Les Cahiers Dessinés nous livrent les "Derniers Dessins" de Mix & Remix

15 mai 2017 0 commentaire
  • Décédé en décembre 2016, Philippe Becquelin (Mix & Remix) travaillait principalement pour la presse écrite. Ses dessins, à l'humour acéré et au ton juste, manquent. Les Cahiers Dessinés, dont l'éditeur était un des amis du dessinateur, publient un ouvrage à la fois hommage et témoignage, nous offrant ses derniers dessins. Un livre sobre et émouvant.

Connu sous le pseudonyme de Mix & Remix, Philippe Becquelin était l’un des dessinateurs les plus fins de sa génération. Disparu il y a quelques mois, à l’âge de 58 ans, la maladie - qui ne l’empêchait pourtant pas de dessiner - a fini par l’emporter. S’éloignant du dessin d’actualité pour revenir à des gestes essentiels, il avait lors de ses derniers mois rempli des pages de carnet et exposé ses œuvres, en compagnie de sa fille Louiza, à Lausanne. Ce sont ces dessins que son ami et éditeur Frédéric Pajak publie, dans un triste et bel ouvrage.

Philippe Becquelin avait débuté par l’Ecole des Beaux-Arts de Sion, puis par l’Ecole cantonale d’art de Lausanne. C’est là qu’il rencontra Dominique, qui allait devenir son épouse et à qui il devait, au moins en partie, son pseudonyme. En effet, Mix et Remix était la signature qu’ils avaient adoptée pour leurs peintures communes. Philippe Becquelin la conserva ensuite, même s’il avait mis de côté la peinture.

Se consacrant au dessin satirique, sous forme de strip ou de vignette unique, il était connu surtout dans son pays d’origine, la Suisse, pour ses publications dans L’Hebdo et Le Matin Dimanche et pour son travail au sein de l’émission Infrarouge de la RTS. Mais il avait aussi publié ailleurs en Europe, en particulier en Italie dans Internazionale et en France dans Courrier International et Siné Hebdo, ainsi que dans Spirou. S’il suivait de près l’actualité et l’évolution de la société, il conservait néanmoins une distance certaine, lui permettant d’avoir un regard toujours sévère mais juste sur ses semblables, tendre et caustique sur leurs manies, acéré et lumineux sur leurs travers.

Les Cahiers Dessinés nous livrent les "Derniers Dessins" de Mix & Remix
Une des publications de Mix & Remix, Noyau et Pajak dans "Les Étoiles souterraines" (Ed. Noir sur blanc)

L’ouvrage édité par Les Cahiers Dessinés ne nous donne cependant à voir aucun dessin d’actualité. Lors des derniers mois de sa vie, Philippe Becquelin travaillait différemment, pour des raisons à la fois physique et - probablement - psychologique. Le dessin satirique lui demandait une énergie que la maladie lui retirait. Mais un dessinateur dans l’âme n’abandonne semble-t-il jamais ses feuilles et ses crayons. En l’occurrence, Philippe Becquelin avait ajouté à la plume et à l’encre, qu’il a maniées tout au long de sa vie, le stylo-feutre et le stylo-bille, la gouache et le lavis, et même les crayons de couleur.

En plus des quelques pages de photographies et des textes d’Antoine Duplan et de Frédéric Pajak, le livre se compose de quatre parties d’inégales longueurs. La première regroupe quelques dessins à l’encre de Louiza Becquelin. Exposés en novembre 2016 à l’Espace Richterbuxtorf de Lausanne, en compagnie de ceux de son père, leur parenté devient évidente avec la suite de l’ouvrage. Imagination et simplicité du trait caractérisent les œuvres de la fille comme du père, dans un subtil équilibre de gravité et de légèreté.

La deuxième partie, intitulée "Production de printemps", relativement courte elle aussi, est constituée de photographies prises lors de l’exposition de Philippe Becquelin à l’Espace Richterbuxtorf en mai 2015. Elles mettent en avant de grands formats, carrés pour la plupart et réalisés au feutre. Le dessinateur y laisse jaillir un trait débridé, créant des formes presque abstraites et néanmoins anthropomorphiques.

JPEG - 10.1 ko

Viennent ensuite les dessins de l’exposition de novembre 2016, "Venus pour rire". Usant d’encre, de gouache et de lavis, Philippe Becquelin y déploie son imaginaire, chaque dessin entrant en résonance avec un court titre offrant souvent une clé de lecture. Le dessinateur joue avec les formes et les couleurs, alterne un trait d’une finesse extrême avec un travail plus empâté, fait se répondre aux courbes des lignes dures et cassantes. L’ensemble provoque une profonde impression : jamais totalement en dehors de la réalité, ces dessins en sont une interprétation personnelle et pourtant d’une grande force évocatrice.

La dernière partie, enfin, est la plus longue, la plus déstabilisante, la plus émouvante aussi. Nous entrons ici dans l’intimité d’un homme qui livre un combat vain et indispensable contre la maladie, qui le sait, et qui pourtant parvient à créer. Nommée "Le Monde et ses beautés" et reproduisant les pages d’un carnet tenu en 2016, cette ultime partie est comme un retour aux sources. Source de l’art de Philippe Becquelin, sources de l’art en général.

Le dessinateur revient en effet aux outils les plus simples qui soient : crayon, plume, feutre, stylo-bille, crayons de couleur. Le trait est de plus en plus abstrait, parfois difficile à décrypter mais jamais abscons. Les formes se font primitives. Dessins d’enfant, dessins des premiers hommes. Figures géométriques, paysages minimalistes. Que l’on s’arrête longuement sur un dessin ou un autre ou bien qu’on les feuillette, c’est la fragilité et la nécessité de la vie qui jaillit de ces pages.

Ces Derniers Dessins constituent donc bien plus qu’un simple hommage ou un soi-disant testament. Ils nous permettent de revivre les derniers mois d’un créateur sensible mais réfléchi, qui ne renia jamais son style, ne sombra à aucun moment dans la vulgarité ni même la facilité, dans un exercice - le dessin de presse - où la recherche d’un équilibre est pourtant d’une difficulté de funambule. C’est désolant et poignant. Une âme couchée sur le papier.

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

17,5 x 23,5 cm - 240 pages couleur - couverture cartonnée - parution le 4 mai 2017 -
textes d’Antoine Duplan & Frédéric Pajak - commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC.

Faire une visite virtuelle de la dernière exposition de Mix & Remix à l’Espace Richterbuxtorf.

Visionner un portrait de Mix & Remix réalisé par Pierre-Yves Borgeaud (Momentum Production) à l’occasion de la remise du Prix du rayonnement 2016 de la Fondation Vaudoise pour la Culture.

A lire sur ActuaBD :
- Mix & Remix : « Le dessin d’actualité demande d’humaniser les personnages »
- Gags – Par Mix & Remix – Les Cahiers dessinés
- Le dessinateur suisse Philippe Becquelin alias Mix et Remix est décédé à l’âge de 58 ans

  Un commentaire ?