Où en est la BD érotique ? Enquête 1/3 : le point avec les éditeurs

26 juillet 2018 7 commentaires
  • Alors que Glénat s'apprête à sortir sa collection érotique, Porn'Pop, une question nous vient à l'esprit : que devient la bande dessinée érotique aujourd'hui ? Cette enquête en trois parties sera l'occasion de faire le point sur ce genre sulfureux, entre évolutions et permanences. Le premier volet fait le point sur les éditeurs et les parutions actuelles. Petit tour de la question..
Où en est la BD érotique ? Enquête 1/3 : le point avec les éditeurs
Selen, une collection érotique de Vents d’Ouest (Glénat) arrêtée en 2000.

Y a-t-il un retour de la BD érotique ? Vaste question ! En tout cas, il y a un retour de l’érotisme chez Glénat, qui lance sa propre collection de BD érotique, malicieusement nommée Porn’Pop. Nous verrons dans le 2e volet de l’enquête que ce n’est pas la première fois que l’érotisme s’invite chez Glénat, ni même la première collection exclusivement consacrée au genre chez l’éditeur grenoblois : elle succède notamment à Selen (label Vents d’Ouest), arrêtée en 2000.

Cette nouvelle collection, en revanche, prend le parti de faire de la BD érotique sous l’étiquette de la pop culture, à venir pour le 12 septembre 2018. Ironiquement, en dépit d’un label beaucoup plus explicite que d’autres parfois pourtant beaucoup plus "trashs" (Sexy Bulles, Tabou éditions, Dynamite...), elle présentera de l’érotisme finalement assez soft, édulcoré par l’étiquette « pop ».

C’est peut-être une façon de dépasser les contraintes liées au genre que de le rendre plus « populaire », une façon de dire que la BD érotique dépasse depuis longtemps le seul registre de la consommation masturbatoire que l’on se passe sous le manteau pour une population essentiellement masculine bien sûr. De s’adapter aussi à l’hypocrisie de l’instant qui voit d’un mauvais œil la publication de ces bandes dessinées (qui, cela va de soi, ne s’adressent qu’aux enfants) tout en laissant proliférer la pornographie sur la toile...

Cette collection connaît son (second) rayon : sa directrice n’est autre que Céline Tran, ancienne star du porno sous le pseudonyme de Katsuni. La ligne éditoriale annoncée s’oriente ainsi sur des bandes dessinées qui « parlent du sexe dans toute sa diversité sous le masque du divertissement. » De quoi s’éloigner de l’image d’une littérature réservée aux hommes seuls et frustrés, condamnés à ne pouvoir se satisfaire qu’ainsi...

Et les autres ?

En 2010, nous présentions Glénat et Delcourt comme les duellistes de l’érotisme chic. Si Glénat donne un second souffle à ce mouvement aujourd’hui, la collection Erotix de l’éditeur au triangle semble plus en retrait. En 2015, sa réédition du premier album de Magenta par Pes & Guerra paru en italien sous le titre Invitation to Hell avait déçu, principalement au niveau du scénario et des dialogues. Par ailleurs, cette collection ne publie que quelques albums par an.

Peut-être la meilleure BD érotico-humoristique de l’année, parue dans la collection BD Cul des Requins Marteaux.

Par contre, du côté des Requins Marteaux, la collection BD Cul coule des jours paisibles. Ses objets éditoriaux sont toujours soignés et plaisent pour leurs jeux de mots graveleux en première page et leurs fausses publicités. Si l’on se penche sur ses deux dernières parutions, nous constatons que cette collection ne faiblit pas et marque toujours le coup dans le monde de la BD érotique.

Pour Les Escalopes par Sébastien Lumineau, c’est une franche réussite. Cet album met en scène un homme qui se masturbe dans des escalopes de dinde et les sert aux amies de sa femme, ce qui déclenche une formidable orgie dont elles n’ont aucun souvenir le lendemain. Il réessaye par la suite avec d’autres gens, sans succès, puis lors d’un dîner de famille, et ça marche... Sujet scabreux ? Rien de plus banal pour la collection BD Cul. Ce titre est fort d’un vrai scénario et arrache de nombreux rires au lecteur tout en étant ouvertement pornographique. La collection BD Cul ayant une véritable exigence au niveau du trait graphique, Les Escalopes ne déçoit pas du tout de ce côté-ci et offre de belles scènes orgiaques.

