Actua BD
Le site de référence pour la bande dessinée francophone





Philippe Goddin : « J’espère avoir rendu Hergé attachant »
21 novembre 2007

Partager sur Facebook Citer sur votre blog Version imprimable de cet article

Philippe Goddin : « J'espère avoir rendu Hergé attachant »

Déjà doté d’un corpus critique hors normes et de plusieurs biographies, Hergé fait l’objet d’une étude fouillée par Philippe Goddin qui a eu recours à de nombreuses sources inédites.

Qu’est-ce que cette biographie a de plus que les précédentes ?

Philippe Goddin : « J'espère avoir rendu Hergé attachant »
Hergé, lignes de vie, par Ph. Goddin
éditions Moulinsart

Des tas de choses. Il y a une quantité d’informations glanées méthodiquement, des informations récentes même très importantes, notamment sur la base de documents dans lesquels Hergé se confie dans des moments de désarroi. J’ai essayé de débusquer l’homme qui était derrière cette image lisse qu’il donnait de lui. Évidemment, pour cela, il a fallu aller vers des documents qui sont de nature intime et il n’en a pas manqué, j’en ai eu beaucoup.

Lesquels sont-ils ?

Par exemple un carnet personnel qu’il tenait au début des années vingt jusqu’aux années trente, et auquel il se confie, dans une période où il est amoureux fou de Germaine, sa future femme, qui le repousse, car elle ne le trouve pas assez mûr. C’est un carnet assez touchant dans lequel on peut voir l’influence de l’abbé Wallez, un document que personne n’a jamais vu. Il y a aussi des échanges de correspondance qui n’avaient jamais été exploités. Il y en a d’autres qui ont été exploités de façon plus patiente que précédemment. J’ai eu ces lettres en main, je n’ai pas eu à les lire à la sauvette. Par exemple, dans une période plus tardive, quand Hergé est en difficulté au moment de Tintin au Tibet, j’ai pu exploiter les agendas de sa femme Germaine, la retranscription des rêves d’Hergé, les lettres qu’il a envoyées à son confident Marcel Dehaye, celles qu’il envoie à Edgar Jacobs. C’est une période pendant laquelle je peux savoir ce qui se passe pratiquement au jour le jour.

Alors que ressortent aujourd’hui les critiques que l’on a faites de tous temps à Hergé, quelle est sa ligne politique ?

Sa ligne politique est avant tout une absence d’intérêt pour la politique. Il s’intéresse aux gens. Il a bien entendu un fond d’éducation catholique de droite, ça on le sait, mais il s’est assez vite libéré de tout cela et son parcours montre que ce qu’il retient de la politique, c’est son côté caricatural. Il s’est moqué d’Hitler pendant son ascension. Il a fréquenté une série de gens qui se sont, eux, politisés. Le premier d’entre eux, c’est Léon Degrelle. Quand Hergé l’a rencontré, il n’était rien, c’était simplement un éditeur, un opportuniste. Il y a tout un chapitre qui lui est consacré. C’est une relation très symptomatique, car elle est plus de l’ordre de l’attitude, de la relation humaine, que de la politique. Ils se sont brouillés et quand Degrelle a commencé à faire de la politique après, Hergé l’avait « classé », il savait très bien à qui il avait affaire.

JPEG - 25.7 ko
Fanny Rodwell, l’ayant-droit et ancienne épouse d’Hergé, un témoin privilégié de la vie et de l’oeuvre du créateur de Tintin, et Philippe Goddin
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

L’homme devait être réhabilité face à son œuvre ?

Ce n’est pas une réhabilitation mais, jamais dans une biographie qui le concerne, on a été aussi proche de l’homme, non pas dans sa voie royale, mais dans ses difficultés, dans son désarroi. C’est là qu’il se livre véritablement. Les documents intimes dont je fais état ne sont pas des documents dans lesquels il se dissimule, au contraire. Il est parfois même extrêmement déprimé et donc, il se lâche. Dans une lettre qui fait l’ouverture de mon livre, elle date de 1948, il est vraiment poignant, il remet tout en question. Mais il va retomber sur ses pattes et la deuxième partie de sa carrière est devant lui.

