Moi, quand je me réincarne en Slime T1 - Par Taiki Kawakami & Fuse - Kurokawa

21 novembre 2017 0 commentaire
  • Un employé de bureau meurt et se réincarne dans un autre monde sous forme de Slime, le monstre le plus faible du bestiaire fantastique ! Contre toute attente c’est le début pour lui d’une grande épopée, singulière, qui nous laisse avec une excellente première impression !

Le concept et l’origine de ce nouveau manga ne devraient guère surprendre nos lecteurs, tant les deux dernières années ont vu les éditeurs, en particulier Ototo, exploiter le filon. Cette fois-ci c’est Kurokawa qui tente sa chance.

De quoi parle-t-on ? D’une part des adaptations manga de light novels [1] et de l’autre des histoires projetant des personnes ordinaires dans un monde d’heroic fantasy. Citons parmi les titres les plus populaires du moment Re:Monster, The Rising of the Shield Hero, Re:Zero, avec les variantes que sont Sword Art Online, Gate - Au-delà de la Porte et Overlord.

Ce nouveau titre, les aventures d’une slime, a d’ailleurs beaucoup en commun avec Re:Monster : débuté comme web novel amateur par son auteur, repéré par un éditeur, Micro Magazine, qui le publie en papier depuis 2014, avec onze tomes pour le moment, il est rapidement décliné, à partir de 2015, en manga chez Kodansha, comptant pour l’heure cinq tomes.

Quant au concept de l’histoire, là aussi le parallèle avec Re:Monster apparaît évident : Satoru, employé de bureau lambda, se fait assassiner en pleine rue pour un vulgaire vol à l’arrache. Alors qu’il pense que sa vie sans intérêt va s’arrêter là, il se réveille dans un environnement qu’il ne ressent que par le toucher.

Moi, quand je me réincarne en Slime T1 - Par Taiki Kawakami & Fuse - Kurokawa
© Tensei shitara Slime datta ken © Fuse / Taiki Kawakami / Kodansha Ltd.

Après quelques expérimentations il comprend qu’il s’est réincarné en tant que créature, une slime, dotée de deux compétences uniques : « Prédateur », lui permettant de récupérer les aptitudes de ses adversaires en les assimilant, et « Grand sage », sorte d’encyclopédie vocale qui le renseigne sur ce nouveau monde.

Comme dans Re:Monster, le personnage principal se réincarne en monstre de bas étage avec une capacité lui permettant d’acquérir les pouvoirs de ses ennemis en les mangeant, moteur de son évolution. Et le récit débute également avec une tribu de gobelins, avant d’enchaîner assez rapidement avec une cité naine commerciale, ouverte à toutes les races.

Cependant le titre apparaît bien plus scénarisé, avec un déroulement plus classique et une intrigue fleuve en toile de fond, celle de la légende de « L’Héroïne et du Dragon ». Ce premier tome a de plus le mérite d’avancer vite, d’accumuler les rencontres, permettant de rapidement déployer l’univers : Ainsi après être venu en aide à une tribu de gobelins, notre Slime croise ensuite la route de nains, d’elfes et d’humains, gagnant déjà un allié en la personne d’un artisan nain fort réputé.

© Tensei shitara Slime datta ken © Fuse / Taiki Kawakami / Kodansha Ltd.

Le graphisme quant à lui s’avère assez joli, jouant la carte de la clarté et des gris. Le défi constitue évidemment d’avoir pour personnage principal une slime. Le dessinateur joue beaucoup la carte « cartoon » pour travailler son expressivité et le résultat se révèle convaincant.

Très orienté jeu de rôle, le ton se veut pour l’instant bien plus bon enfant que Re:Monster, sans aspect sombre. Notre héros slime s’adapte rapidement à sa nouvelle condition, y trouvant son compte, son sens des responsabilités, ainsi qu’un certain pragmatisme, faisant le reste.

Une sympathique entrée en matière, relativement convaincante, pour un titre classique, jouant la carte de la projection dans un autre monde et du jeu de rôle, optant pour une morale simple, celle de la coexistence entre les peuples, mais avec une slime pour messie !

© Tensei shitara Slime datta ken © Fuse / Taiki Kawakami / Kodansha Ltd.

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Moi, quand je me réincarne en Slime T1. Par Taiki Kawakami (dessin), Fuse (auteur original) & Mitz Vah (design des personnages). Traduction Erica Moriya. Kurokawa, Collection "Shônen". Sortie le 9 novembre 2017. 240 pages. 7,65 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

[1Petits romans publiés en feuilleton illustrés formellement très simples et très populaires, notamment auprès du jeune public.

  Un commentaire ?