Nérac rend hommage à Yves Chaland

6 avril 2008 10 commentaires
  • Plus on s’éloigne de la date sa disparition prématurée en 1990, plus on se rend compte de la trace profonde qu’Yves Chaland a laissée auprès des nouvelles générations. Grâce à son épouse Isabelle Beaumenet-Joannet, sa ville natale, Nérac, accueillera à l’automne des rencontres qui feront le point sur son héritage.

Nérac est une petite ville charmante de 7500 habitants sise en Lot et Garonne (Aquitaine) dans le pays d’Albret, entre Bordeaux et Montauban, à côté d’Agen, à proximité du parc régional des Landes de Gascogne. C’est là qu’est né Yves Chaland le 3 avril 1957. Cinquante et un an plus tard, s’ouvrira à Nérac une grande exposition rétrospective qui se aura lieu du 27 septembre au 16 novembre 2008. Une série de conférences et de débats se tiendront les samedi 27 et 28 septembre pour inaugurer cet évènement.

Nérac rend hommage à Yves Chaland
Le Jeune Albert, l’une des créations les plus originales d’Yves Chaland
(C) Yves Chaland

Parmi les invités annoncés, on compte François Avril, Nicolas Balaresque, Michel Bellon, Ted Benoît, Charles Berberian, Jean-François Biard, Enki Bilal, José-Louis Bocquet, Christian Cailleaux, Serge Clerc, Dominique Corbasson, Luc Cornillon, Bernard Cosey, Jean-Claude Denis, Madeleine Demille, Jean-Pierre Dionnet, Philippe Dupuy, Jacques Ferrandez, Jean-Luc Fromental, Jean-Claude Götting, André Juillard, Alain Lachartre, Frank Legall, Yann Lepennetier, François Landon, Jacques de Loustal, Frank Margerin, Jean-Christophe Menu, Hubert Mounier (alias Cleet Boris), Didier Pasamonik, Ben Radis, Vincent Ravallec, Joost Swarte, Maxime Rebière, Yann Rudler, Jacques Terpant, Ever Meulen, Francis Vallès, Nicole Zorn, ou Zep…

Tous rendront un hommage à l’un des maîtres à penser de la Ligne Claire des années 80.

Cet événement sera l’occasion de publications de ses travaux dans la collection Freddy Lombard Pocket aux Humanoïdes Associés, une réédition de Cœurs d’acier chez Champaka et un Portrait de l’artiste assuré par les amis d’Yves Chaland évoquant son souvenir.

Un copieux programme dont nous ne manquerons pas de vous reparler le moment venu.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Plus d’infos sur Le Site officiel d’Yves Chaland

En médaillon : Yves Chaland par Ted Benoît (extrait). (c) Ted Benoît.

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • Nérac rend hommage à Yves Chaland
    8 avril 2008 00:49, par Jerome

    Une réédition de Coeurs d’Acier chez Champaka ? Il est malheureux que le grand public, auquel se destinait "Spirou à la recherche de Bocongo", puisque publié dans le journal Spirou, à l’origine, ne soit pas convié à la fête et n’ait JAMAIS pu lire la fin de cette aventure. J’attends avec impatience des nouvelles de cette publication, pour enfin espérer lire la fin de cette aventure...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Gilles Poussin le 8 avril 2008 à  14:15 :

      Cet épisode est disponible en entier (46 strips) et en très belles couleurs (réalisées par Isabelle Beaumenay) dans l’album "Spirou et Fantasio Hors Série 4 - Fantasio et le fantôme - Et 4 autres aventures" chez Dupuis (2003) à un prix tout à fait abordable.

