PASCAL AGGABI : L’Attaque des Titans (6/6) : De Tokyo à Hollywood et retour...

19 août 2015 8 commentaires
  • Au bout de cinq articles, le sujet est largement bouclé, mais intéressons-nous néanmoins aux à-côtés et notamment au développement de cette licence en Amérique... avec son retour, quasiment génétiquement modifié, au Japon !

On connaît déjà bien aujourd’hui le talent des éditeurs japonais pour faire fructifier en jolis billets tout chauds le succès de leurs séries-phares, parfois en prolongeant ces séries très vendeuses au-delà du raisonnable, souvent contre le gré des auteurs...

On sait aussi ces éditeurs très doués pour le faire fructifier ce succès en inondant le marché de produits dérivés de toutes sortes, principalement des adaptations de ces séries porteuses en spin-off animées pour la TV et le cinéma, en animation traditionnelle ou en images de synthèse, comme on a déjà eu récemment l’occasion de le voir.

Licence globale

Mais voilà : depuis un moment l’édition japonaise s’essouffle. En recherche d’un rebond, elle scrute le lointain Hollywood et en particulier les deux géants de l’industrie que sont Disney et Warner, et leurs filiales dans le domaine de l’édition de bande dessinée Marvel et DC Comics. Les dollars qui tombent à la pelle sont toujours une bonne source d’inspiration pour les âmes à la peine...

Pour Warner et Disney, nouveaux rois incontestés d’Hollywood et du business avec leurs films de super-héros, vendre des comics imprimés est devenu aujourd’hui parfaitement anecdotique : il y a bien plus d’intérêt pour eux à exploiter tous ces personnages célèbres en costumes, disposant d’une solide base de fans prêts à dilapider sans compter leurs dollars, comme une licence globale. Avec l’idée de vendre beaucoup autour de ces personnages, devenus licences, en appuyant ces succès annoncés sur des adaptations ciné à gros budget. Des milliards de dollars y sont investis... et regagnés !

En clair, l’objectif est de vendre finalement beaucoup plus de produits dérivés que l’œuvre d’origine, qui sévit sur un support médiatique -la BD- passablement en perte de vitesse dans les habitudes de la consommation culturelle moderne. Un constat douloureux et criant à côté duquel il est difficile de passer, surtout quand on voit les chiffres de ventes -réels- des comics mis en parallèle avec la notoriété mondiale de ses personnages emblématiques les plus marquants qui en sont issus...

PASCAL AGGABI : L'Attaque des Titans (6/6) : De Tokyo à Hollywood et retour...
©Isayama/Kodansha.

Philippe Guedj, coréalisateur avec Philippe Roure du documentaire "Marvel Renaissance", en fan de comics de la première heure, résume bien la situation : "Les grands studios ne font plus confiance qu’à des univers préexistants, ils vont piocher dans les catalogues des comics et refusent désormais de créer de nouveaux mythes, comme à l’époque où surgissaient Rocky, Mad Max, Star Wars… On est dans une gigantesque matrice à consolider de la marque, de la licence afin d’inonder le marché de lucratifs produits dérivés (figurines, jouets, jeux vidéo…). Il faut bien comprendre que la raison d’être des films est avant tout d’entretenir le capital de notoriété des héros qui sont pensés comme des marques infiniment déclinables. On est parti de la bande dessinée, phénomène contre-culturel dans les années 1960, pour aboutir aujourd’hui à une exploitation froide, tayloriste, industrialisée qui, même pour un fan du genre comme moi, devient franchement effrayante."

Un modèle économique qui, cependant, a largement fait ses preuves et est même en train de s’appliquer à nos bons vieux personnages de BD franco-belge.

Par conséquent, les éditeurs japonais, comme les éditeurs américains avant eux, ont constaté, après la remarquable embellie des années 1990, que, depuis lors, l’évolution du marché aidant, les ventes de livres ont de plus en plus de mal à atteindre les sommets d’un passé encore récent, en dépit de tous les efforts déployés. Un phénomène beaucoup moins vrai pour les mangas que pour les comics, à vrai dire.

