Actua BD
Le site de référence pour la bande dessinée francophone





Le sacre de Philippe Delaby au Festival de Bruxelles-Capitale
10 octobre 2011

Partager sur Facebook Citer sur votre blog Version imprimable de cet article Version imprimable

Le sacre de Philippe Delaby au Festival de Bruxelles-Capitale

Le Festival de la Région Bruxelles-Capitale (commune de Saint-Gilles) a fermé ses portes ce week-end. Le Grand Prix Saint-Michel à été remis à Philippe Delaby pour l’ensemble de son œuvre. Ce dessinateur au style réaliste rigoureux et au talent indéniable à réussi à s’imposer comme une référence dans le péplum avec Murena, scénarisé par Jean Dufaux.

Le sacre de Philippe Delaby au Festival de Bruxelles-Capitale
Valentin Secher
(c) Nicolas Anspach

Le festival bruxellois ne manque pas d’imagination dans les catégories de prix qui distingue chaque année des auteurs de bande dessinée. Ainsi, le Prix de l’avenir à été décerné à Valentin Secher pour son premier album Khaal, scénarisé par Stéphane Louis aux éditions Soleil. Arnaud Houel signalait dernièrement, dans nos pages, la qualité de son dessin et sa mise en couleur servant un récit de science-fiction aux ambiances froides et sombres.

Le prix jeunesse a été remis à l’un des habitants de la commune de Saint-Gilles, Benoît Feroumont. L’auteur du Royaume (éditions Dupuis), visiblement ému, était accompagné de ses enfants. Issu de l’animation, Benoît Feroumont signe dans Spirou l’une des séries les plus originales du moment. Il a veillé à ménager dans Le Royaume un double niveau de lecture, les adultes et les enfants trouvant chacun un plaisir différent dans la lecture.

JPEG - 101.1 ko
Benoît Feroumont et sa fille
(c) Nicolas Anspach
JPEG - 9.2 ko
Pierre-Paul Renders

Le Prix Saint-Michel de la presse a été décerné à Vincent Odin pour son formidable travail sur Héroïc, la biographie de Maurice Tillieux. Malheureusement, Odin n’a pas pu venir à Bruxelles pour reçevoir son prix : il supervisait le montage l’exposition consacrée au créateur de Gil Jourdan aux Rencontres Chaland.

Pierre-Paul Renders était bien là, lui, pour recevoir le prix du meilleur scénario pour Alter Ego. Le scénariste-réalisateur a excusé l’absence de Denis Lapière qui a coécrit cette série. Ce dernier prenait quelques jours de vacances en Grèce. Visiblement heureux, Renders nous a confirmé que la série était plutôt bien accueillie par le public.

JPEG - 13.4 ko
Jacques Terpant

Le réalisateur de Thomas est amoureux a signé ici l’une des séries conceptuelles les plus intéressantes de l’année. Six histoires qui peuvent se lire comme des one-shots, mais qui déploient une nouvelle cohérence lorsqu’ils sont lus ensemble.

Le Prix du meilleur dessin a du être remis après la cérémonie à Jacques Terpant pour le dernier tome des Sept Cavaliers (Éditions Delcourt), son train ayant pris du retard. Le dessinateur a néanmoins pu recevoir son prix des mains des organisateurs après al cérémonie et profiter de la soirée d’ouverture du festival. Jacques Terpant a étonné avec cette série, où son style graphique réaliste et minutieux s’exprime par un joli travail sur la lumière et sur les couleurs.

JPEG - 12.8 ko
Wouter Mannaert & Pierre de Jaeger

Le Prix de la meilleure BD néerlandophone a été remis à Wouter Mannaert et Pierre de Jaeger pour Ondergronds.

Une histoire racontant l’histoire d’un luthier au chômage dans une Amérique marquée par la crise !

Bernar Yslaire a décroché le Prix du meilleur album pour le dernier album de Sambre, La Mer vue du purgatoire (Futuropolis / Glénat). L’auteur s’est montré particulièrement touché de recevoir ce prix dans l’hôtel de ville de Saint-Gilles. Il y a près de vingt ans, Bernard Yslaire y convolait en juste noces. On le sait, le romantisme a une place prédominante dans les interrogations et le travail de l’auteur. Sambre, la grande œuvre de Bernar Yslaire, relate un désir fusionnel qui traverse les siècles et les générations.

JPEG - 93.9 ko
Bernard Yslaire
(c) Nicolas Anspach

Visiblement marqué par le fait que deux des auteurs primés avaient un lien fort avec la commune bruxelloise de Saint-Gilles, Charles Picqué, le Ministre-Président de la Région Bruxelles-Capitale et ancien bourgmestre de Saint-Gilles, est monté sur la tribune pour remettre le Grand Prix Saint-Michel. Le Ministre connaît très bien le neuvième art et a fait le juste éloge de Philippe Delaby, dessinateur au style rigoureux, puissant et chaleureux qui excelle dans la représentation de la Rome Antique avec Murena (Sc. Jean Dufaux, Dargaud). Il a une nouvelle fois mis sont talent à la disposition de Jean Dufaux pour la reprise des Complaintes des landes perdues, une histoire qui nous plonge dans un moyen–âge celtique et fantastique. Le dessinateur a tenu à associer son ami scénariste à son prix, mais aussi son éditeur Yves Schlirf.

Éric Coune et Rodolphe D’Uckem d’Acoz, les organisateurs du Festival, étaient particulièrement heureux par la présence de nombreux auteurs pour la 10e édition de leur événement. Ils ont rappelé aux différentes personnalités politiques présentes dans la salle que l’équilibre de la manifestation était précaire et qu’elle risquait de disparaître sans une aide financière supplémentaire des pouvoirs publics. Le Ministre-Président Picqué leur a répondu que des liens avec d’autres événements BD qui se tenaient à Bruxelles, étaient nécessaires pour éviter une atomisation des subsides accordés au 9e Art... La Charente n’est décidément pas la seule à faire l’objet d’échanges à fleuret moucheté entre organisateurs et politiques...

JPEG - 60.7 ko
Jean Dufaux & Philippe Delaby
(c) Nicolas Anspach


JPEG - 78.6 ko
Yves Schlirf et Charles Picqué écoutent Philippe Delaby
(c) Nicolas Anspach

Photos (c) Nicolas Anspach - Reproduction interdite sans autorisation.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

4 Messages : Participez à la discussion

  • Le sacre de Philippe Delaby au Festival de Bruxelles-Capitale

    10 octobre 2011 23:31, par Oncle François

    Vous voulez un commentaire ? Que dire ? C’est évident ! Ce palmares est bien meilleur et plus justifié que celui d’Angoulême au cours des dernières années....

    repondre message

    • Répondu par Alban Day-Scinnais le 11 octobre 2011 à  09:12 :

      Quand on regarde le palamarès du festival depuis des années c’est un point clair, incontestatble : les choix sont bons et correspondent à une selection de qualité en phase avec les lecteurs et non pas une émulation intellectuelo-culturelle

      Bravo aux lauréats !

      repondre message

      • Répondu par Joel le 12 octobre 2011 à  23:46 :

        une selection de qualité en phase avec les lecteurs


        Avec CERTAINS lecteurs, ne faites pas de généralité, moi ce n’est pas du tout le genre de bd (produits ?) que j’aime lire.

        repondre message

  • c’est juste dommage qu’il y ait un manque de fiabilité : j’attends toujours la suite de "L’étoile polaire"...

    repondre message





Commande Albums - Qui sommes-nous ? - Rédaction - Conditions d'utilisation - Régie - Site réalisé avec SPIP