Une recette d’escalope aux pouvoirs stupéfiants... d’autant plus que le lendemain, les heureuses victimes ne se souviennent plus de rien !
Bastien Vivès est une référence quand il s’agit de BD d’aujourd’hui, notamment de BD érotique.

La Décharge mentale par Bastien Vivès est aussi une réussite, mais moins rutilante. Il pourrait être vraiment drôle mais est moins heureux que Les Melons de la colère, du même auteur aussi publié chez BD Cul ; et le trait n’atteint pas le niveau de celui de Polina notamment.

C’est l’histoire d’un homme qui rencontre un ancien ami accablé dans une station service et le raccompagne chez lui. Son arrivée dans la belle maison qu’il habite déclenche une sorte d’orgie sexuelle puisque sa plantureuse femme et ses belles filles sont entièrement vouées à son plaisir, notamment sexuel. L’album se compose d’une série de scènes pornographiques et parvient à faire rire, notamment quand le chien s’invite dans un moment sexuel vers la fin, mais n’est pas non plus irrésistiblement drôle. Là encore, Vivès aborde des sujets de la pédophilie et de l’inceste comme dans Les Melons de la colère, ce qui pourra en déranger certains.

La dernière livraison de la collection BD Cul commence comme un téléfilm banal : des retrouvailles, un dîner de famille... avant de tourner en orgie burlesque.

Justement, quelles parutions chez Porn’pop ?

"Petit Paul" joue sur la candeur de ses personnages sexualisés malgré eux pour faire rire, à grand renfort de quiproquos.

Vivès est également présent au catalogue de la nouvelle collection de Glénat, Porn’Pop, dans un album qui reprend les personnages des Melons de la colère, intitulé Petit Paul. L’auteur explique qu’il est fasciné et même excité par les attributs physiques vus comme une malédiction par leurs porteurs. Ainsi, après avoir mis en scène Magalie et sa poitrine sur-dimensionnée, c’est au tour d’un jeune garçon au membre disproportionné de tenir le premier rôle de son album. Nous parlions de pédophilie chez Vivès... La question se pose ici aussi puisque le jeune Paul suscite le désir des paysannes. Les Melons de la colère a plutôt bien marché, dès lors celui que beaucoup considèrent comme le meilleur auteur de sa génération déclare qu’il se devait d’en faire une suite.

Finalement, à quoi correspond ce retour en grâce du genre érotique ? Est-ce que Glénat ne se contente pas juste de s’approprier ce qui marche ? Interrogé à ce sujet, l’historien de la censure Bernard Joubert répond sagement qu’ « une collection de BD porno ne fera jamais aujourd’hui la fortune d’un éditeur. Il peut juste espérer faire de bons livres. » Il ajoute : « je pense que si Glénat lance une collection de BD porno, c’est simplement parce qu’il n’y a pas de raison que le genre soit absent de son catalogue », tout comme la BD humoristique sur laquelle ils se penchent désormais avec la toute nouvelle collection GlénAAARG !. Pour cette nouvelle collection d’humour, ils avaient fait appel à Fabcaro ; quoi de plus naturel que de solliciter Vivès pour l’érotisme ?

Erika Moen est une icône queer aux Etats-Unis qui revendique une sexualité libérée.

D’ailleurs, tout comme pour GlénAAARG !, la maison d’édition a choisi des auteurs moins connus pour côtoyer les célébrités dans les œuvres inaugurales. Ainsi, le second album annoncé est signé par un duo plus confidentiel de ce côté-ci de l’Atlantique : il s’agit des Joies du sex-toy et autres pratiques sexuelles par Erika Moen et Matthew Nolan. C’est un album ludique voué à faire découvrir les différents modèles de jouets sexuels et la façon de s’en servir, entre interviews de professionnels et BD-témoignage. C’est la première publication papier de leur webcomic à succès Oh Joy ! Sex Toy ici édité en français ; Matthew Nolan est originaire d’Angleterre et a immigré aux États-Unis en 2008 pour épouser Erika Moen.

D’autres sorties de BD érotique remarquées...

Un album aux airs de prospectus de témoins de Jéhovah, qui rougiraient devant son contenu.

Très rapidement, touchons un mot des quelques sorties érotiques remarquées de ces derniers moments, parues en-dehors des collections abordées ci-dessus. Notons le très réussi Vestigiales par Florent Maudoux (Ankama), qui parvient à renouveler le genre. Le début suggère un traitement trivial voire cliché de la sexualité et du corps pour mieux surprendre le lecteur en détournant les poncifs et en proposant une vision plus moderne. Ce n’est pas étonnant de trouver de l’érotisme, et qui plus est de l’érotisme renouvelé sous le Label 619 qui se veut accorder une véritable liberté d’action aux jeunes talents.