JPEG - 14.2 ko
Les Titans version pub par le réalisateur-même des deux films live qui sortent ces jours-ci au Japon.
DR. Capture d’écran.

Anticiper le déclin...

Au Japon aussi, les magazines de prépublication ne font plus les scores des plus belles années. Si certains titres disparaissent et si les recueils ont eux aussi du plomb dans l’aile, comme nous vous le racontions encore récemment sur ActuaBD.com, pour nous, Occidentaux, ils restent cependant enviables

Pour corser le tout, pour les comics comme pour les mangas, le numérique n’est pas encore vraiment la manne, ni la mesure de protection de résultat espérée, même si, depuis plusieurs années déjà, les éditeurs de BD manœuvrent de façon de plus en plus déterminée dans ce secteur, comme en témoigne le rapprochement récent en ComiXology et Delcourt.

Dans le domaine du manga, il y a aussi du souci à se faire : des titres-phares comme One Piece, Fairy Tail, Bleach et autres Naruto sont soit en errance narrative, soit touchent à leur fin. En dépit de l’irrépressible tentation de tirer sur la corde de toutes les manières possibles, l’industrie de l’édition nippone marque indubitablement le pas, même si les voyants sont loin du rouge clignotant qui, comme chez nous, sonne l’alarme.

L’Attaque des Titans le prouve, il reste de la marge, mais il faut anticiper un reflux apparemment inéluctable. Et c’est là qu’Hollywood montre le chemin. D’ailleurs, avant même sa sortie au Japon, le premier film live de L’Attaque des Titans a été vu le 14 Juillet dernier au Egyptian Theater de Los Angeles, lors d’une avant-première mondiale initiée par le distributeur spécialisé dans les produits audiovisuels nippons Funimation Entertainment, en présence du réalisateur et de quelques acteurs.

Certains détracteurs de ce film n’hésitent d’ailleurs pas à affirmer que le succès de ce manga est totalement fabriqué par l’éditeur Kodansha en quête de bénéfices ! Le conglomérat japonais aurait profité des ses accointances avec le géant Disney pour promouvoir avec une évidente réussite, par le biais de la filiale Kodansha USA, la série aux États-Unis.

Dès lors, pour ces critiques, le talent du créateur Hajime Isayama ne compterait que pour très peu dans l’affaire face aux injonctions calculées de d’un éditorial appuyé pas des sociétés de design, de merchandising et de communication. Analyse pour le moins excessive car, on l’a vu, le talentueux auteur porte profondément en lui les ressorts intimes de son histoire, ce qui lui donne un sacré cachet.

Cela dit, quand on parle d’exploitation totale de la licence, elle est vraiment totale comme le démontre cette pub pour le constructeur automobile Subaru avec les Titans réalisée en 2014, pour diverses marques de Fast Food ou comme animation d’un parc d’attraction.

Des échanges entre les deux rives du Pacifique.

Mais si l’industrie du manga lorgne sur Hollywood, l’inverse est aussi vrai ! Les studios californiens eux aussi jouent la carte prévisionnelle et anticipent déjà la lassitude inévitable du public à l’encontre des adaptations de comics sur petits et grands écrans. Les super-slibards à capes bariolées qui envahissent les médias audio-visuels à toute berzingue vont pas tarder pensent-ils -c’était pas déjà le cas depuis le début ?!?- à faire bâiller le plus empressé des fans, ce qui forcément rendra inconsolables les gros bonnets des studios et leurs actionnaires chéris.

Mais restez coi, ce n’est pas pour tout de suite puisque Marvel Studios/Disney peaufine ce qu’il appelle sa phase 3, jusqu’en...2028 (!) tandis que DC/Warner prépare, pour l’instant, une dizaine d’adaptations tirées de ses publications. Une paille...

