Pinocchio - Par Winshluss - Editions Les Requins Marteaux

14 janvier 2009 3 commentaires
  • Winshluss nous présente le récit complet de sa version « underground » du célèbre conte de fées Pinocchio. Un album en sélection officielle au FIBD 2009 !

Pré-publié au départ dans la revue Ferraille Illustré de 2003 à 2005, Winshluss l’avait mis entre parenthèse afin de se consacrer avec Marjane Satrapi à la réalisation du film d’animation Persepolis.

Mais cela valait la peine d’attendre : voici une toute nouvelle interprétation totalement décapante du conte de Collodi ! Imaginez, Pinocchio n’est pas une marionnette en bois mais un automate : Geppetto, homme avide d’argent et de pouvoir en a fait un super-robot, un androïde militaire indestructible. Mais Pinocchio ne sera pas un pantin comme les autres. En effet, Jiminy cafard (et non criquet), looser invétéré, vient de se faire jeter par sa belle. Il décide alors de s’installer dans la tête du robot, mais en voulant modifier les fils électriques afin d’y installer le câble, l’insecte fait tout disjoncter : dès lors, Pinocchio ne sera plus jamais une simple machine et se trouvera confronté à un monde terrifiant… Winshluss dépeint alors avec cynisme et de façon déjantée une humanité dépressive, pourrie et violente.

De plus, cette version « no future » de Pinocchio est mise en valeur grâce à trois types de planches qui ponctuent le rythme du récit. Les premières, des planches en couleur sans phylactère racontent les aventures, ou plutôt les mésaventures de Pinocchio. Les secondes s’insèrent telles des couvertures à la fin de chaque chapitre, comme pour figer la situation. En dernier, nous avons les planches de Jiminy le cafard, planches en noir et blanc où les dialogues sont grinçants et corrosifs à souhait.

Pour finir, on peut dire que ce conte de fées pour adultes ne laissera personne indifférent. D’autant plus que le dénouement est parfaitement inattendu.

(par Morgane Aubert)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Pinocchio - Par Winshluss - Editions Les Requins Marteaux
    14 janvier 2009 20:54, par Suppôt de Ferraille

    Une bibliothèque qui se respecte ne peut se concevoir sans les ouvrages de Monsieur Winshluss, la preuve :

    Avant j’étais chétif et sans amis ; sur la plage on me jetait des coquillages dans le dos. Aujourd’hui, je roule en Ferrari et j’ai toutes les femmes dans mon lit !

    Comment ? J’ai tout d’abord acquis à vil prix Monsieur Ferraille, puis, pris dans l’engrenage de la réussite ce fut Pat Boon et Smart Monkey. Si vous aussi vous souhaitez attirer sur vous chance et bonheur, n’hésitez plus, empressez-vous, achetez tout Winshluss !

    JE LE VEUX !!! Nan, sans rire, il le faut.

    Répondre à ce message

    • Répondu par François Pincemi le 14 janvier 2009 à  23:14 :

      Merci Monsieur Suppot. J’ai vu ce livre en librairie, pour un livre indé, je l’ai trouvé plutôt bien travaillé. Winshluss est moins adulé que pas mal d’auteurs indés, je sais que c’est un bon artisan-menuisier, donc c’est normal qu’il excelle dans la reprise du mythe ancien de Pinocchio (ne pas confondre avec Pinocul, bien sur !!°)je me sens d’humeur primesautière avec le redoux). Ceci dit, vous évoquez les mérites de ce livre pour regagner les faveurs de ces dames. Je possède un bon niveau social, et le Viagra me permet de combler parfois ces dames de plaisir, malgré mon age certain. Pensez vous que l’achatt de ce livre (j’hésite, j’ai déjà vu le film de Disney) puisse améliorer mes performances ? Bien cordialement.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Suppôt, en direct de Ferrailleland le 15 janvier 2009 à  08:32 :

        Mon petit François, oubliez viagra, corne de rhinocéros (attention celle produite par le docteur Franquin n’entre pas en ligne de compte) et autre soleil vert.

        Mieux, Pinocchio comblera vos concubines et révelera vos camarades de jeux les plus timorés.

        Pinocchio, grace notamment aux bons soins d’une mise en couleur du sieur Cizo, vous apporte plus que le Boulon du Bonheur et protège plus qu’un Love Bag (plaisir & sécurité, parce qu’on ne fait pas l’amour qu’une fois...).

        N’y revenez plus, merci !

        Répondre à ce message