Pour l’Empire T. III : La Fortune – Par Merwan & Vivès – Ed. Dargaud – Coll. Poisson Pilote

26 avril 2011 5 commentaires
  • Fin du cycle de « Pour l’Empire » de Merwan, Bastien Vivès et Sandra Desmazières, une histoire forte, ouverte qui élabore une réflexion sur la finalité de la puissance, ses affres et de ses œuvres. Remarquable.

Quand on lit Pour l’Empire, on ne peut s’empêcher de penser à Major Fatal de Moebius (1979) dont Jacques Goimard disait qu’il était « un poème ». Il y a cette même liberté de trait : une apparente facilité graphique pétrie d’inventions ; des personnages formidablement campés, forts et fragiles, évoluant dans une terre énigmatique parsemée d’indices qui signifient tout et rien, et surtout un climat incertain, oppressant –comme dans Le Désert des Tartares de Buzatti- qui est un questionnement sur la finalité de la puissance : pourquoi conquiert-on ?, et surtout : que faire de sa conquête ?, laquelle devient un piège dont on ne peut se dépêtrer et qui modifie votre destin à jamais.

Le duo Merwan-Vivès est constant en audace et en vigueur et même si la séquence du dragon est plus faible que les précédentes, on reste séduit par le propos et les images superbes qui doivent beaucoup à la mise en couleurs exemplaire de Sandra Desmazières qui maîtrise les complémentaires et les matières avec intelligence et dextérité.

Pour l’Empire est sans conteste un triptyque marquant dans la production de ces dernières années.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander « Pour l’Empire T. III » sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Ces 3 livres font vraiment partie de ce qui se fait de mieux. Pourtant, ils passent presque inaperçus, c’est complètement injuste quand on voit la qualité de l’ensemble ! Là, je pense qu’une pré-publication adéquate aurait changé la donne. Il y a une telle profusion qu’on peut donc aisément passer à côté de petits chefs-d’œuvre.

    Répondre à ce message

    • Répondu par henry le 27 avril 2011 à  02:39 :

      Pourquoi des chefs d’oeuvres seraient "petits" ? Je ne sais pas encore si Pour l’Empire est un chef d’oeuvre, il faut lui donner encore un peu de temps. Mais c’est d’ores et deja, une des meilleures BD de ce debut de la deuxieme decennie du 21e Siecle. Ce qui est deja pas mal considerant la quantite d’albums qui sort. Sur ce point, je suis d’accord avec toi, c’est a lire absolument pour tous ceux qui veulent une BD qui sort de sentiers battus.

      Répondre à ce message

  • Je viens de finir ce troisieme tome et donc la serie. Sans vouloir etre vache, heureusement que les splendides couleurs de Sandra Demazieres sauvent la mise. Certes, le dessin n’est pas mauvais mais la fin de l’histoire, apres la sequence d’exploration du dragon justement, m’a laisse un arriere gout de trop peu. Si ce sont une serie d’images revees, elles n’ont presqu’aucune coherence.

    Comparer "pour l’empire" et le Major Fatal, c’est une comparaison risquee : Meme si le Major semblait partir dans tout les sens, la fin etait tres soignee et ne laissait pas le lecteur perplexe mais emerveille de s’etre ainsi fait embarquer.

    Les auteurs vont-ils nous sortir un quatrieme tome explicatif ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Gis le 21 juin 2011 à  12:40 :

      Merwan n’a qu’un "n".

      Répondre à ce message

      • Répondu par Matthieu V le 21 juin 2011 à  18:10 :

        Exact, c’est dans le titre de l’article, mais pas dans le titre automatique des commentaires. Je n’y avais pas preté attention. Ceci dit, que pensez-vous de la série ?

        Répondre à ce message