JPEG - 115.7 ko
Ici, c’est pour un hamburger, géant évidemment, qui attend les appétits féroces...
DR
JPEG - 73 ko
Pour les besoins de pizzas biens industrielles, les Titans sont soudainement lassés de manger bio...La marque en question a l’habitude de collaborer avec le monde de l’animation pour placer, dans les animés, la promotion de ses produits au Japon...
DR
JPEG - 38 ko
Une attraction dans les murs du parc à thème Universal Studios Japan, lié au studio de cinéma hollywoodien Universal. Un peu basique puisqu’il ne s’agit que de grandes statues. Cela n’empêche pas les touristes de venir faire risette aux grands méchants pleins de dents.
Capture d’écran. DR.
JPEG - 29.2 ko
Comble du chic, le parc propose aux amateurs de goûter aux rations réservées aux soldats du bataillon d’exploration que l’on découvre dans le manga L’Attaque des Titans : bacon, une pomme de terre, du thé aromatisé, du pain noir, et une soupe garnissent la formule des commandants. Plus austère, la ration destinée au soldat est juste composée d’ une pomme de terre, de pain et de soupe. Mais on peut finir son repas avec une mousse à déguster...à l’aide d’une lame. Quelle ventrée !
DR

Voyons plus précisément maintenant ce tendre échange de procédé entre mastodontes ricains et nippons, qui a tout de la course à l’échalote.

Pour tenir tête et son rang face à Warner Bros-DC Comics qui, par le biais de son patron Kevin Tsujihara, annonçait le 15 octobre dernier pas moins de dix projets à gros budgets pour les cinq ans à venir tiré de son catalogue, Marvel-Disney, toutes dents dehors, organisait en présence de quelques stars maison en guise d’attraction-marketing, au cinéma El Capitan Theatre à Hollywood, une manifestation très officielle avec une pluie d’annonces espérées alléchantes comme dans un E3 de l’industrie du jeu vidéo.

C’est là que Kevin Feige, président de Marvel Studios, avança son plan stratégique nommé "phase 3’, de renforcement et d’expansion de l’univers Marvel déjà ultra-rentable, avec neuf films annoncés jusqu’en 2019 d’abord, puis jusqu’en 2028 avec à la clé de nombreux projets secrets, datés, mais non nommés, comme nous l’annonce, non sans dépit, le quotidien Libération du 28 octobre 2014

JPEG - 66.6 ko
Les sorties de films de super-héros Marvel et DC entre 2014 et 2020, par les différents studios qui en ont les droits. Attention à l’avalanche !
© Comics Alliance.

Comme en Europe, le succès des mangas aux USA ne cesse de croître depuis les années 2000. Cela suffit pour allécher les majors d’Hollywood... Première piste qui va dans le sens d’un rapprochement stratégique ? Marvel Comics a produit dernièrement une histoire partagée avec l’univers de L’Attaque des Titans.

Car si la sortie de chaque tome de L’Attaque des Titans est un véritable événement au Japon, au pays de l’Oncle Sam, face aux héros US, la série a fait mieux que tirer son épingle du jeu, se plaçant des dizaines de semaines d’affilée dans le Top 20 des ventes de BD outre-Atlantique. Face à cette invasion-là, les super-héros ne se laissent pas impressionner, au contraire.

Ainsi, une courte histoire de huit pages parue dans le numéro 790 du magazine de pop culture japonais Brutus, publiée en novembre 2014, mit en scène super-héros US et super-Titans nippons. Sur un scénario d’Hajime Isayama, ce mini-titre mettait en scène un univers parallèle du genre "What If" (série de comics Marvel où des événements connus et marquants de la mythologie en place changent, livrant une histoire alternative souvent poignante) dans lequel s’affrontent à New York les Vengeurs, les Gardiens de la Galaxie et... nos Titans envahisseurs. Le site d’information francophone Infinity Comics nous en montre quelques pages.

JPEG - 40.1 ko
Le Titan Féminin face au tisseur de toile. Duel au sommet pour deux univers qui s’entrechoquent.
© Kodansha, Marvel Comics.
JPEG - 116.3 ko
Les Vengeurs et les Gardiens de la Galaxie se coltinent les Titans, maintenant, comme s’ils avaient pas déjà assez à faire !
© Kodansha, Marvel Comics.

Alors oui, depuis un certain temps déjà, les projets d’adaptations de mangas à succès par différents studios hollywoodiens se multiplient, sans toutefois aboutir jusqu’ici. Il y a bien ce Ghost in the Shell en chantier, avec Scarlett Johansson au casting, produit par Avi Arad [1] qui avance et qui est toujours prévu pour sortir dans les salles le 14 avril 2017.

