces éditions ont traîné en piles chez les soldeurs…

C’est la publication sous la forme d’un gros pavé de 163 planches en noir et blanc, sans la mention notable du mot « roman » qui, lancé en janvier 1975 à Angoulême, fit la surprise : elle dépassa rapidement les 100 000 exemplaires vendus. L’entregent de Moliterni à Angoulême et à Lucca acheva de faire du dessinateur italien, un auteur hype.

On en conclut qu’il y avait de la place pour ce genre de récits au long cours où l’audace graphique se conjuguait avec un rythme de narration proprement littéraire.

L’idée vint de lancer une collection de « Romans BD » en noir et blanc avec une pagination abondante et d’en prépublier les pages par grandes brassées dans un mensuel dédié qui porterait en titre la paradoxale antiphrase « (A Suivre) », par dérision pour la bande dessinée classique feuilletonesque. Didier Platteau, alors DG de Casterman, recruta Tardi, Comès, Schuiten & Peeters et les réunit autour de Pratt.

André Juillard, le formidable auteur du "Cahier bleu", Benoit Mouchart, directeur littéraire de Casterman, et Hubert Védrine, ancien ministre des affaires étrangères et grand amateur de bande dessinée.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

C’est ce que retrace cette exposition qui fait un raccourci un peu périlleux avec la « nouvelle vague » comme Bastien Vivès (qui, en fait de « roman graphique » a surtout regardé du côté des mangas…) ou encore Loustal dont, si l’on en croit le témoignage de Louis Gérard, Robert-Louis Casterman « détestait le dessin... ».

La dernière ironie vient de ce que cette exposition soit inaugurée dans la prestigieuse galerie Gallimard, un groupe propriétaire des éditions Casterman depuis qu’il a racheté le groupe Flammarion en 2012.

Au moment de la création d’(A Suivre), l’ambition de Casterman était de devenir « le Gallimard de la BD ». Comme j’ai pu l’écrire par ailleurs, avec les labels Futuropolis, Gallimard BD et Denoël Graphic, Casterman est devenue en définitive « la bande dessinée de Gallimard. »

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Exposition
CASTERMAN
Le roman s’écrit aussi en bande dessinée
jusqu’au 31 juillet 2018

Galerie Gallimard
30/32 rue de l’Université, 75007 Paris
www.galeriegallimard.com

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Et pas un mot sur Jean-Paul Mougin ? Il a quand même été marquant pour (À Suivre), non ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 21 juin à  11:14 :

      Mougin est arrivé comme rédacteur en chef sur la recommandation de Pratt qu’il avait connu chez Pif. La politique éditoriale au début d’(A Suivre) dépendait, si je ne me trompe aps, de Didier Platteau, de Louis-Robert Casterman et des commerciaux Belgique et France.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 21 juin à  17:06 :

        Merci pour cette précision. J’avais cru qu’il était à l’origine d’(A Suivre) avec Didier Platteau.

        Répondre à ce message

  • Le roman (graphique) de Casterman
    22 juin 11:09, par laurent

    un peu surpris et déçu que Ted Benoit et (notamment) son fabuleux "Berceuse Electrique" ne fasse pas partie du line-up.

    Répondre à ce message