« Mezek » de Yann & Juillard : Des ailes pour Israël

11 avril 2011 4 commentaires
  • La Guerre d’Indépendance de l’état d’Israël en 1948 est au cœur d’une rencontre inédite entre le dessinateur André Juillard et Yann : "Mezek" (Éditions du Lombard). Un sujet d’autant plus passionnant qu’il est sensible et que Yann s’ingénie à explorer un cas limite dans un contexte jusqu’ici peu exploré par la fiction.
« Mezek » de Yann & Juillard : Des ailes pour Israël
Le Lombard publie également le carnet des croquis de Juillard pour l’album.
Ed. du Lombard

Il faut bien dire que ce genre de livre se prend toujours en mains avec une pointe d’appréhension. Le mot « juif » ou « Israël » hystérise souvent les discours. Chacun croit avoir une opinion sur ce sujet sans forcément en savoir plus que les cinq minutes d’infos que la télé veut bien y consacrer quotidiennement. Que deux auteurs dont ce n’est pas la spécialité viennent y ajouter leur grain de sel n’ajoute rien à l’affaire, au contraire : après tout, à tort ou à raison, Yann traîne derrière lui une espèce de « réputation » dont il est temps de lever le malentendu. Cet album en est l’occasion.

« C’est du lard ou du Cacher ? »

Il faut dire que depuis près de trente ans, cet auteur, plus que tout autre et c’est là une curiosité, aime à glisser des Juifs dans ses récits, que ce soient Les Innommables, Les Éternels, Odilon Verjus, Spirou, ou la fameuse Patrouille des Libellules… Cette dernière série lui valut des lettres d’organisations juives suffisamment menaçantes pour que Glénat l’arrête sans autre forme de procès.

Or, c’est précisément dans ces circonstances lourdes de polémiques que Yann avait évoqué ce projet il y a vingt-cinq ans alors qu’on l’interrogeait sur le soupçon d’antisémitisme qu’il avait eu à subir. Récusant cette accusation, injustifiée à ses yeux, il en avait ajouté dans la provocation en déclarant : « Pour me racheter, je vais faire un album exaltant les débuts de l’aviation israélienne en 1948. J’ai déjà le titre : Torah ! Torah ! Torah ! » [1]

On n’avait pas perçu que derrière cette boutade grinçante, il y avait une vraie info, un sujet qui le passionnait : « Il y avait effectivement, au-delà de la blague, un fond de vérité, mais tu penses bien que jamais je n’aurais publié cet album avec ce titre. Au départ, je devais le faire avec Marc Lumer, sous l’angle humoristique, c’était au temps des Innommables et de La Patrouille des Libellules. C’était dans le registre de Godard, documenté et sérieux, mais avec de l’humour. »

JPEG - 98.5 ko

Mais n’éludons pas cette question : pourquoi cette apparente « obsession » pour les Juifs ? La réponse est un peu excédée tant elle lui semble incongrue : « C’est tout con. Au lycée, mes copains s’appelaient tous Choukroun, Bensoussan ou Cohen. J’étais invité aux Bar Mitzvot, j’étais très intégré dans ce milieu. Et puis, j’ai toujours été attiré par l’humour juif : Goscinny, Kurtzman, Gotlib... Pour survivre dans le lycée un peu voyou dans lequel j’étais à Marseille, tu devais être soit avec les Corses, soit avec les Gitans, soit avec les Juifs… C’était plus une affinité élective qu’un calcul : je faisais de la radio avec un copain et je chroniquais toutes les semaines avec lui une BD sur Radio Judaïca. C’était déjà un peu tendu, on entrait par une porte blindée et tout cela… J’ai toujours un peu baigné dans un milieu juif, J’ai été moi-même « Shabbes Goy » (Gentil de Shabbat) [2]. »

Buck Danny chez les Juifs ?

Mezek est la marque de ces avions que le jeune état hébreu rachète à la Tchécoslovaquie, des vieux Messerschmitt au bord de la déglingue qui doivent lutter contre les Spitfire tout neufs des Égyptiens du Roi Farouk. Son héros est Bjorn, un Suédois blond aux yeux bleus, aviateur volontaire grassement payé en butte aux quolibets et au mépris des « Sabra », ces Palestiniens juifs combattant pour l’indépendance d’Israël.

Est-ce pour autant une banale histoire d’aviation en terre hébraïque ? Non pas, l’intrigue tourne autour d’un lourd secret que dévoile une histoire d’amour. Le beau dessin classique de Juillard s’accommode d’un récit de guerre appuyé sur une documentation fouillée (on y mentionne la sourde rivalité entre l’Irgoun de Menachem Begin, un mouvement proche de l’extrême droite et la Hagannah de Ben Gourion affichant ses attaches communistes pour mieux arracher la reconnaissance du jeune état à l’Union soviétique), entrecoupé de scènes tendres et quasi poétiques dont l’esthétique fait penser à des scènes de Valse avec Bachir : « C’est un pur hasard car mon album a été conçu bien avant » fait remarquer Yann.