De son côté, le réalisateur Guillermo Del Toro, fan absolu d’anime et de mangas de la première heure, piaffe comme un cabri à la seule évocation du sujet et des films possiblement à faire. Mais Gunnm de Yukito Kishiro, que James Cameron devait réaliser, est au abonnés absents ; le film Akira qui devait être produit par le studio Warner est en mort clinique et le projet autour de Cowboy Bebop a du mou dans le genou... On susurre que Sony Pictures, qui adapte Spider-Man avec succès, aurait des vues sur L’Attaque des Titans pour une version made in Hollywood...

La liste est longue de ces projets, parfois coproduits avec le Japon, qui tombent aux oubliettes peut-être d’ailleurs même à cause de ces coproductions, pour resurgir au gré du vent des circonstances et des humeurs. Au risque de contrarier les fans. De leur côté, les studios répètent que ces projets avancent, à leur rythme. Avec l’impression navrante que l’on se presse doucement !

C’est que, comme nous l’avons évoqué, il y a encore dans le tuyau de grosses sorties prévues avec des personnages encapés et tout en galbe : pas question de créer idiotement un embouteillage (déjà que...) qui viendrait empêcher le déploiement de ces machines à dollars, d’autant qu’elle ne sont pas du terroir...

Certains fans, plus cyniques ou plus lucides, en sont presque soulagés vu ce qu’Hollywood, selon eux, a fait de l’univers des comics en général. Les fans sont décidément sacrément taquins...

JPEG - 148.5 ko
Marvel/Disney, par le biais de sa filiale Disney Japan, a aussi lancé la production d’une série, Marvel Disk Wars : The Avengers, mettant en scène son équipe-phare du moment produite par le célèbre studio japonais de séries d’animation Tōei animation (Dragon Ball, Goldorak, Albator...), avec 51 épisodes diffusés d’avril 2014 à mars 2015.
© Tōei animation, Marvel Comics.
Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

LIRE LE PREMIER ÉPISODE DE LA SAGA "L’ATTAQUE DES TITANS"
LIRE LE SECOND ÉPISODE DE LA SAGA "L’ATTAQUE DES TITANS"
LIRE LE TROISIÈME ÉPISODE DE LA SAGA "L’ATTAQUE DES TITANS"
LIRE LE QUATRIÈME ÉPISODE DE LA SAGA "L’ATTAQUE DES TITANS"
LIRE LE CINQUIÈME ÉPISODE DE LA SAGA "L’ATTAQUE DES TITANS"

- Lire aussi : La multiplication des succès selon Pika (1/2) : L’Attaque des Titans

- Lire la chronique L’Attaque des Titans - Before the Fall T1 & T2 - Par Ryo Suzukabe et Satoshi Shiki - Pika Édition

Commander le tome 1 de L’Attaque des Titans chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 12 de L’Attaque des Titans chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 1 de Birth of Livaï chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 2 de Birth of Livaï chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 1 de Before the Fall chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 2 Before the Fall chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 3 Before the Fall chez Amazon ou à la FNAC

Commander le guide officiel L’Attaque des Titans - Inside chez Amazon ou à la FNAC

En médaillon : L’Affiche du film - © Tōhō Kabushiki-gaisha, Kodansha.

[1Producteur et ancien codirecteur de Marvel Entertainment, également créateur de Marvel Studios, Avi Arad est à l’origine de la transposition de la plupart des personnages Marvel Comics au cinéma. Issu de l’industrie du jouet, il a contribué dans les années 1990 à sauver Marvel de la faillite et lui a fait retrouver le chemin de la prospérité en jouant à fond la carte des licences soutenues par des films et séries, animées ou non. Il a finalement démissionné du groupe Marvel pour créer son propre studio, Arad Productions. Il continue cependant de travailler sur des adaptations audiovisuelles de personnages pour Marvel, mais voit plus loin... Il a d’ailleurs imaginé en 2011 une histoire originale de thriller d’action fantastique développée en Seinen manga, par d’autres créateurs : "The Innocents." Il est devenu en 2010 président de IG USA, filiale du célèbre studio d’animation japonais IG Production (Ghost in the Shell, Patlabor...) dont une branche greffée avec à propos par l’éditeur Kodansha, au travers de la société Wit Studio, a produit la très réussie adaptation animée de L’Attaque des Titans. Le monde est petit...