      Répondre à ce message

      • Répondu par marcelinswitch le 8 avril 2008 à  17:06 :

        Jérôme parlait en fait du tome 2 de "Coeurs d’acier" sorti chez Champaka qui est la suite et fin du Spirou de Chaland, non disponible dans le HS Spirou car non officielle
        Il ne s’agit pas d’une bd mais du scénario de Yann illustré par Chaland, en ne montrant pas les visages de Spirou et Fantasio car ils n’avaient pas l’autorisation de Dupuis.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Flintstone-dealer le 30 septembre 2008 à  11:05 :

          Pourquoi le personnage de Freddy Lombard ne serait pas repris par une star de la ligne clair,comme on confie spirou à un emile Bravo...

          Répondre à ce message

  • Nérac rend hommage à Yves Chaland
    10 avril 2008 22:50, par Geert

    Ah quel plaisir ça va être !!!!

    Voir en ligne : http://oeuvreseverin.forumculture.n...

    Répondre à ce message

  • Nérac rend hommage à Yves Chaland
    11 avril 2008 09:59, par Wolf

    Les albums de Chaland, qui ne sont que des parodies, avaient peut-être une quelconque pertinence de leur temps, aujourd’hui c’est d’un intérêt très limité, juste esthétisant, et là où ses modèles deviennent des classiques, lui devient juste illisible.

    Répondre à ce message

    • Répondu par marcelinswitch le 11 avril 2008 à  19:49 :

      A l’époque où Chaland dessinait, les oeuvres auquel il fait référence était déjà des classiques.
      Au delà de la beauté de son trait, le ton de Chaland (relisez Bob Fish) reste toujours décapant, et donc pertinent.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Wolf le 11 avril 2008 à  22:31 :

        Non, Bob Fish encore plus que les autres est illisible pour qui ne possède pas les référents. Alors que des gamins continuent de découvrir et de lire Hergé ou Franquin.

        Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 11 avril 2008 à  23:02 :

      Ah ! Une provocation. J’en suis friand. Et n’hésite pas moi-même à en lancer qq unes sur ce site, pour le plaisir du débat... Mais pour que la provocation porte encore faudrait-il au moins maitriser le sujet. Au risque que le loup ne s’avère qu’une brebis bêlante.

      Si Chaland fut parodique, il ne le fut que très brièvement dans les premières années de sa carrière. Principalement avec son complice Cornillon. Son oeuvre évolua radicalement sur ces bases. Ce qui était du racisme et de la mysogynie au second degré pris de plus en plus d’importance comme thème et s’affina d’une manière remarquable, sans perdre de sa violence et de son outrance. Le Jeune Albert -pour aller au plus court- n’est pas un personnage parodique : il est pathétique !

      Esthétisant ? Chaland ne l’était pas -à l’opposé de Serge Clerc, et ceci n’est en aucun lieu une critique à l’encontre de S.Clerc (au cas où esthétisant puisse même être un terme méprisable). Chaland était un de ces rares cas de mimétisme total, tout comme Martì pour Chester Gould. Et que Chaland continue à faire l’admiration de ses pairs devrait tout au moins vous donner l’once de prémices que nous avions là à faire à un auteur unique qui nous fut ravi beaucoup trop tôt. La perte de Chaland est tout simplement une tragédie.

      Répondre à ce message

  • Nérac rend hommage à Yves Chaland
    19 avril 2008 11:04, par P

    C’est évident que Chaland marque une date historique dans la Bd et sa démarche donne l’impression (peut être fausse) qu’il s’était lui même inspiré, pour l’introduire en bande dessinée, de la petite révolution artistique qu’avait fait Manet en peinture. A mon sens l’oeuvre de l’un et l’autre présente une relation presque identique à l’héritage. Quoiqu’il en soit passé l’album "Captivant" qui n’est pas si illisible que ça même en l’absence d’une culture adéquate (les tentatives grossière d’éducation morale de la jeunesse, ne se signalent tout de même pas par leur rareté au XX°siècle) il y a plusieurs album dont il n’est pas facile de dire lequel en est définitivement le chef d’oeuvre "Le jeune Albert", "Bob Fish", "Bob Mémory" ou "La comète de Carthage". Oui... sûrement "Le jeune Albert" qui reste malheureusement un ovni artistique dans la Bd.

    Répondre à ce message