« Pour l’Empire », un incontournable de la rentrée

24 août 2010 9 commentaires
  • Si vous avez raté le premier tome au printemps, ne ratez pas le second volume de « Pour l’Empire », le triptyque évènement de Bastien Vivès, Merwan Chabane et Sandra Desmazières. Le genre péplum s’en trouve revisité, tandis que l'histoire vous a un souffle digne des grands récits mythologiques.

« Pour l'Empire », un incontournable de la rentréeNous avons déjà salué comme il convenait cette mini-série qui nous apparaît comme l’une des plus réussies de cette année. Aux manettes, Bastien Vivès ; le jeune prodige du multi-acclamé Goût du chlore (Casterman) et de Dans mes yeux (Casterman). Cette série confirme les espoirs que d’aucuns fondaient en ce jeune homme à la carrière déjà bien riche : celle d’un artiste exceptionnel dont le parcours est jusqu’ici sans faute, en dépit de ses détours parfois surprenants, et qui n’a pas son pareil pour surprendre le lecteur. On n’a pas fini d’en parler !

Il s’est allié à son copain d’atelier, Merwan Chabane , dans une partition à quatre mains, comme Vivès nous en a déjà gratifié dans ses duos avec Michel Sanlaville (Hollywood Jan chez Casterman) ou Alexis de Raphaellis (Juju Mimi Féfé Chacha chez Ankama).

Chabane n’est pas non plus un débutant. Il a fait un détour par le jeu vidéo, l’animation et la réalisation de courts-métrages, notamment Biotope en 2002 qui remporte une multitude de prix dans des festivals du monde entier (Valence, Hiroshima, Clermont-Ferrand, Rome, Turin, Téhéran, etc.). En 2003, on le voit intervenir sur le premier Carmen + Travis, les récits chez Delcourt, et il signe seul son premier album, Pankat, pour la collection "Équinoxe" de Vents d’Ouest. Il fait aussi partie du quatuor (avec Fabien Nury, Fabien Bedouel et Maurin Defrance) qui œuvre sur L’Or et le Sang aux éditions 12bis.

On ne saurait passer sous silence l’éclairagiste de cette série, la talentueuse coloriste Sandra Desmazières qui intervient sur ces pages en y apportant un magistral usage de la couleur hérité des pratiques de l’animation : ses avant-plans, systématiquement sous-exposés, dégagent des ciels crépusculaires qui offrent à l’image une perspective chromatique et un climax assez inédits. Les textures, faites de surfaces de couleur qu’elle gouache ou aquarelle elle-même sur papier sont ensuite scannées, offrant une palette qu’elle peut parfaire à l’ordinateur.

Ces couleurs donnent à l’album un cachet unique : une touche picturale comme on en trouve dans les tableaux de Jérôme Bosch, obligeant le lecteur à entrer de plain-pied dans l’atmosphère pesante d’un récit qui se veut, littéralement, entre chiens et loups.

Pour l'Empire, tome 2 : Les Femmes (2 tomes parus sur 3) – Par Bastien Vivès, Merwan Chabane et Sandra Desmazières. En librairie le 27 août 2010.

Un des évènements de la rentrée

Notre consœur Beatriz Capio a beau faire la fine bouche (elle avait critiqué un peu sévèrement le premier album dans nos pages), Pour l’empire est incontestablement une des séries-phare du moment.

Le sujet est cette armée qui arrive au faîte de sa gloire, mandatée par l’empereur pour se rendre aux confins des mondes connus, comme celle d’Alexandre le Grand parvenant à l’Indus, et de passer cette frontière. Un enjeu qui donne le frisson. Le sentiment de puissance de cette armée invaincue est renforcé par la présence d’une escouade de guerriers aguerris et rusés. Rien ne leur résiste. À eux seuls, ils sont capables de détruire une armée.