Documents

(par Pascal AGGABI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  8 Messages : Participez à la discussion
  • Aucun obstacle ne semble décidément pouvoir arrêter durablement l’imperturbable marche en avant des Titans à l’appétit démesuré,un modèle du genre.
    - Les fans risquent de piaffer d’impatience ou de se disperser entre la sortie des deux films ?Pas d’inquiétude comme on l’a vu avec la mini-série TV,qui s’intéresse un peu plus à l’ambigu personnage Hange Zoe,diffusée sur le service de télévision numérique NTT DoCoMo au Japon entre-temps ;mini-série qui se concentre sur la vie quotidienne des soldats,et les petits secrets cachés en leur sein,avec au passage un regard plus appuyé sur la recherche scientifique sur les Titans et l’origine de la fameuse manoeuvre tridimensionnelle.En voici la bande-annonce :https://www.youtube.com/watch?v=l7NqmcHUt1w
    - La très attendue saison 2 de la série TV animée se fait trop attendre ?Pas de panique,dès le mois d’octobre l’ animé"L’Attaque des Titans - Junior High", qui adapte la série dérivée Shingeki ! Kyojin Chûgakkô de Saki Nakagawa:histoire à l’humeur parodique qui se passe au collège tirant plus vers la comédie et la tranche de vie,troisième série dérivée du titre principal débarque sur les petits écrans japonais.On y retrouve les nombreux personnages de L’Attaque des Titans,mais ici adolescents et au collège.Surprise,les titans sont eux aussi des élèves !
    Réalisée toujours au sein du studio Production I.G qui s’est illustré sur l’adaptation de la série principale,la série promet :"De rester fidèle au caractère et aux relations des personnages dans ce cadre inédit, ce qui aboutira évidemment à des situations délirantes. Par exemple avec le personnage Eren toujours aussi bourré de rancoeur envers certains protagonistes, principalement le Titan Colossal,goinfre qui lui aurait volé et ensuite dévoré le déjeuner tendrement préparé par sa mère..." Aïe ! https://www.youtube.com/watch?v=wm3WBqihF-A

    - La série principale de manga a des sorties trop espacées ?Pas d’impatience,une nouvelle série dérivée est sortie le 8 Août 2015(comme le premier film tiens tiens !) dans le Bessatsu Shonen Magazine :L’attaque des titans - Lost Girls,adaptation du troisième "light novel"(romans japonais, écrits en paragraphes courts illustrés, destinés à un public de jeunes adultes)sorti en Décembre 2014,nommé Shingeki no Kyojin : Lost Girls,écrit par Hiroshi Seko,scénariste qui a travaillé sur plusieurs épisodes de l’animé principal. Cette cinquième série dérivée dessinée par Ryōsuke Fuji-les deux premières Before the Fall et Birth of Livaï sont aussi des adaptations de light novels-,nous fera découvrir certains moments de la vie de Mikasa Ackerman et Annie Leonhart :http://www.animeland.com/news/voir/9230/Un-nouveau-spin-off-pour-l-Attaque-des-Titans
    - Enfin,et surtout,la critique nippone est partagée sur la qualité du premier film sorti le 8 août dernier ?Pas de problème,la production dégaine une nouvelle bande-annonce plus pêchue et consistante pour rassurer les fans :https://www.youtube.com/watch?t=33&v=-gfpC_Z2AyI
    Un modèle on l’a dit.L’attaque des titans est une affaire qui roule !Mais il ne faut pas oublier que derrière se cache une oeuvre et un créateur sensible et de talent.

