Les belles années - Par Bernard Grandjean - La Boîte à bulles

18 mai 2009 0 commentaire
  • Jolie tranche de vie réalisée par l'illustrateur Bernard Grandjean qui signe sa première BD. De l'adolescence à la paternité, avec une description marquante des univers professionnels qu'il a fréquentés.

Le genre a désormais ses classiques, avec des réussites éclatantes comme le Persepolis de Satrapi ou L’Ascension du haut-mal de David B.
Pour Bernard Grandjean, cette plongée introspective dans le passé est aussi une première : un album de 150 pages destiné à un public adulte.

Retraçant ses années d’apprentissage dans le dessin (arts déco de Paris et auparavant les Beaux-Arts de Lyon) et son premier métier, celui d’éducateur, l’auteur trouve un ton à la fois sensible et drôle, qui permet au lecteur d’entrer facilement dans le récit. Ne s’épargnant pas tout en égratignant parfois son entourage, l’auteur impressionne lorsqu’il décrit ses phases de déprime avec une pudeur extrême.

Avec des descriptions convaincantes des divers milieux constitutifs de ses apprentissages, Bernard Grandjean fait œuvre de documentariste des années 1970 (les 1980 arrivent au second plan). Sa vision de Lyon, notamment, respire la vivacité.

Ses références musicales précises et vivantes toucheront les amateurs de rock 1970, et sa manière d’évoquer ses années d’éducateur maintient un intérêt constant tout en éclairant quelque peu les réalités cachées du monde du social.

Certes, le dessin fait le choix d’un éloignement du réalisme, monnaie courante dans le genre. Les planches en noir et blanc bénéficient d’une teinte bleu-vert utilisée avec parcimonie.

Mais Grandjean, en montrant nombre de ses travaux d’illustrateurs dans le cadre de l’album, démontre l’étendue des styles qu’il maîtrise. Une bonne façon de prouver aux détracteurs de la "ligne simple" qu’il s’agit bel et bien d’un choix narratif et esthétique.
Les belles années - Par Bernard Grandjean - La Boîte à bulles

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?