Moonlight Act T.21 - par Kazuhiro Fujita – Kaze

12 février 2018 0 commentaire
  • La paix est revenue après le combat contre Tyltyl dans le monde des Mille et Une Nuits. Mais c’est une paix toute relative. Alors que Gekko se prépare à subir son sort, abandonné par ses anciens compagnons de combat, certains héros de conte subissent la « deathparition ».

Il ne reste plus qu’une semaine à Gekko avant de voir sa peine exécutée, soit, retourner dans le conte de l’Oiseau Bleu pour y jouer éternellement son rôle et quitter définitivement le monde des humains. Dès lors, le jeune homme décide de profiter à sa manière du temps qui lui est imparti.

De son côté, Kudo garde l’esprit troublé suite aux derniers évènements qui ont instillé le doute en elle, mais également à cause de ses sentiments envers Gekko qu’elle finira par déclarer à celui-ci. Bien qu’essuyant un refus de la part de l’élu de son cœur, Kudo, loin de s’effondrer et toujours soucieuse du bien-être de Gekko qu’elle sait perturbé par une ancienne promesse non tenue, se fixe comme objectif de l’aider. Elle est rejointe dans sa quête par Hachikazuki qui lui fait part de ses observations concernant Engekibu chez qui elle vit depuis quelques semaines.

Moonlight Act T.21 - par Kazuhiro Fujita – Kaze
Moonlight Act T.21©Kazuhiro Fujita/Kaze

Pendant ce temps, Mytyl augure qu’un danger, que l’on croyait annihiler, va refaire surface et commence à craindre pour la vie de Gekko. Au même moment, des livres se retrouvent vidés de leur histoire pour ne laisser que des pages blanches.

Au même titre que ses prédécesseurs, ce nouvel opus est une merveille. Kazuhiro Fujita ne semble pas vouloir laisser ses lecteurs souffler. Tout d’abord il y a cette nouvelle menace se manifestant sous la forme de l’homme drapé, ancien serviteur de Tyltyl, qui, arborant un sourire carnassier et promenant sa silhouette inquiétante dans les divers contes qu’il visite, perpétue un vrai massacre. L’occasion pour l’auteur de faire monter la tension en insufflant à chacune des apparitions de cet individu un sentiment d’angoisse. Le mystère qui l’entoure ne fait qu’attiser notre curiosité à son sujet et l’on se questionne sur ses motivations.

On nous assène ensuite un coup de théâtre renversant impliquant l’un des protagonistes. Si cette révélation amène du soulagement à Gekko, elle engendrera la défiance chez d’autres. La situation ne sera effectivement pas du goût de tout le monde et l’on s’attend à quelques complications pour la suite.

Moonlight Act T.21©Kazuhiro Fujita/Kaze

Ce dernier point atteste, si besoin était, de la maitrise narrative chez Fujita qui a su placer ses pions dès le début de son récit pour les exploiter de manière intelligente et efficace. En parallèle, il poursuit le développement psychologique de ses personnages dont les interactions ne cessent de les rendre attachants et réels à nos yeux tant leur propos et leur réactions s’avèrent crédibles et touchants. Un des points forts de ce manga, avec son dessin atypique, oscillant entre violence et poésie, au service d’une mise en page travaillée. Sans oublier bien sûr son humour aussi bien visuel que textuel toujours présent, permettant au lecteur de respirer un peu.

Un shonen qui n’a toujours rien perdu de son originalité ni de son souffle et qui promet encore de beaux moments de lectures. Il est heureux de constater que la communauté de lecteurs de Moonlight Act s’agrandit. En effet, à la question posée sur Twitter par Kaze concernant le choix du titre à bénéficier d’une mise en avant lors des prochaines 48 heures de la BD, Moonlight Act arrive en force ! Un succès bien mérité. Espérons que cela donne l’idée à Kaze de rééditer certains tomes désormais introuvables.

(par Tahani Biernat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Moonlight Act T.21. Par Kazuhiro Fujita. Editions Kaze, collection “Shonen up !”. Traduction Sébastien Ludmann. Sortie le 7 février 2018. 192 pages. 6,99 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?