Mentionnons également Vies Parallèles par Olivier Schrauwen (Actes Sud), qui fait de l’érotisme sous forme de Science Fiction et explore les thèmes de l’identité, du voyage dans le temps et l’espace et du transhumanisme permis par les progrès de la science... Intelligent, original et terriblement séduisant. En vrac, ces derniers mois ont aussi vu passer SM le maudit par Yxes et Bier (Dynamite) et Quelques pincées de désir par Marie Avril, Megan Gedris, Niki Smith, Marine Tumelaire et Ariel Vittori (Tapages nocturne).

Un retour de la BD érotique ?

Il n’y a pas à proprement parler de retour de la BD érotique à travers la nouvelle collection de Glénat. Le genre restait représenté chez les petits éditeurs et chez les indépendants comme Requins Marteaux. Cependant, il est vrai que ça devrait redonner de l’élan au genre, étant donné la place de Glénat dans l’édition aujourd’hui ; un élan bienvenu quand on considère les difficultés liées à l’édition de ce genre d’ouvrages, entre censure et réticences du côté du marché.

Publier de la BD érotique, est-ce plus facile de nos jours ? La seconde partie de cette enquête se penchera sur l’évolution de la place de ce genre, de la censure et des autres difficultés éditoriales qui le touchent.

(par Céline Bertiaux)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Un article qui m’intéresse au plus haut point pour un genre dont je suis friand (mais très souvent déçu).

    J’aimerais cité l’excellent "Extases" de Jean-Louis Tripp sorti l’an dernier, que j’ai adoré et qui mêle érotisme et propos intelligents.
    J’attends le tome 2 très impatiemment.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Vous écrivez que Delcourt n’a rien publié depuis un certain temps dans la collection Erotix. Il suffit d’aller sur le site de Delcourt pour s’apercevoir qu’après Bienvenue en enfer de Guerra ont été publiés : en juin 2015 Emmanuelle 2 de Crépax ; toujours en juin 2015 Belle de nuit d’Altuna ; en juin 2016 Anita de Crépax ; début 2017 Bizarreries de Baldazzini et Sous les étoiles de Scarpa ; en mai 2017 Jardin d’Eden de Hernandez et Bianca de Crépax ; bientôt va sortir Pour la peau de Deloupy. Il me paraît donc plus exact d’écrire que cet éditeur publie quelques albums par an dans cette collection....
    J’attends avec intérêt la suite de votre article.
    Cordialement,
    Philcap

    Répondre à ce message

    • Répondu par Céline Bertiaux le 27 juillet à  12:55 :

      Bonjour, effectivement, c’est plus juste formulé ainsi. C’est corrigé.

      Répondre à ce message

  • Si on considère comme important le sexe des responsables éditoriaux et qu’on souligne qu’il sera féminin pour la future collection Glénat, alors il faut le faire pour tout le monde : c’est Anne Hautecœur qui s’occupe de Dynamite et Katia Even est la rédactrice en chef de "Blandice", la revue de Tabou. Mais si on fait ça, la mise en avant d’une directrice de collection chez Glénat apparaît pour ce qu’elle est : pas une nouveauté qui amènera une qualité particulière mais un argument publicitaire.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Bernard Joubert le 27 juillet à  15:06 :

      Je n’ai rien contre le fait que soit modifié un article parallèlement à la publication d’un commentaire, mais si vous n’indiquez pas que vous avez changé votre texte, cela donne l’impression aux lecteurs suivants que le commentateur a raconté n’importe quoi. Dans mon message précédent, je commentais la phrase (disparue depuis) : « Il n’est pas courant qu’une femme soit à la tête d’une collection érotique ; espérons que cela permettra d’apporter un regard plus universel et de dépasser le male gaze. »

      Répondre à ce message

      • Répondu par Céline Bertiaux le 27 juillet à  15:38 :

        Effectivement, ce passage a été modifié. Merci pour cette précision.

        Répondre à ce message

  • cette année est également sorti "le GRRAAOU" de Jonvon Nias et Étienne Beck aux éditions Frémok. Fantaisiste, politique et érotique (ou porno, chacun voit midi à sa porte)... un objet hybride bien trippant au dessin sublime ! (sans doute un peu trop passé inaperçu) https://www.fremok.org/site.php?type=P&id=324

    Répondre à ce message