Les Rencontres Chaland 2018 reçoivent Frank Margerin

22 juillet 2018 0 commentaire
  • Le 6 et 7 octobre 2018 aura lieu la 11e édition des Rencontres Chaland à Nérac. Ce festival revisite notamment l'œuvre de Chaland et permet de la découvrir ou redécouvrir à travers des mises en relation avec le travail de ceux qui furent ses compagnons de route ou de ceux se réclament de son influence. Pas étonnant, donc, que l'invité d'honneur de cette année soit Frank Margerin.
Les Rencontres Chaland 2018 reçoivent Frank Margerin
Yves Chaland tombe amoureux de l’Ecole belge en découvrant Franquin.

Petite commune située dans le Lot-et-Garonne à la frontière des Landes, Nérac accueille pour la onzième année les Rencontres Chaland. C’est un rendez-vous annuel pour les bédéphiles lancé par Isabelle Beaumenay-Chaland, l’épouse de l’artiste disparu dans un accident de la route en 1990. Pourquoi cette ville ? L’artiste y a passé son enfance ; d’ailleurs, la ville a renommé la médiathèque en son honneur.

Depuis la deuxième édition, il est de coutume de choisir comme invité d’honneur un auteur compagnon de route ou qui a revendiqué l’influence de Chaland sur son travail. Un coup d’œil à l’affiche réalisée par celui de cette année et on comprend aisément pourquoi le choix s’est porté sur Frank Margerin, un de ses contemporains, dans les pages de Métal Hurlant.

Quand Margerin commence à développer le personnage de Lucien, il est grassouillet. Il s’affinera par la suite.

Margerin comme Chaland ont marqué un tournant dans l’évolution de "la machine à rêver". Chaland y fut l’un des initiateurs d’un mouvement clé des années 1980 : la Ligne claire avec Josst Swarte, Ted Benoit, Serge Clerc, tous publié par Métal et Floc’h, publié dans Pilote. Margerin s’est lui aussi nourri d’influences belges comme Maurice Tillieux, André Franquin et Jijé mais surtout Morris en ce qui le concerne. Il est sans conteste dans la lignée de l’École belge avec ses dessins « gros nez » simples, personnels, efficaces, avec cependant des échos de l’Underground américain (on pense à Gilbert Shelton) qui font vibrer son trait.

Le Jeune Albert est un personnage emblématique d’Yves Chaland.

Ce n’était pas gagné. Métal Hurlant était l’avant-garde de la science fiction avec Druillet, Moebius, Gal, Corben... au générique. Mais comme ce marché s’avérait trop étroit, le mensuel cherchait à se diversifier. Margerin passant là par hasard, y publie une petite histoire en 1975, Quand l’amour frappe à la porte, commandée par Jean-Pierre Dionnet lui-même. Il vient ainsi poser ses traits clairs et ronds sur des pages que Chaland remplira à son tour trois ans plus tard. petites histoires pour la revue, principalement avec Luc Cornillon. Le frétillant Philippe Manoeuvre insuffla du Rock ces pages qui menaçaient de se scléroser, la "Machine à rêver" commençait sa révolution.

La banane a blanchi, le ventre a poussé et Lucien s’est rangé dans sa petite vie de famille.

L’exposition « Frank Margerin, le mécanicien de l’humour rock » qui se déroulera du 6 octobre au 4 novembre 2018 à la Galerie des Tanneries sera l’occasion d’en apprendre davantage sur ce dessinateur plus surprenant qu’il n’y paraît et de découvrir la façade rock’n’roll qui lui a valu sa popularité auprès des grands comme des plus jeunes.

Les protagonistes de Lucien, son rocker rebelle à la banane, et les situations de ses histoires, il les inventait à partir de son propre quotidien : lui aussi donnait avec ses amis des petits concerts dans les arrières-salles de bistrots. De là provient sans doute cette sensation d’authenticité qui distingue Lucien. Il fera partie des quelques héros de BD que l’on voit réellement grandir, devenir adulte, se marier, se ranger des voitures... tout en restant biker, cependant.

Dans le même esprit rock, un évènement Moto Mythique aura lieu sur le Parvis du Château les 6 et 7 octobre. Il y aura aussi des concerts dessinés, des projections, des spectacles, des ateliers jeunesse, des rencontres avec des auteurs et intervenants... Qui sont déjà un bon nombre à avoir confirmé leur présence :
- Jérôme d’Aviau
- François Avril
- François Ayroles
- Charles Berberian
- Hervé Bourhis
- Christian Cailleaux
- Serge Clerc
- Madeleine De Mille
- Ludovic Debeurme
- Marion Duclos
- Philippe Dupuy
- Lucie Durbiano
- Jean-Luc Fromental
- Bruno Gaccio
- Jean-Claude Götting
- Ryan Jones
- Pascal Jousselin
- Loo Hui Phang
- Loustal
- Frank Margerin
- JeanFrançois Martin
- Fanny Michaelis
- Thierry Murat
- Didier Pasamonik
- Frédéric Poincelet
- David Prudhomme
- Anna Rozen
- Zane Whittingham

L’invité d’honneur de l’édition passée, Lorenzo Mattotti, sera aussi présent.

Le héros d’Imbattable a conscience de son caractère fictionnel et l’auteur en joue pour casser le 4e mur.

Le personnage le plus personnel de l’œuvre de Chaland était le Jeune Albert, fourbe et facétieux, surréaliste et fantasque. Il donne son nom tous les ans aux prix Jeune Albert et Petit Albert décernés par les Rencontres à la Médiathèque. Cette année sont primés :

- Prix Jeune Albert : Imbattable de Pascal Jousselin (éditions Dupuis)

- Prix Petit Albert : Rescapés de la Shoah de Ryan Jones et Zane Whittingham (éditions Flammarion)

Ils seront exposés dans les locaux même de la Médiathèque Yves Chaland.

Ce album met en scène six enfants juifs qui vivent différemment cette période sombre de notre Histoire.

L’année dernière, ces Rencontres avait donné lieu à une suite de dessins représentant Nérac réalisés par les auteurs présents. Ils sont actuellement exposés dans la médiathèque Chaland.

De quoi se donner un avant-goût avant les Rencontres !

(par Céline Bertiaux)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

11e RENCONTRES CHALAND
PRESIDENT : FRANCK MARGERIN
Les 6 et 7 octobre 2018
Plus d’informations sur le SITE.

  Un commentaire ?