Petites Coupures - Par Incardona et Gravé - Editions Les Enfants Rouges

15 janvier 2009 0 commentaire
  • Après le polar magistral Fausse Route, Incardona et Gravé nous ramène aux États-Unis, dans un tout autre milieu et à une toute autre époque : celui de la boxe dans les années 1940.

En 1940, l’Amérique se construit. Elle monte toute en hauteur dans les villes, comme pour exhiber sa puissance. Mais rien n’est gagné, dans cette période sombre et oppressante, le rêve américain n’est pas à la portée de tous.

Alors que la guerre fait rage en Europe, un autre combat a lieu à New-York : un combat de boxe : Paul Norman versus Max Chavez. Pour Chavez, c’est un match de routine, une soirée de gala avant LA rencontre pour le titre. Pour Norman, ex-champion en titre, c’est son ultime combat, une façon de s’éclipser du milieu en douceur avant qu’il ne soit trop tard. Sa femme l’a quitté et il a sombré dans l’alcool : Norman est un homme brisé. Enfin, c’est ce que tout le monde croit… Car il n’y a finalement pas plus redoutable adversaire qu’un homme désespéré qui n’a plus rien à perdre. Dans une ambiance pesante au suspense latent, le lecteur suit le match par l’intermédiaire de deux femmes. La blonde sexy de Chavez qui l’encourage depuis le premier rang et l’ex-femme de Norman qui écoute l’affrontement à la radio. Souvenirs, espoir et rage s’entremêlent au fil des rounds…

Incardona joue habilement avec les fantasmes qui émanent de cette époque : la pin-up qui vient soutenir son champion, les vieux motels miteux, les chapeaux des dames et les cigares des messieurs… De plus le monde de la boxe est un monde particulier que Gravé a su parfaitement représenter.

Avec cet album en noir et blanc, il renouvèle un graphisme fluide et sensuel, s’appuyant sur l’esthétique d’un lieu confiné pour représenter une vie étriquée. Mais l’originalité du dessin de Gravé vient du fait qu’il jongle entre intuition et réalisme : c‘est un mélange élégant de lignes expressionnistes sombres tandis que la lumière est gérée de façon photographique. En effet, clarté des flashs et élégance des mouvements plongent le lecteur dans l’ambiance des romans noirs.

Une BD au scénario et au dessin captivants, à lire en écoutant Billie Holiday ou Moriarty.

Petites Coupures - Par Incardona et Gravé - Editions Les Enfants Rouges

(par Morgane Aubert)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?