Les isolés – Par Alexandre Franc – Editions Paquet

16 mai 2007 0 commentaire
  • Pour son premier album, Alexandre Franc nous livre un petit chef-d’œuvre de justesse et d’étrangeté sur un sujet précieux et rare : l’agonie d’une relation amoureuse.

« Aime-t-on vraiment ceux qu’on aime ? », s’interrogeait gravement Montherlant au crépuscule de sa vie, avant de se mettre une balle dans la tête. L’air de rien, cette question sur la nature de l’amour est au cœur de cet album puissant qui met en scène un couple de jeunes adultes dont la relation est déjà ancienne, mais qui semble vivre aujourd’hui une « crise ». Leur retraite hors saison dans un coin perdu de la côte est une occasion de la dernière chance pour renouer les fils d’une relation semble-t-il rompue à jamais. Ce n’est pas qu’ils ne s’aiment plus, ces deux-là ; les tendres moments, les escapades romantiques, la complicité, l’émotion sont toujours là, intacts comme au premier jour. Mais le désir, lui, a disparu.

Ce qui divise le couple, c’est un drame. Les deux amants en ont été blessés. Aucun d’entre eux n’en est vraiment le responsable, mais chacun s’est caparaçonné depuis dans son silence, sans chercher à partager sa souffrance. La ligne de démarcation est morale, sans doute, liée à l’éducation, ou plus simplement à la personnalité profonde de chacun des protagonistes. Barbara est une femme libre, indépendante, aventureuse et qui entend le rester. Philippe est bien plus casanier, obsédé par son boulot (c’est un spécialiste de l’économie), et pour le reste, peu enclin à sortir des sentiers battus. L’un et l’autre font le constat d’une vie médiocre, comparée aux espérances de leur jeunesse pas si lointaine. Elle a gardé l’insouciance des origines, ses joies enfantines, ce qui lui permet de communiquer avec Rémi, l’employé un peu simplet en charge de l’entretien de l’hôtel. Lui s’est enfoncé dans la lecture, un plaisir rassurant parce que prévisible, mais peu en phase avec une réalité qui le fait souffrir.

Tout l’album d’Alexandre Franc est marqué par ce climat un peu froid de fin de saison, quand les premiers crachins glacés d’octobre annoncent l’hiver à venir. On pense au Ghost World de Dan Clowes qui avait su lui aussi capter avec talent ces moments imperceptibles et douloureux de l’existence. Un joli petit livre à mettre à l’actif de la nouvelle collection Discover chez Paquet.

Les isolés – Par Alexandre Franc – Editions Paquet
"Les Isolés" par Alexandre Franc
(c) Editions Paquet

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?