JPEG - 24.5 ko
Courriers inédits, lettres d’affaire... Phiippe Goddin a eu recours à bien des sources inédites.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Est-ce que le point de vue que vous aviez sur Hergé a changé après ce travail ?

Je pense qu’il s’est enrichi. Quand on a rencontré quelqu’un comme Hergé comme j’ai eu l’occasion de le faire et que l’on est face à cet homme très ouvert, accueillant, attentif, on ne trompe pas son monde. Quand je l’ai mieux connu après, à travers son œuvre, ou par exemple dans sa correspondance d’affaire, il y a des aspects qui m’ont parfois un peu surpris mais, en bout de course, il faut parfois se demander ce que l’on aurait fait à sa place dans les mêmes circonstances. Cela vaut pour les grandes options mais aussi pour le détail de la vie, comme lorsqu’Hergé se plaint auprès de son éditeur qu’il est mal placé dans telle ou telle librairie. C’est étonnant d’un certain côté pour ce grand homme qui peut paraître là, tout à coup, assez mesquin. Mais dans l’édition, tous les auteurs font pareil ! Ce genre de choses, je ne l’avais pas perçu au départ. Hergé est un personnage sensible et complexe que j’espère avoir rendu attachant.

Propos recueillis le 25 octobre 2007.

- Acheter l’ouvrage en ligne

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

4 Messages de forum : Participez à la discussion

  • Comme beaucoup d’adultes de mon âge ( j’avance vers 45 ans),Hergé a fait partie de mon "éducation".Je lisais Tintin en boucle, je connais certains album quasi par coeur et je ne m’en lasse jamais... Quand je pense à Hergé, je pense à un grand humaniste, ce qui prouve que l’on peut baigner dans un univers ultra conservateur et s’ouvrir aux autres grâce à son honnêteté,sa curiosité et son humanité. Un parcours exemplaire pour une homme - forcément- complexe.Merci à M.Goddin de nous ouvrir d’autres portes.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 25 novembre 2007 à  22:55 :

      Fanny n’est pas l’ancienne épouse d’Hergé : c’est sa veuve... Le terme me semble à la fois plus respectueux, et plus élégant.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 25 novembre 2007 à  23:04 :

      Goddin dit : "Il y a aussi des échanges de correspondance qui n’avaient jamais été exploités. Il y en a d’autres qui ont été exploités de façon plus patiente que précédemment. J’ai eu ces lettres en main, je n’ai pas eu à les lire à la sauvette." A qui fait-il allusion ? Et quel mérite en tire-t-il de cette "patience" puisqu’il publie un livre officiel (ce qui veut certes dire qu’il a eu accès à tout, certes, mais surtout que les personnes qui lui ont permis cet accès ont eu un droit de regard et de correction sur son travail) ? Par ailleurs, certains détails livrés en pâture dans cet ouvrage frôlent le sordide : les problèmes de "pont arrière" (selon l’expression complaisamment citée d’une lettre à Van de Branden) de Georges Remi apportent-ils quoi que ce soit à la compréhension de son oeuvre ? La description des débuts de la liaison avec Fanny sont également très triviaux... Bref : ce livre est exhaustif, mais ça n’en fait pas un bon livre, ce que Didier Pasamonik a très bien sous-entendu à mots couverts dans son compte-rendu. Il manque un regard. Un point de vue. Une analyse. Ce que Peeters et Assouline, pour ne pas les citer, ont pris la peine de faire !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Bouvet le 12 mai 2009 à  16:06 :

        Bonjour, J’aimerais faire expertiser une planche de dessins d’études originaux qui m’avait été remise en 1974 en main propre par Bob de Moor. A cette époque je travaillais en collaboration avec Bob sur la réalisation du TEMPLE DU SOLEIL en manège pour le compte du parc WALLIBI à Wavres en Belgique. Mon mail : claude.bouvet3@orange.fr

        Répondre à ce message





Commande Albums - Qui sommes-nous ? - Rédaction - Conditions d'utilisation - Régie - Site réalisé avec SPIP