L’histoire commence sur des sabotages à répétition mais elle fait rapidement la place à un développement moins ténu. . Comme dans le cas de Il était une fois en France de Nury & Vallée (Editions Glénat), nous sommes face à un cas limite : «  Je ne voulais pas d’intrigue à la Ric Hochet. C’est plus impliquant pour le lecteur, cela stimule l’imagination, je voulais qu’il se demande ce qu’il aurait fait à leur place… J’ai été marqué par le film de Louis Malle, “Lacombe, Lucien”. Le héros était un véritable salopard, il n’y avait rien le défendre, mais on s’y attachait quand même. »

Nous sommes ici devant un Israël des origines un peu idéalisé : « C’est comme dans toutes les révolutions ou lors de la Guerre d’Espagne à ses débuts, où il y a toujours une période assez pure et enthousiaste en dépit de combats assez durs et de massacres. Je ne cherche pas non plus à faire une œuvre d’historien. Il est probable qu’il subsiste quelques imprécisions. »

JPEG - 18.2 ko
André Juillard & Yann
Photo DR - Le Lombard

Reste la question de savoir pourquoi un sujet aussi passionnant ne fait pas l’objet d‘une mini-série de quatre ou cinq albums, il y avait pourtant la matière… : « Ah mais, je suis heureux et je baise les pieds d’André Juillard d’avoir bien voulu dessiner cette histoire ! C’est sûr que j’aurais bien aimé la développer, mais sans Juillard, ce scénario dormirait toujours dans mon tiroir ! Je suis déjà bien content qu’il existe. C’est uniquement grâce à Juillard que les portes se sont ouvertes, sinon c’était non. Les gens évitent les polémiques ou de prendre le risque que cela suscite un malaise, qu’il y ait des levées de bouclier. Si l’on veut éviter les ennuis, autant ne plus faire que des Schtroumpfs, et encore ! »

Une prise de risque de la part de Juillard, donc, qui nous vaut un des meilleurs albums du moment.

JPEG - 52.5 ko
Croquis d’une estampe pour la Galerie Brüsel
(C) Juillard - Yann / Le Lombard

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

"Mezek" par Yann et André Juillard, collection Signé, au Lombard

"Mezek" fait l’objet d’une exposition-vente Juillard "Mezek" à la Galerie Champaka, du 29 avril au 22 mai 2011 (27, rue Ernest Allard, 1000 Bruxelles)

Commander "Mezek" sur Amazon ou à la FNAC

Commander "Mezek - Le Carnet de croquis" sur Amazon ou à la FNAC

[1In Les Cahiers de la Bande Dessinée N°85, Glénat, Grenoble, juin 1985.

[2Dans les milieux juifs très religieux où l’on ne peut allumer la lumière, des non-juifs sont sollicités pour par exemple appuyer sur le bouton de l’ascenseur.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • « Mezek » de Yann & Juillard : Des ailes pour Israël
    11 avril 2011 09:54, par Sergio Salma

    Ho ! ça alors ! Un album que l’on achète et dont l’histoire se termine ?! Est-ce possible ? Chapeau .Hé ! Les amis, voilà une des solutions pour cet embouteillage permanent ! Les gens n’achètent plus les tomes 1 et 2 , ils se méfient vu que les tomes 3 sont tributaires du succès des 2 premiers. Puis aussi ils se disent (et je les comprends) : " j’achèterai le tome 2 et la fin quand ça sortira. J’aurai l’histoire complète." Du coup ,ben ça sort pas puisque le tome 1 personne l’a acheté ! Perso, je fais pareil. Je vais pas au cinéma pour voir une moitié de film , quelle idée. Ici,un beau décor, un contexte historique et politique riche, deux cadors aux manettes et pas de saga en 23 tomes + les spin-off en vue alors qu’il y a visiblement la matière ( façon carnets d’Orient de Ferrandez).

    Répondre à ce message

    • Répondu par Michel Dartay le 11 avril 2011 à  21:21 :

      Vous avez raison Sergio, tout comme Didier. Il s’agit en effet d’un excellent album, original et magnifique. Yann et Juillard (dont les réputations ne sont plus à faire dans chacun de leur domaine !) ont tous deux livré un travail remarquable, peut-être le meilleur de ces dernières années. Un article élogieux commente d’ailleurs cet album dans le dernier Zoo. Pour le lire, il suffit d’aller sur zoolemag.com

      Répondre à ce message

  • "Mezek est la marque de ces avions que le jeune état hébreu rachète à la Tchécoslovaquie, des vieux Messerschmitt au bord de la déglingue qui doivent lutter contre les Spitfire tout neufs des Égyptiens du Roi Farouk."
    Qu’est-ce qui vous fait dire ça ? C’est exactement le contraire. Les avions achetés clandestinement par Israël à la Tchécoslovaquie n’étaient pas vieux, au bord de la déglingue, mais étaient des Avia S199 neufs. Construit après-guerre en Tchécoslovaquie, le S199 était une évolution, c’est vrai, du Messerschmitt 109. Le problème c’est que, faute de moteurs d’origine disponibles, les usines de Prague y ont installé un autre moteur allemand, inapproprié (trop lourd, notamment), d’où un comportement exécrable, d’où aussi le surnom de Mezek donné par les Tchèques (mule). En plus, la fabrication était médiocre, avec certaines pièces usagées. D’où de nombreuses pannes et accidents. Les Spitfire égyptiens en revanche était, eux, des surplus de guerre britanniques cédés au Caire.
    Je n’ai pas encore vu l’album de Yann et Juillard, donc je ne sais pas s’ils en parlent, mais les Israéliens ont à leur tour mis en service des Spitfire fin 1948, notamment en récupérant les épaves abandonnées par les Anglais lorsqu’ils se retirent de la Palestine et celles d’avions égyptiens abattus, pour remettre en état de vol des appareils à partir des éléments encore en état. Ce qui ne les a pas empêché d’être efficaces et préférés par les pilotes aux "Mule".
    C’était la minute de pédanterie aéronautique de Mister Wing.
    A. Herbez

    Répondre à ce message

  • hors la qualité du livre, un bon coup pour le lombard. deux couvertures différentes, un carnet de croquis... et un sacré bon coup pour la collection signé, qui en avait besoin.

    Répondre à ce message