Les blogs BD ont plus que jamais la cote

7 janvier 2009 10 commentaires
  • Taxés de phénomène de mode par certains, les blogs BD avaient explosé sur la toile voici quelques années. Ils auraient effectivement pu bénéficier d'un engouement passager. Mais en considérant le bilan de l'année écoulée et ce que nous réserve 2009, il semblerait que l'avenir soit encore radieux pour la création en ligne.

Pour s’en convaincre, il suffisait de déambuler à Bercy Village en septembre dernier, lors de la 4e édition du Festiblog (ou Festival des Blogs BD), premier et plus gros évènement dédié à la bande dessinée en ligne. Le public y était bel et bien nombreux pour rencontrer en dédicace autant des stars que des auteurs plus confidentiels de la blogosphère. Une preuve que le dessin "palpable" a toujours la cote y compris auprès du public internaute.

D’ailleurs, les étagères des librairies nous ont encore montré en 2008 que blogs et bandes dessinées papier savaient toujours s’accorder. De Boulet à Pénélope Bagieu, les confirmés comme les révélations ont clairement décidé de se battre sur les deux fronts, et 2009 ne changera pas la donne avec entre autres des albums à paraître des blogueurs Goupil Acnéique et Aseyn, tous deux lauréats de la première Révélation Blog, décernée lors du festival d’Angoulême 2008, auxquels il faut également ajouter l’album THE plus beau métier du monde de Soph’, troisième lauréate, paru en novembre chez Paquet.

Les blogs BD ont plus que jamais la cote
Aseyn, par lui-même, lors de la remise de prix en janvier 2008

Justement, parlons-en de cette Révélation Blog ! En effet, cette récompense organisée par la maison d’édition indépendante Warum, à l’initiative du Pavillon Jeunes Talents du FIBD, a décidé de contre-attaquer cette année. Ouvertes à tous les dessinateurs de BD français, belges et suisses de plus de 17 ans et n’ayant jamais publié à titre professionnel, les inscriptions se sont closes avec pas moins de 350 blogueurs. Le jury a ensuite dévoilé le 22 décembre dernier la liste des 30 sélectionnés pour qui le public peut maintenant voter, entre le 1er et le 15 janvier.

Les membres du jury choisiront les trois lauréats le 21 janvier parmi les auteurs plébiscités par les internautes. Ces lauréats se verront invités au festival à la cérémonie de la remise des prix, le vendredi 30 janvier sous le Pavillon Jeunes Talents, avec le parrainage de la Caisse d’épargne.

JPEG - 200.9 ko
Extrait du blog "Toujours Ouvrables" de Soph’

Cette année, le premier lauréat se verra offrir la possibilité de publier son premier album sous le label Vraoum des éditions Warum. Son premier dauphin pourra publier chez Diantre ! dans la collection Blop, et le deuxième dauphin aura l’opportunité de publier régulièrement sur le site 30 Jours de BD.

Webcomics

Mais sur la toile mondiale, les webcomics continuent aussi à prospérer. Apparus bien avant le phénomène des blogs BD, ces bandes dessinées publiées sur le Net, généralement à rythme régulier, sont très nombreuses et populaires notamment chez les Anglo-saxons. Bien moins mis en lumière, les webcomics francophones ne sont pourtant pas si marginaux qu’on pourrait le penser. Le portail Lapin, créé par Phiip, s’est forgé une belle réputation auprès d’un public d’amateurs en publiant des webcomics tels que Jerry Stobbart, Ninja Blanc ou, évidemment, Lapin.

En 2007 est également apparu un nouveau site, Webcomics.fr, proposant aux bédéastes un outil facilitant la création et la mise en ligne d’œuvres en tout genre. A mi-chemin entre une simple plateforme d’hébergement et une véritable communauté, Webcomics.fr affiche aujourd’hui quelques 6300 planches publiées par plus de 200 auteurs, et un nombre de visiteurs en constante évolution.

JPEG - 44.4 ko
"Foetus & Foetus", série de Wayne publiée sur Webcomics.fr

Ces différentes possibilités de publication simples et gratuites ont amené avec elles un débat déjà en partie évoqué dans nos pages : la bande dessinée sur papier finira-t-elle par disparaître ? Dans cette même logique, Fred Boot [1] réfléchissait en octobre dernier sur son blog à une éventuelle disparition du fanzinat. Deux cas de figure pour l’instant peu envisageables.

Mais une chose est sûre : les années 2000 offrent un vaste panel d’outils permettant aux amateurs comme aux professionnels de talent (ou pas ?) de s’exprimer librement sur internet, et ils auraient sans doute tort de s’en priver.

(par Baptiste Gilleron)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

En médaillon : affiche de la soirée de remise de prix de la 2e Révélation Blog, réalisée par Reuno.

[1auteur de Shaobaibai et Balsamo publiés sur Webcomics.fr

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • Les blogs BD ont plus que jamais la cote
    7 janvier 2009 11:06, par Wayne

    Je trouve que la création sur internet a même, paradoxalement, relancé et émulé les projets collectifs papier comme les fanzines ou autres one-shot groupés.