    Répondre à ce message

  • Le seconde partie du diptyque L’Attaque des Titans version ciné,nommée Shingeki no Kyojin/attack On Titan(Part 2) : End of the World (fin du monde)s’offre une nouvelle bande annonce :https://www.youtube.com/watch?v=Ux4sQG1Lvco
    Gros succès au japon,les films sortiront en suivant aux USA.Et chez nous ?

    Répondre à ce message

  • La seconde partie du diptyque L’Attaque des Titans version ciné,nommée Shingeki no Kyojin/attack On Titan(Part 2) : End of the World (fin du monde)s’offre une nouvelle bande-annonce :https://www.youtube.com/watch?v=Ux4sQG1Lvco

    Gros succès au Japon,les films sortiront en suivant aux USA.Et chez nous ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 6 septembre 2015 à  18:14 :

      Vouq avez effectué un travail titanesque pour rédiger cette longue série d’articles érudits et abondants en documentation, mais le public ne s’empresse pas de venir commenter, c’est assez injuste, mais ainsi va parfois la vie, où il ne suffit malheureusement pas toujours d’être cultivé, spirituel et de bon goût pour obtenir les félicitations, compliments d’usage et médailles en chocolat que certains opportunistes avisés vont tenter de monopoliser.

      Cela peut aussi démontrer que les amateurs de manga n’ont pas grand chose à dire sur le sujet, d’ailleurs j’en suspecte quelques-uns de ne pas savoir lire autre chose que du manga. Ou alors qu’ils approuvent en silence. Qui ne dit rien consent, dit le proverbe. Bien cordialement.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Pascal Aggabi le 9 septembre 2015 à  23:02 :

        Merci Oncle François de prendre la peine de commenter ces articles dans un message que je découvre tout juste .Pas d’injustice ici mais simplement la liberté de chacun de donner son avis,positif ou pas.L’idée qui se cache derrière ces articles n’est pas vraiment de s’adresser en premier lieu aux lecteurs de mangas mais plutôt ,au contraire,de faire goûter aux lecteurs qui n’en sont pas familier une saveur venue d’ ailleurs en se disant que peut être,à l’occasion,en ayant senti comment les choses se passent sous d’autres cieux,ils se surprennent à ouvrir des livres qu’ils n’auraient pas pris la peine de toucher autrement.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Ryuma le 28 janvier 2016 à  16:16 :

        Cessez, je vous en conjure, de généraliser à la bétonnière ! Ce manque d’élégance, c’t’excessivement énervant à force !
        D’abord : "les mangas", c’est "globalement" l’équivalent de nos "bandes dessinées", mais cela recouvre une grande diversité artistique.
        Ensuite : les "lecteurs de manga", c’est aussi un concept global (Et oui !), et parmi ces "gens-là", il y a également une grande diversité.
        Je ne me permettrai pas, après avoir lu votre intervention, et malgré sa hauteur de vue, d’éructer que tous/la majorité des "lecteurs de bd" sont des débiles...
        ...bien...

        Pour ce qui concerne le mérite de M. Aggabi à présent :
        J’ai apprécié avec un enthousiasme immense la série d’articles consacrée aux TMNT, puis au "Glouton", j’apprécie encore une fois votre rigueur et votre labeur sur le présent sujet.
        Lecteur régulier de plusieurs séries et one-shot produits au Japon, je suis resté néanmoins très imperméable à la série dont il est question, et dont vous semblez être à titre personnel un bon amateur. Indépendemment de mes "goûts" et "affinités" de lecteur, j’ai été pourtant fort curieux de lire votre compte-rendu.
        Ayant lu les 6 premiers volumes, je ne suis pas parvenu à dépasser mon indifférence, s’il ne s’agit pas, je peux l’avouer, de ce qu’il faudrait appeler proprement une forme de pudibonderie ^_^’
        Très décontenancé par la qualité graphique de la mimine du mangaka, que j’ose qualifier de manière peut-être excessive de dessin d’adolescent, voire de style minable, je n’ai cessé de cultiver une distance avec l’oeuvre.
        Votre réflexion autour de l’adéquation entre le style du mangaka, la maladresse de son trait, et le fond gothico-gore-dystopique de son histoire, me convainc assez !!!
        Je reprendrai peut-être la lecture, mais j’ai comme un sentiment, disons, de condescendance : la sensation irrépressible d’aller vers un soft auquel on se convainc de laisser sa chance, tout en étant intimement persuadé qu’il ne parviendra pas à recueillir pleinement notre adhésion...
        C’est très étrange, mais je suis convaincu que vous parviendrez à saisir les subtilités tordues de mon idée.

