"Les Têtards" de Pascal Matthey : l’autobiographie en toute simplicité

16 novembre 2016 0 commentaire
  • Pascal Matthey poursuit le récit de son enfance chez L’employé du Moi. Par touches délicates et mini-récits muets, il nous montre comment se construit une identité, à la fois ordinaire et unique. Sans artifice graphique ni nostalgie appuyée, Pascal Matthey sait mettre en scène ses souvenirs intimes tout en conservant une grande pudeur.

Pascal Matthey est un artiste aux multiples facettes. S’intéressant avant tout aux arts visuels – dessin, collage, bande dessinée – il se fait parfois musicien ou éditeur. Comme tant d’autres de sa génération, il s’essaye à l’autobiographie. Mais la simplicité du ton employé comme du style graphique en font chez lui un exercice à part, assez éloigné des tendances actuelles.

Les Têtards fait suite au Verre de lait (2004) et à Pascal est enfoncé (2007), également publiés chez L’employé du Moi. Pascal Matthey y met en images ses souvenirs de pré-adolescent. Cette enfance suisse n’a rien d’exceptionnelle : pas d’événement traumatisant ni de soubresaut historique. Le dessinateur sait pourtant lui donner un caractère universel et une réelle dynamique.

"Les Têtards" de Pascal Matthey : l'autobiographie en toute simplicité
© Pascal Mattthey - L’employé du Moi 2016
© Pascal Mattthey - L’employé du Moi 2016
© Pascal Mattthey - L’employé du Moi 2016

L’ouvrage, divisé en cinq parties, suit un déroulement chronologique. Cependant, comme pour tous nos souvenirs d’enfance, la temporalité reste floue. Ellipses, omissions, accélérations et temps d’arrêt rythment le récit. Certains épisodes sont développés sur une ou deux pages. Mais l’essentiel de ces souvenirs prennent la forme d’une case. Comme les images mentales, ces cases vont du gros plan au paysage, empêchant ainsi la lassitude.

Pascal Matthey s’arrête ainsi sur les micro-événements de son enfance. Les vacances en famille, la présence de la nature, les copains, les jeux et les lectures, le premier émoi amoureux… Tout cela brosse le portrait d’un enfant heureux, à la vie somme toute banale, mais riche des découvertes qui font grandir.

Nous assistons donc à la construction d’une personnalité, d’une identité, mais aussi d’un imaginaire. Les jeux de société et surtout la bande dessinée francophone y tiennent une place importante. Pascal Matthey, par des citations graphiques ou en se dessinant en train de lire, rend hommage aux œuvres qui ont marqué sa jeunesse et qui ont probablement contribué à la formation de l’artiste qu’il est devenu. Nous retrouvons ainsi Tintin, les Dalton, les Tuniques bleues, Gaston Lagaffe et Yoko Tsuno, à laquelle l’auteur accorde une place particulière.

© Pascal Mattthey - L’employé du Moi 2016
© Pascal Mattthey - L’employé du Moi 2016
© Pascal Mattthey - L’employé du Moi 2016

Les choix graphiques confirment cette volonté de simplicité, presque d’humilité. Là où, sur le même sujet, Blutch usait dans Le Petit Christian d’une belle audace et d’un trait d’une grande liberté, Pascal Matthey s’astreint à suivre un canevas formel certes rigide mais bien adapté au ton de son récit. Son dessin est réaliste – sauf pour la dimension des têtes des personnages – sans pour autant singer la photographie. Son noir et blanc, en réalité un ensemble de gris dégradés, apporte de la douceur. Et son "gaufrier" de six cases carrées ne l’empêche pas de dessiner quelques pleines pages.

L’employé du Moi et Pascal Matthey publient donc un petit livre sans prétention, néanmoins agréable tant pour son format que pour sa façon de traiter son sujet. D’apparence anecdotique, ce récit sans pathos mais sensible parvient à toucher le lecteur et confirme les qualités de son auteur.

© Pascal Mattthey - L’employé du Moi 2016

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

104 pages - 15 X 21 cm - noir & blanc - parution en novembre 2016.

Commander Les Têtards chez Amazon ou à la FNAC.

Commander Le Verre de lait chez Amazon ou à la FNAC.

Commander Pascal est enfoncé chez Amazon ou à la FNAC.

  Un commentaire ?