Livre-Paris 2018 : Gaston super-star

20 mars 2018 3 commentaires
  • Le salon Livre-Paris qui a fermé hier à la Porte de Versailles a eu une scène BD très animée cette année. En particulier grâce à un héros inventif mais flemmard, bien intentionné mais maladroit, une création due au génie de Franquin : Gaston Lagaffe. La sortie du film « live » éponyme qui sort en salle le 4 avril prochain, en était le prétexte.

Le salon du livre de Paris, Livre-Paris, a fermé ses portes hier soir. Russie invitée, sauf Poutine, cohues présidentielle et ministérielle (le Premier Ministre Edouard Philippe a signé son bouquin entouré de gardes du corps) et surtout, surtout, Gaston en vedette. Tel peut se résumer ce grand moment parisien du livre en prélude au printemps

De Macron à Gaston

Livre-Paris 2018 : Gaston super-star
Le dernier numéro de ZOO avec Gaston en couverture. (Disponible gratuitement en librairie BD et sur Zoolemag.com)

Lors de l’inauguration, le Président Emmanuel Macron accompagné par une cohorte de cerbères qui, ajoutés au bénévoles d’En Marche, bousculaient le public pour faire passer un président ensevelis par les caméras, était de passage au stand Dargaud-Dupuis-Lombard. Claude de Saint-Vincent , le PDG du groupe, lui colla dans les mains Guantanamo Kid d’Alexandre Franc et Jérôme Tubiana (Dargaud), allusion à la politique de Macron sur l’immigration ? Qui sait ?...

On lui demande par ailleurs s’il aime Gaston Lagaffe : « - J’adore Gaston Lagaffe ! » a-t-il répondu. Théorise-t-il « la gaffe créatrice » pour conduire son quinquennat ? Là encore, qui sait ?...

Emmanuel Macroon sur le satnd Dargaud-Dupuis-Lombard

Gaston a en tout cas été le fil rouge de cette édition avec une exposition organisée par UGC, le distributeur de l’excellent film de Pierre François Martin-Laval, alias Pef qui sort en salle le 4 avril prochain dont nous vous reparlerons prochain.

Cette exposition faisait le teasing du film en comparant certaines inventions faites par Gaston et la façon dont elles ont été transposées à l’écran. Au centre du dispositif, la fameuse Fiat 509 de Gaston datant de 1929…

Une exposition Gaston

L’engin a été prêté aux organisateurs par Michel Legendre, président du Club Fiat de France : « Les éditions Dupuis France avaient refait cette voiture et l’avaient refaite suivant les indications d’André Franquin. Ils avaient des problèmes pour la faire fonctionner car ils l’avaient endommagée en la remorquant. Les garagistes traditionnels ne pouvaient pas la réparer. Dupuis a téléphoné chez Fiat qui les a renvoyés vers moi. Il y avait Angoulême à faire et c’est là que j’ai connu Monsieur et Madame Franquin. Monsieur Franquin m’a raconté que Dupuis avait d’abord pris une voiture ressemblante, mais c’était une Citroën ! Ils ont dû changer la voiture pour une Fiat qu’ils ont trouvée chez un boucher en Touraine qui l’utilisait pour faire ses livraisons au début des années 1980. Franquin l’avait choisie parce que quelqu’un de sa famille avait la même. Il en avait, disait-il, conservé des photos. Il travaillait aussi sur une maquette qu’il avait fait faire. »

L’exposition Gaston à Livre-Paris
La voiture de Gaston et Michel Legendre, son heureux propriétaire.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

La surprise, c’est que contrairement aux albums, le conducteur se trouve à droite. «  La plupart des voitures anciennes avant 1930 avaient une conduite à droite, nous raconte l’expert. Parce que les routes étaient tellement mauvaises qu’il valait mieux viser le bas-côté pour conduire. C’est quand il a fallu doubler que la conduite a été portée sur la gauche. Gaston a rendu cette voiture célèbre. »

Dans cette voiture se sont assis non seulement Liliane et André Franquin mais aussi, selon le propriétaire de cette Fiat de 1929, Claire Bretécher.

Gaston « en vrai »

L’autre moment fort du Salon a été la présence de l’acteur du film, Théo Fernandez, incarnant Gaston avec une vérité confondante, accompagné de son producteur Romain Rojtman dans un débat animé par Anne Douhaire de France Inter.

Gaston on stage à Livre-Paris. Avec Anne Douhaire et Romain Rojtman.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)
Gaston assailli par ses jeunes fans.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Inutile de dire qu’il a eu beaucoup de succès et que de nombreux jeunes lecteurs ont pu faire le selfie avec la voiture du gaffeur. Passant « en même temps » de Gaston à Théo pour raconter en avant-première les différentes anecdotes liées au fil, l’acteur a obtenu beaucoup de succès, de même que le producteur qui a expliqué avec force détails les difficultés rencontrées dans la réalisation de ce film.

Faut-il licencier Gaston ?

Enfin, Gaston a été l’objet d’un « Faux Procès ». Les éditions Dupuis d’attaquer Gaston Lagaffe en justice en raison des préjudices occasionnés à l’entreprise et notamment ses relations avec le célèbre Monsieur De Mesmaeker afin de le virer sans indemnités et même avec une demande de dommages et intérêts. Mais le bougre se défend : il a un avocat !

La journaliste Clara Dupont-Monod (France-Inter) était présidente du jury ; le journaliste Didier Porte (Europe 1) incarnait M. Gérard Laconta, contrôleur de gestion, le supérieur de M. Boulier ; Sergio Honorez, directeur éditorial des éditions Dupuis incarnait… Monsieur Dupuis, chapeau et cigare compris ; l’historienne du Journal de Spirou, Christelle Pissavy-Yvernault, jouait le rôle un témoin de moralité, de même que l’humoriste et comédien Léon Bonnaffé. Les avocats, des professionnels, parmi les meilleurs du barreau de Paris étaient, pour l’accusation, Me Ambroise Colombani, et pour la défense, Me Romain Boulet.

L’incroyable "faux-procès" de Gaston
Capture d’écran

Cela a donné un échange absolument jouissif, délirant et drolissime, qui se conclut par la relaxe du gaffeur et son maintien dans l’entreprise avec après un vote à main levée du public : « Le peuple a choisi la paresse, c’est donc un peuple en bonne santé ! » a commenté la Présidente de ce faux-procès qui fera date et, qui sait ?..., jurisprudence.

Documents
Le film sort le 4 avril 2018.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Livre-Paris 2018 : Gaston super-star
    22 mars 09:21, par Somerset

    Eponyme ne s’emploie pas ainsi. C’est Gaston qui est éponyme, pas le film.

    Pour ce qui est du film lui même, difficile de juger sur la base de la seule bande-annonce mais cela semble très premier degré.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 22 mars à  23:19 :

      La BD Gaston EST premier degré.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Dom le 26 mars à  18:06 :

        Gaston nous fait rire au premier degré, mais nous fait prendre du recul sur le quotidien au second degré.

        Répondre à ce message