    Voir en ligne : Foetus & Foetus

    Répondre à ce message

    • Répondu par napoileon le 7 janvier 2009 à  15:19 :

      C’est vrai que le vote, en général c’est un truc de minable... On se demande bien pourquoi on laisse les gens voter pour un blog... pourquoi pas pour un dirigeant politique ?
      Ah ah ah, on croit rêver.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 7 janvier 2009 à  23:17 :

        En fait, dans le systême de vote de Révélation-Blog il y a un petit truc spécial : il est permis pour chaque votant de faire un vote par jour. Cela renforce le côté compétitif et "audience" dans la sélection. Cela peut de fait disqualifier certains blogs d’une manière pas forcément très "démocratique"...

        Répondre à ce message

      • Répondu par Louis le 7 janvier 2009 à  23:17 :

        Voter pour ses dirigeants politiques est un acte collectif garant de la démocratie. Mais vous le savez et faites exprès de tout mélanger.

        Les choix d’un éditeur ne sont pas démocratique, et ceux qui font de vrais choix, passionnés, font acte de passeur entre le créateur et son public. Faire voter le public pour commencer, pour éditer ensuite le vainqueur de ce vote, c’est du niveau de la star’ac et c’est du marketing avant d’être de la pensée éditoriale.

        (Mais internet a besoin de ces votes pour générer une affluence et bénéficier de revenus publicitaires…)

        Répondre à ce message

  • Les blogs BD ont plus que jamais la cote
    7 janvier 2009 11:47, par Louis

    De talent.

    Ou pas ?

    Oui, là c’est inévitable. À partir du moment où tout le monde peut montrer librement ses dessins ou ses bandes dessinées, et cela sans le filtre d’un éditeur ou d’un rédacteur en chef, le meilleur comme le pire est présent.

    Ce qui me répugne dans ces prix remis à Angoulême, c’est premièrement cette place accordée aux votes des internautes, c’est assez minable mais apparemment inévitable dans le monde d’internet ; et deuxièmement cette récompense que serait l’acte de publier sur papier, renvoyant donc la création sur internet au rang de pis-aller.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Sergio Salma le 7 janvier 2009 à  12:46 :

      Pis-aller ,n’exagérons pas.
      Même si pour certains , ça restera longtemps le seul moyen d’exister, pour d’autres, si ça correspond à une réelle envie , pourquoi ne pas publier sous forme classique ?

      L’objet livre correspond à un sentiment de possession pour le lecteur ; la lecture internet c’est une autre approche dont on peut se contenter ou pas. Mais le recit , les gags, les dessins sont suspendus sur une toile aux yeux de tous sans appartenir à quiconque.

      Le film qui ressort en DVD quelques mois après est-il un pis-aller ? Il répond aux mêmes attentes.
      D’autant que vous oubliez que l’éditeur au moment où il passe au support-papier pense aussi au public qui n’a pas été atteint par la lecture web. Si vous, vous êtes à la pointe, il y aura toujours une frange de lecteurs qui ne choisira pas entre l’un et l’autre, mais qui simplement achètera le livre comme il l’aurait fait sans cette prépublication.

      Vous avez déjà oublié qu’il y a peu de temps encore, TOUTES les bandes dessinées ou presque étaient d’abord publiées dans des revues.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Louis le 7 janvier 2009 à  23:24 :

        Vous ne m’avez pas compris, ou je me suis exprimé de travers. Bien sûr qu’internet peut-être un outil de prépublication formidable.

        Mais je pointe un paradoxe : la récompense pour la meilleur bande dessinée créée sur (pour) internet, c’est d’être publiée en bouquin ! La création sur internet reste donc considérée dans le meilleur des cas comme une prépublication, mais n’ayant pas de réel intérêt ou finalité en soi.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Baptiste Gilleron le 8 janvier 2009 à  00:50 :

          Il y a une nuance à prendre en compte : la récompense n’est pas nécessairement l’édition papier du contenu du blog tel quel. Le lauréat a le choix de réaliser une oeuvre originale. Ce constat de "prépublication" est donc déplacé.

          De plus, comme l’a dit M. Salma, à une certaine époque toute bande dessinée était prépubliée en magazine, donc payant (comme c’est encore le cas au Japon). Le lecteur était libre d’acheter ou non ces revues et les albums reliés. La publication sur internet représente une évolution logique à notre époque. Libre aux auteurs de s’en servir et de publier ensuite le même contenu en version papier. Et là encore, libre au lecteur de lire les blogs et d’acheter les albums qui en découlent.

          Qu’on approuve ou non ce fonctionnement, il est quand même dommage de blâmer les créateurs sous prétexte qu’ils se font connaître sur le net puis cherchent à toucher un nouveau public en gagnant un peu leur vie. Tenir un blog est tout de même un gros investissement personnel.

          Répondre à ce message

  • Les blogs BD ont plus que jamais la cote
    18 janvier 2009 12:16, par Michel Lebailly

    Pour les amateurs du blog des éditions Lapin une rencontre à ne pas manquer samedi 24 janvier à partir de 15 h :

    Lapin présentera sa collection "idioties" à la librairie Goscinny

    Avec Gad, Puyo et Phiip qui dédicaceront chacun leur numéro :
    - Gad dédicacera "Ultimex" ;
    - Puyo "en une image"
    - et Phiip "Tonton Lapin"

    avec pistaches et carottes à volonté !

    Voir en ligne : Librairie Goscinny

    Répondre à ce message