Polyphonie de la rumeur

16 mai 2017 1 commentaire
  • Un récit socialo-policier à mille voix, l’illustration de la rumeur et de sa violence dans une petite ville de province.

« Tu sais ce qu’on raconte... Il paraît que... Le fils Gabory... Vous n’êtes pas au courant ? Toute la ville ne parle que de ça. Il est revenu. Le môme qui... ? Celui-là même. Ben, il manque pas de culot ! Attends, c’est pas clair cette histoire. Mais il veut quoi ? Ah ça ! Les gendarmes le savent ? Il faut faire quelque chose ! ».

Les premiers dialogues donnent une très bonne idée de l’album : un récit policier qui n’en est pas un, une chronique sociale réellement polyphonique.

Polyphonie de la rumeur

L’histoire : un certain Gabory, un gamin du coin, aurait été aperçu la veille au soir dans un café, alors qu’on ne l’a plus vu depuis des années. Un gentil petit à la famille défaillante (une mère folle, une sœur disparue, un père en fuite) ou un meurtrier passé entre les mailles du filet judiciaire ? Ce retour fait jaser, car le môme est resté dans les mémoires depuis la mort de sa petite amie dans un mystérieux accident de la route.

Sur ce canevas, somme toute classique, se construit une narration, tout sauf classique. En effet, chaque case présente un personnage différent : des cyclistes en pleine course, un médecin qui en sait plus qu’il n’en dit, un couple en pleine dispute, des anciens combattants reçus à la mairie, etc. Mais la particularité réside dans ce que les paroles de chacun de ces protagonistes se complètent, comme si les uns discutaient avec les autres, le tout constituant un saisissant récit choral. Ce concept est original et surtout parfaitement adapté à l’objet de l’album : la rumeur, le téléphone arabe, la parole non vérifiée et colportée, la mauvaise foi le disputant à la bêtise, la curiosité à l’ennui, la jalousie à la médisance.

Gilles Rochier, qui avait reçu le Fauve découverte pour TMLP, livre un album ambitieux accompagné de Daniel Casanave, qui a récemment publié L’Univers, avec Hubert Reeves, dans la collection de la Petite Bédéthèque des Savoirs et dont le dessin est toujours aussi dynamique. L’intérêt de Tu sais ce qu’on raconte… ne réside pas tant dans son sujet que dans sa manière de le traiter. C’est surtout cette novatrice multiplication des points de vue que l’on retiendra.

Rares sont les auteurs à pouvoir se targuer d’avoir inséré un nouveau procédé narratif dans le 9e art. Gilles Rochier et Daniel Casanave vont désormais partie de ce club restreint.

(par Tristan MARTINE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Tu sais ce qu’on raconte... - Par D. Casanave et G. Rochier - Warum Éditions

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :