Mattt Konture, punk au coeur tendre

25 avril 2012 12 commentaires
  • Mattt Konture est sans doute le moins médiatique des fondateurs de l'Association. Mais sa bibliographie ininterrompue, aussi bordélique que sincère, mérite que l'on s'y attarde. Un film et un comix, qui viennent de paraître, permettent de mieux cerner ce punk au cœur tendre.
Mattt Konture, punk au coeur tendre
Mattt Konture en avril 2012
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Francis Vadillo, derrière la caméra, a choisi d’intituler son documentaire « L’Éthique du Souterrain », clin d’œil appuyé à l’underground cher à Mattt Konture. Pendant deux ans, le réalisateur s’est employé à filmer Konture tantôt chez lui, tantôt en déplacement, toujours dans des phases créatives qu’elles soient musicales ou dessinées. Pour cerner au mieux le montpelliérain à la chevelure en bataille, Vadillo a tendu son micro à ses amis : Pacôme Thiellement, JC Menu, Killoffer... Unanimement, c’est l’œuvre totale qu’ils pointent : une montagne de pages qui sont tellement imbriquées dans la vie personnelle de Mattt Konture, qu’elles en deviennent indissociables.

Car derrière leur aspect oppressant ou désordonné, les bandes dessinées de Konture sont d’une grande sensibilité. Celui qui se donne la peine de s’y pencher sera étonné par leur clarté, par leur simplicité désarmante. Konture apparaît dans ce film tel qu’en lui même : une personne d’une grande douceur, totalement engagé dans son travail, capable de mettre la même énergie dans un fanzine photocopié à 50 exemplaires que dans un livre soigné à L’Association. C’est précisément ce grand écart artistique que le film résume parfaitement.

PNG - 74.2 ko
Le DVD du film s’accompagne d’un comix retraçant l’élaboration du reportage

En complément, Mattt Konture propose « Comixture jointe », une courte bande dessinée qui retrace le film, du point de vue du dessinateur. On est en droit d’être lassé par la veine autobiographique qui s’est démultipliée ces dernières années, mais la parution de ce coffret est l’occasion de se remémorer que Mattt Konture a été l’un de ses pionniers en langue française.

« L’Éthique du Souterrain » et sa « Comixture jointe » constituent en tout cas une belle invitation à redécouvrir des classiques de la bande dessinées alternatives que sont « Printemps Automnes », « Autopsy d’un Mort Vivant » ou « Les Contures ».

JPEG - 252.7 ko
Une page brute de "Comixture jointe", avant corrections.
© Mattt Konture - L’Association

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
12 Messages :
  • Ils auraient quand même pu corriger ses fautes de français, avant d’éditer ce ... cette ... "BD".

    Répondre à ce message

    • Répondu le 25 avril 2012 à  11:51 :

      Quel mépris.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 25 avril 2012 à  12:12 :

      La planche est un "brut de scan". La version définitive et publiée est corrigée, évidemment...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Mattt Konture le 27 avril 2012 à  08:05 :

        "fautes de francais" ? Fautes d’orthographe , plutot ; et cette repro "brute de scann" est horriblement dégueulasse ! L’originale ne fait pas cet effet la ! la version publiée ,elle, est impéccable, heureusement !

        Répondre à ce message

        • Répondu par Morgan Di Salvia le 28 avril 2012 à  11:03 :

          Désolé pour cette page "brut de scan", récupérée sur le site de l’éditeur. Je pense que grâce à votre commentaire, tout le monde a bien compris qu’il s’agissait là d’un document inachevé, et que la version imprimée est tout autre.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Zebra le 30 avril 2012 à  11:43 :

            - A propos d’orthographe, le critique littéraire belge A. t’serstevens fait remarquer que les écrits épistolaires du XVIIIe siècle sont remplis de fôtes d’orthograf, mais néanmoins d’une grande simplicité et clarté d’élocution. L’importance accordée à l’orthographe est récente ; elle n’a pas grand’ chose à voir avec l’art, mais bien plutôt avec la fonction publique. Reprocher à un artiste ses fautes d’orthographe, c’est un peu comme lui reprocher son manque de politesse. Rien ne dit que l’art et la politesse s’accordent.
            - J’ai repéré une erreur dans l’article : depuis ce film sur Mattt Konture, il n’est plus le moins médiatique fondateur de l’Association ; le titre revient désormais à Olivier Josso, sauf erreur statistique de ma part.

            Répondre à ce message

  • Mattt Konture, punk au coeur tendre
    27 avril 2012 08:08, par Mattt Konture

    mon comix ne retrace pas l’éllaboration du reportage, il en est un complément ; c’est différent .

    Répondre à ce message

    • Répondu le 27 avril 2012 à  10:01 :

      J’ imagine que ce commentaire est un est un "brut de scan" et que La version définitive et publiée sera corrigée, évidemment...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Fred le 27 avril 2012 à  15:11 :

        Ca va un moment les remarques débiles ! On peut être un grand artiste et faire des fautes d’orthographe, il suffit de voir Moebius/Giraud, certaines subsistent dans les albums.

        Répondre à ce message

      • Répondu le 27 avril 2012 à  15:54 :

        Bravo, vous pouvez être très fier de votre commentaire ! (le pire c’est que vous devez l’être en plus, malin comme vous vous imaginez)

        Répondre à ce message

  • Mattt Konture, punk au coeur tendre
    30 avril 2012 12:20, par Adrien

    c’est sympa de parler de Mattt Konture et me donne envie de le relire.
    après je trouve dommage que l’auteur de l’article semble s’étonner qu’on puisse être punk et sensible à la fois, et qu’il considère comme un "grand écart artistique" de bosser sur des fanzines et pour l’Association en même temps, alors que j’aurais plutôt tendance à considérer cela comme une démarche logique et "entière". voilà j’ai pas pu m’empêcher d’y aller de mon petit commentaire, excusez-moi :)

    Répondre à ce message