Légende -T3 : La grande battue - par Yves Swolfs - Soleil

12 mai 2006 0 commentaire
  • Brûmes, vieilles pierres, superstitions, personnages charismatiques, vision néo-romantique: {Légende} est une saga moyenâgeuse à grand spectacle concoctée avec talent par Yves Swolfs.

Suite à la prise d’otage d’un émissaire du Roi de France par les "égorgeurs", Matthias rassemble ses vassaux et organise une grande battue pour le libérer. Dans l’ombre, Milos Shaggan distille ses conseils et espère bien enfin mettre la main sur Tristan...

Si le concept n’est pas novateur (un héritier déchu pourchassé par un usurpateur conseillé par un manipulateur), Yves Swolfs n’a pas son pareil pour le mettre en scène. Il installe une narration en forme de boucle : le chevalier apparu en tant qu’adulte au début du premier album s’est effacé après quelques planches au profit d’un enfant puis d’un adolescent. Un long retour en arrière nous conte son histoire et son initiation sous différents points de vue (nous connaissons enfin dans ce troisième opus le visage du "conteur" Aelred de Hilseim). L’auteur nous promet dans le prochain épisode le retour de Tristan adulte et une poursuite du récit au présent jusqu’à la fin de la saga. [1]

Certains se plaindront du manichéisme des protagonistes et de l’évolution assez lente de l’action. Ils ont sans doute raison. Mais la magie opère quand même. Le découpage est très dynamique et l’alternance des points de vue n’altère aucunement la lisibilité du récit. Swolfs affectionne les gros plans de visages expressifs et les vues panoramiques détaillées. Son trait restitue parfaitement le côté rude, rustre, et violent du Moyen Age. Les graphismes sont impeccables, et les couleurs assumées par Sophie Swolfs, la femme de l’auteur, toujours adéquates à la situation.
Légende, c’est du cinéma à grand spectacle efficace, distrayant et rondement mené. Ne boudons pas notre plaisir.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?