Musée de la BD d’Angoulême : premières images

7 mai 2009 10 commentaires
  • Le serpent de mer sort enfin la tête de l'eau. Dix ans après sa fermeture, le musée de la bande dessinée d'Angoulême, désormais musée national, reprend vie de l'autre côté de la Charente. Un mois et demi avant l'inauguration, une visite guidée des lieux s'impose.

Ceux, nombreux, qui trouvaient la CIBDI isolée à la périphérie d’Angoulême, bien loin des bulles des éditeurs pendant le Festival, vont peut-être devoir réviser leur jugement. Projets après projets, le quartier construit son homogénéité et son dynamisme autour des métiers liés au dessin. Des salles d’expositions, une bibliothèque de prêt, deux salles de cinéma, une librairie et plusieurs écoles spécialisées dans le multimédia et l’animation sont déjà installées à cet endroit. Avec le musée de la bande dessinée, voila donc une brique supplémentaire, et quelle brique !, dans ce processus de développement.

Le bâtiment à la grande façade vitrée imaginé par Roland Castro dans les années 80 aura donc son pendant sur la rive droite de la Charente. Pour y accéder, a été construite une longue passerelle en bois où l’on croise la statue filiforme d’un Corto Maltese rêveur, réalisée par Luc et Livio Benedetti. A travers les grands arbres qui bordent la rivière, apparaît alors la claire silhouette d’anciens chais datant du milieu du XIXème siècle. Superbement réhabilitée, la façade de pierre blanche accueille le visiteur sur un large parvis, lieu de promenade lorsque le temps le permet.

Musée de la BD d'Angoulême : premières images
La passerelle depuis le bâtiment Castro
Les anciens chais et le parvis
L’arrière du musée

Dès les premiers pas à l’intérieur du musée, on découvre le parti-pris de l’architecte Jean-François Bodin, un savant dosage de couleurs et de matériaux qui mêle le blanc de la pierre, le brun du bois et les différentes teintes de gris du mobilier et des murs. Le passage à la librairie, transportée du bâtiment Castro jusqu’ici, confirme l’impression : c’est bien le gris qui domine. Visuellement, le résultat peut paraître un peu triste, même s’il est difficile de se faire une opinion tant que les albums, très colorés, n’ont pas été installés. Placés dans des rayonnages inaccessibles, les quatre strips de François Ayroles sur le thème de la lecture achèvent de familiariser l’œil du visiteur avec le code couleur.

Le hall d’entrée du musée
La pièce principale de la librairie
Le hall de la librairie
Les strips de François Ayroles

Laissant la librairie sur sa droite, le visiteur emprunte le couloir qui s’enfonce vers l’intérieur du bâtiment et tourne à gauche vers la salle d’exposition temporaire. Une pièce toute en longueur de 390 m² dotée en son centre d’un puits de lumière. La surface paraît faible pour des expositions d’envergure, mais Jean-Philippe Martin, directeur de l’action culturelle de la CIBDI, précise que de telles expositions seront réparties sur plusieurs sites à travers la ville, dont le bâtiment Castro. A commencer par l’exposition "Tarzan !", présentée à la fin de l’année à Angoulême après sa création au musée du Quai Branly.

La salle d’expositions temporaires

Un peu plus loin que la salle d’exposition temporaire, la salle d’exposition permanente est le fleuron du musée. Sur 1330 m², une grande pièce et trois alcôves, elle présente par roulement de trois mois (afin de respecter les règles de conservation) une partie des 8 000 originaux de la collection, dont les plus anciens, des dessins de Rodolphe Töpffer, datent de 1833. L’éclairage tamisé à 50 Lux, règles de conservation obligent, est astucieusement assuré par des néons masqués derrière des toiles blanches. La lumière douce, le ton grisâtre des banquettes et des murs, les nombreux ordinateurs ainsi que le choix du style du mobilier donne à la salle a un petit côté 2001 l’odyssée de l’espace qui ne fait pas l’unanimité auprès des quelques premiers visiteurs. Chacun jugera suivant ses goûts, mais force est de constater que la grande salle du musée dispose d’une forte identité visuelle. Le déplacement du public dans ce grand espace est en tout cas très agréable. Malgré le caractère open space de la salle, les vitrines basses imposent imperceptiblement un sens de visite en serpentant entre les banquettes. Important de ne pas se disperser quand on sait que le parcours est en grande partie chronologique. Les œuvres n’étant pas encore exposées, nous nous arrêterons donc à ces premières impressions. Rendez-vous le mois prochain pour détailler le contenu muséographique.