Mais l’inconnu est bien plus terrible encore que le plus terrible des ennemis. Surtout un inconnu qui fuit… La question est déjà posée par Platon : Est-ce du courage que de fuir devant l’ennemi ? Non, dit le guerrier. Oui, propose le philosophe, s’il s’agit de l’attirer dans un piège…

Le piège prend ici la forme d’amazones (« Les femmes ») qui ne sont pas comme leur modèle des cavalières, mais d’insaisissables fantassins juchés dans les arbres. Le trait de leur arc n’en n’est pas moins meurtrier. L’empire, ici représenté une poignée d’hommes à l’exubérante virilité, va trouver avec elles une nouvelle épreuve à laquelle les auteurs, effaçant du récit toute référence historique précise, donnent un tour mythologique qui a des résonances proprement contemporaines.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Pour l’Empire, tome 2 : Les femmes (2 tomes parus sur 3) – Par Bastien Vivès, Merwan Chabane et Sandra Desmazières – Editions Dargaud. En librairie le 27 août 2010. Le troiième tome paraîtra au printemps 2011.

Commander le tome 1 chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 2 chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • La critique de Beatriz Capio méritait-elle un rappel à l’ordre ?

    La critique n’était vraiment pas très sévère, (relisez-là) mais son léger doute sur la qualité du Tome 1 (juste du tome 1, hein !) était déjà trop osé pour un journaliste de renom qui a misé avec quelques éminents confrères sur ce jeune poulain une part de sa propre réputation.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 24 août 2010 à  14:46 :

      La critique de Beatriz Capio méritait-elle un rappel à l’ordre ?

      Pour sûr, elle croupit désormais au fond du donjon.

      Nous sommes plusieurs dizaines dans cette rédaction, cela autorise des opinions divergentes, et ce n’est pas la première fois. Mais vous ne devez pas nous lire souvent...

      Quant à ma réputation, avec Bastien Vivès et Erwann Chabane, elle ne risque pas grand chose...

      Répondre à ce message

      • Répondu le 25 août 2010 à  09:11 :

        Non bien sûr, votre réputation ne risque rien avec ces auteurs en particulier, mais elle se construit néanmoins au fil de vos critiques avec les auteurs et vos confrères en général.

        Le jeu d’influence réciproque est habituellement diffus et invisible, mais ici il m’a sauté aux yeux car vous l’avez écrit en toutes lettres dans votre papier : Vous rappelez à Beatriz qu’elle s’est peut-être trompée en critiquant (légèrement) cet album.

        l’importance de mon commentaire est très relatif. C’était juste pour mettre en lumière un maillon de "la subtile fabrique des auteurs".

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 25 août 2010 à  21:33 :

          Vous rappelez à Beatriz qu’elle s’est peut-être trompée

          On peut avoir des idées divergentes, se laisser aller au doute. Je me méfie du pathos intransigeant et je combats l’intolérance du fanatisme exclusiviste. Beatriz met un bémol, moi ce travail me transporte. Chacun a bien le droit de l’exprimer, surtout que elle comme moi, nous sommes ici chez nous.

          C’était juste pour mettre en lumière un maillon de "la subtile fabrique des auteurs".

          C’est à pouffer de rire ! Comme si nos lecteurs étaient des ignares, n’avaient pas leur libre arbitre ! Vous êtes donc la seule lumière au milieu d’un tas d’idiots ?

          Répondre à ce message

  • J’ai emprunté cet album à la biblio : impossible à lire.
    Confus, couleurs trop sombres, antipathique ? Je ne sais pas exactement pourquoi, mais impossible de lire ce bouquin, il tombe des mains.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 24 août 2010 à  14:42 :

      Ils sont trop top dans votre bibliothèque : ils mettent à votre disposition un album qui n’est pas encore sorti :))))

      Chapeau !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 24 août 2010 à  16:28 :

        on avait bien compris qu’il parlait du Tome 1 ;)

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 24 août 2010 à  17:28 :

          A pas malin, pas malin et demi ;)

          DP

          Répondre à ce message

  • « Pour l’Empire », un incontournable de la rentrée
    24 août 2010 19:21, par Tomi le rat

    C’est vraiment bien cette bd , je ne comprend pas les critiques mais les gouts et les couleurs..
    Donc si les auteurs lisent les commentaires ici et bien dites vous que n’achetant plus de bd et bien je pense acheter tout de même ce tome à venir et le prochain car j’ai été bien séduit.
    Moi ce qui me tombe des mains c’est pas mal tout le reste , les lanfeust , et compagnie..mais chacun aime ce qu’il veut..

    Répondre à ce message