        In fine, j’ai beaucoup appris de la dernière partie (6/6), et cela m’a orgueilleusement et malheureusement conforté dans ce sentiment général que j’éprouve vis-à-vis de l’oeuvre d’Hajime Isayama.
        L’impression qu’il s’agit d’une idée plus ou moins aboutie, issue de l’imagination d’un adolescent plus ou moins sociopathe, misanthrope et torturé, dont le fond poétique et la forme graphique accuse un certain réflexe "flatteur" par lequel le lecteur est étrangement considéré...
        Comme s’il lui était dit : "vois-tu, toi aussi tu peux faire ton propre manga ; vois la simplicité de ce star-system : une dose de tendance pathologique au pessimisme sociopathe auto-satisfaite, une idée aussi vague que simpliste autour de la misère et des larmes, du terrorisme comme mode de vie, et un dessin approximatif que la moitié des élèves d’une classe de collègue sont capables de griffonner et étrennent dans leurs marges de cours de français."
        ..Comme s’il était acceptable de commercialiser les strip farfelus d’un adolescent ayant tout juste découvert la plume G-pen, et la production de Jérôme Bosch la semaine d’avant...
        Alors qu’il s’agit en réalité d’un Tank commercial foutrement tombé à pic !

        Je ne sais qu’en penser, mais du moins votre gigantesque travail, disons "archéologique" ^_^’, nourrit mes réflexions et a constitué un formidable moment de lecture et d’enrichissement culturel autour du 9e art, dans ses dimensions socio-historiques. Soyez sûr qu’il est par mes soins apprécié à sa juste valeur.
        Merci beaucoup

        Répondre à ce message

        • Répondu par Pascal Aggabi le 19 février 2016 à  18:02 :

          Encore un commentaire que je découvre tardivement, décidément. Merci Ryuma pour votre enthousiasme débordant, je suis enchanté d’avoir contribué un tant soit peu à nourrir votre réflexion sur le 9 eme art.
          Isayama est un créateur sensible, on l’a vu, pris dans la logique commerciale d’un monde du manga qui est une industrie, parfois une très grosse machine.Ce dernier élément ne doit pas (trop) entrer en ligne de compte au moment de se faire une idée objective de sa série, pleine de qualités ,avec un parfum particulier , justement en raison de ses particularités d’artiste, étayées par l’être humain complexe , et quelque part unique comme nous tous, qu’il est aussi.
          Son dessin est peut être imparfait "académiquement", donc d’une certaine manière inconfortable pour le lecteur qui aime ce confort pour s’ investir au mieux dans l’histoire qu’on lui propose ,pour s’ y reconnaître : mais, justement, l’inconfort, l’incertitude, le basculement.....la bousculade sont des éléments forts de ce manga ! Donc l’expérience de lecture profite à la fois subtilement mais aussi très fortement de ce choc visuel, puisque la BD est avant tout un exercice de narration, plus qu’un exercice purement plastique.Non ?
          Vous êtes quand même dur avec Isayama:je ne suis pas sûr que beaucoup de collégiens pourraient vraiment dessiner comme lui, malgré les apparences, comme je ne suis pas sûr non plus que ces collégiens pourraient maîtriser la narration séquentielle aussi bien.
          C’est peut être un talent de plus à mettre sur le compte d’Isayama que de le laisser croire :-).

          Répondre à ce message

  • Le rapprochement manga-comics continue pour L’Attaque des Titans,les personnages créés par Hajime Isayama sont repris dans une anthologie d’histoires courtes imaginées par de grands noms des comics .A voir,le magnifique travail des frères Asaf et Tomer Hanuka :http://io9.gizmodo.com/read-this-gorgeous-heartbreaking-story-from-the-attack-1789271645

    Répondre à ce message