La salle d’exposition permanente
La salle d’exposition permanente
La salle d’exposition permanente
Une vitrine de l’exposition permanente

Avec ce musée, la CIBDI se dote d’un magnifique outil pour promouvoir et conserver le patrimoine de la bande dessinée. Elle dispose également d’une longueur d’avance sur ses éventuels concurrents (le projet de Cité des arts graphiques à Paris est au point mort). Ne reste plus qu’à désenclaver la ville pour espérer attirer les visiteurs au delà des vacances scolaires et du fameux dernier week-end de janvier. Ce sera chose faite en 2013 avec la mise en service de la Ligne à Grande Vitesse qui mettra Angoulême à 1h30 de train de Paris. Une perspective réjouissante pour tous les amateurs de BD.

(par Thierry Lemaire)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Photos : Thierry Lemaire

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • C’est amusant la modernité rétroactive, on se croirait dans les décors de 2001 space oddity, il y a 40 ans.
    Ce n’est pas une critique, je trouve ça très beau.
    J’aurais aimé voir la statue de Corto.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jean Latuelle le 7 mai 2009 à  11:37 :

      Vous trouverez de nombreuses photos de la statue de Corto Maltese à cette adresse : http://dicentim.over-blog.com/pages/Corto-587491.html

      Répondre à ce message

    • Répondu par Vlad d’Aaapoum le 7 mai 2009 à  21:10 :

      Space Odyssey. Oddity, C’est Bowie, l’année suivante...
      Mais peut-être était-ce une collusion intentionnelle évocatrice de la créativité d’une époque ?

      Sinon que c’est beau une librairie sans livres !!! C’est harmonieux, sans couleurs criardes. On peut fantasmer à son aménagement sans s’ennuyer à ranger.
      Et c’est plus facile pour faire les poussières.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 8 mai 2009 à  23:56 :

        Exact Vlad, Space Odyssey, je suis trop fan de Bowie, ça m’a échappé.

        Répondre à ce message

  • Musée de la BD d’Angoulême : premières images
    7 mai 2009 10:50, par Geoffroy

    Si le musée de Bruxelles pouvait suivre l’exemple…

    Répondre à ce message

  • Musée de la BD d’Angoulême : premières images
    8 mai 2009 23:58, par Buzz l’éclair

    Ce lieu est magnifique, je parie que des cinéastes vont y tourner des scènes de films, c’est certain.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 9 mai 2009 à  16:10 :

      Un décor à la manière de "2001", un logo qui pourrait sortir d’"Orange mécanique", un parvis monumental où pourraient se promener les personnages de "Barry Lyndon"... Voilà un musée où on ne restera pas "Eyes Wide Shut"...

      Répondre à ce message

      • Répondu le 9 mai 2009 à  22:45 :

        En revanche je veux bien y passer une soirée avec Nicole Kidman (mais pas y être enfermé en hiver avec Jack Nickolson).

        Répondre à ce message

        • Répondu le 10 mai 2009 à  22:49 :

          À part que chez Kubrick, les couleurs sont mieux pensées.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 11 mai 2009 à  14:33 :

            Pas tant que ça dans Lolita,Dr Folamour, l’ultime razzia, ça reste très noir et blanc.

            Répondre à ce message