MARC GRICOURT (Maire de Blois) : "La bande dessinée est un art de l’humanité."

24 novembre 2015 1 commentaire
  • Maire PS de Blois depuis 2008, Marc Gricourt inaugurait vendredi dernier BD BOUM, le 32e festival de Blois, une semaine exactement après la tuerie du vendredi 13. Nous publions ici le texte de son discours.

Mesdames Messieurs

Permettez-moi de saluer chaleureusement votre présence à tous au sein de l’écrin royal de notre ville pour cette nouvelle édition du festival de bande dessinée de Blois, BD-Boum, merci d’être là.

Merci d’être là parce que vous aimez la BD, parce que vous aimez Blois, mais aussi merci d’être là, soudés, dans vos singularités, vos engagements respectifs mais unis par la certitude du caractère essentiel de la culture et de la création au moment où les obscurantismes et les replis sur soi nous attaquent.

2015 aura vraiment été une année de merde comme dirait l’autre. Les attentats de janvier contre Charlie et contre le magasin Hyper Casher avaient tout particulièrement ému la communauté de la bande dessinée et l’inauguration de notre Maison de la BD avait été l’occasion pour chacun de nous de nous recueillir autant que d’affirmer notre volonté de combattre. Et il y a exactement une semaine, les attentats contre Paris, contre la jeunesse, la vie et nos modes de vie avaient lieu, tuant plus de 129 innocents et blessant plusieurs centaines d’autres.

Parce que c’est devant vous que je m’adresse, parce qu’il s’est produit une nouvelle agression aveugle, folle et barbare et parce que de fait tout cela réinterroge le sens de nos engagements, je vous demande de bien vouloir respecter une minute de silence.

[Minute de silence]

Je vous remercie.

MARC GRICOURT (Maire de Blois) : "La bande dessinée est un art de l'humanité."
Annie Goetzinger, Jean-Pierre Baron et Marc Gricourt, pendant la minute de silence.

"Un art de l’humanité"

Le bébé de BD-Boum a moins d’un an, la maison de la BD va bien. Elle grandit bien et ses parents âgés de 32 ans, sont fiers d’elle. Le pari n’était pas gagné d’avance mais avec le président Jean-Pierre Baron et le directeur de l’association Bruno Genini, l’ensemble de ses militants et la municipalité nous sommes parvenus à faire de ce lieu ce dont nous rêvions, ce dont je rêvais : un lieu de culture, un lieu de création, un lieu de partage et un lieu d’éducation, en bref un lieu de vie au moment même où des forces de mort prétendent nous détruire.

La BD c’est la création, la transgression, le débat, l’insolence, c’est aussi la transmission, le figuré pour amplifier le signifié, l’universalité du propos et finalement un art de l’humanité, un art vivant, un art de vie.

Il y a une semaine des âmes déjà mortes ont attaqué des symboles de vie : la musique, le sport, le vivre ensemble autour d’un verre, d’un bon repas, échanger sur une terrasse, les rires, les bonheurs et les malheurs qui font la vie des gens vivants.

Elles ont frappé, elles ont tué, mais elles ont aussi réveillé nos consciences, notre attachement à notre mode de vie, à nos traditions : celles qui dépassent les replis identitaires, religieux ou communautaires, ces traditions qui font de notre pays le plus grand pays de la polémique, celui de la liberté de ton, celui du respect de tous dès lors qu’ils s’engagent à respecter ce qui cimente notre vivre ensemble.

JPEG - 31.4 ko
Entourant Annie Goetzinger, Grand Boum 2015, M. Christophe Degruelle, président d’Agglopolys, M. Marc Gricourt, maire de Blois, le président de BD BOUM M. Jean-Pierre Baron et le commissaire de l’exposition Patrick Gaumer.

La Bande Dessinée c’est un peu tout cela à la fois et quel symbole que de rendre hommage à Luz en ces temps assombris, mais aussi de présenter l’exposition d’Annie Goetzinger, grand boum 2014 dont je salue ici la présence.

Votre présence nombreuse, le talent des auteurs, la richesse des éditeurs, l’engagement des libraires, la présence du public seront une fois de plus les meilleurs témoins de notre volonté de toujours laisser à la culture le dernier mot. Cette année pour des raisons que l’on comprendra tous, toute la partie du festival à destination des écoliers n’a pu avoir lieu, mais tout au long de l’année et je l’espère au plus vite, la maison de la BD rouvrira ses portes aux jeunes générations qui trouvent ici de véritables sources d’épanouissement et de connaissance. [...]

A tous, je souhaite un excellent festival.

JPEG - 21.2 ko
Le maire de Blois, Marc Gricourt, proclame le nouveau Grand Boum pour 2016, Nicolas de Crécy.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Photos : D. Pasamonik (L’Agence BD)

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Art de l’humanité ?
    23 décembre 2015 10:03, par Jacques Langlois

    C’est beau...mais ça ne veut pas dire grand-chose : parmi les huit autres arts- puisque la BD serait le 9è- , y en a t’il qui ne représenteraient pas tout autant l’humanité, la vie, le vivant ?
    Le membre du cabinet du maire de Blois en charge de ses discours devait être en panne d’inspiration ou avait abusé des rillons et du Vouvray avant de se coller à l’exercice...

    Répondre à ce message