"Quand viennent les bêtes sauvages" : politique et musique en Haïti

31 octobre 2016 0 commentaire
  • Nicole Augereau consacre un ouvrage, édité par Flblb, à Haïti et au chanteur Manno Charlemagne. Malgré quelques hésitations narratives, ce livre a le mérite de mettre en lumière un personnage méconnu en Occident et un pays trop souvent vu sous l’unique angle des catastrophes naturelles.

Haïti fait régulièrement la une des grands médias, la plupart du temps du fait des catastrophes naturelles et de leurs conséquences dramatiques pour le pays. Ce fut encore le cas il y a quelques semaines. Début octobre, l’ouragan Matthew a ravagé le pays, causant plus de mille morts, des dizaines de milliers de sans-abri et deux milliards d’euros de dégâts matériels.

Cette catastrophe est la dernière en date, mais est loin d’être la pire que ce petit Etat des Caraïbes ait connu. Le séisme de 2010 avait fait plus de 200 000 morts. Ces drames ne viennent qu’aggraver une situation économique, sociale et politique déjà bien difficile à vivre pour quelques dix millions d’Haïtiens. Depuis 1804 et son indépendance durement gagnée face aux armées de Napoléon, la première « République noire » de l’histoire n’a connu que de rares moments de paix civile, et la démocratie peine à s’y implanter – les dernières élections ayant encore été entachées de fraudes massives.

"Quand viennent les bêtes sauvages" : politique et musique en Haïti
Tap-Tap Haïti © Nicole Augereau - Flblb 2004

Nicole Augereau choisit justement de s’arrêter sur cette histoire politique sombre, par le biais d’une biographie du chanteur Manno Charlemagne. Elle consacre avec Quand viennent les bêtes sauvages son second livre à Haïti, là encore chez Flblb. Le premier, publié en 2004 et intitulé Tap-Tap Haïti, se rattachait au genre du récit de voyage. Le second sacrifie lui-aussi à un genre classique tant en littérature qu’en bande dessinée : la biographie.

Quand viennent les bêtes sauvages © Nicole Augereau - Flblb 2016

Quand viennent les bêtes sauvages est donc dédié à un artiste assez peu connu en France, mais qui eut son heure de gloire aussi bien sur la scène musicale que sur la scène politique haïtienne. Manno Charlemagne est né en 1948, dans le quartier de Carrefour, commune et bidonville de la banlieue de Port-au-Prince, la capitale. Rapidement attiré par la musique, il se fait connaître surtout dans les années 1980, lorsque ses chansons acquièrent une résonance particulière sous la dictature Duvalier.

Alors que le fils – Bébé Doc – a succédé au père – Papa Doc – à la tête de l’Etat, les inégalités ne cessent de se creuser et les « tontons macoutes », sbires armés au service du régime, terrorisent la population. La musique de Manno Charlemagne, résolument populaire, s’inspire des rythmes venus des campagnes. Ses textes adoptent un ton contestataire. Ses refrains sont repris dans les manifestations, mais ses albums circulent clandestinement. Il doit s’exiler à deux reprises, d’abord à New-York dans les années 1980 puis à Miami dans les années 1990, pour échapper à la torture et sauver sa vie.

Page 24 Quand viennent les bêtes sauvages © Nicole Augereau - Flblb 2016
Page 25 Quand viennent les bêtes sauvages © Nicole Augereau - Flblb 2016

Son engagement politique ne se limite cependant pas à son expression musicale. Il prend ses responsabilités en 1995 et devient maire de Port-au-Prince, jusqu’en 1999. Cette expérience sonne cependant, de son propre aveu, comme un échec. L’ampleur de la tâche à accomplir est trop immense, même pour un homme motivé et adulé des foules. Il faut aménager la ville, répondre aux demandes sociales, lutter contre la corruption… Revenu aujourd’hui à Miami, le chanteur se produit encore régulièrement et n’a rien perdu de ses convictions, malgré les désillusions politiques et le confort économique relatif qu’il connait dorénavant.

Nicole Augereau nous conte ce parcours avec beaucoup d’humanité et une certaine distance. Sans aller jusqu’à la critique et si elle demeure admirative de l’artiste, elle semble prendre du recul sur l’homme et ce qu’il est devenu. Elle parvient quoi qu’il en soit à nous rendre attachant cet homme un peu fantasque, parfois fanfaron, qui se mit réellement en danger et qui transmet l’héritage d’une riche culture créole.

Page 54 Quand viennent les bêtes sauvages © Nicole Augereau - Flblb 2016

Pour autant, Nicole Augereau semble avoir hésité sur la voie à suivre pour mettre en scène Manno Charlemagne. Carnet de Voyage ? Biographie ? Récit historique ? Son livre tient de tout cela à la fois. Cela contribue certes à la richesse de son propos, mais peut aussi entraîner quelques frustrations – nous aimerions en apprendre encore plus sur l’histoire du pays. Le choix d’un angle de vue plus prononcé et assumé, comme c’est souvent le cas dans la bande dessinée documentaire, aurait peut-être été utile.

Certaines de ses pages sont en effet assimilables à un récit de voyage. Sa description et ses réflexions sur Miami sont certes honnêtes, mais n’apportent pas énormément à l’ensemble. Pour simplifier de manière un peu outrancière : Miami ressemble à l’idée que l’on s’en fait…

Page 58 Quand viennent les bêtes sauvages © Nicole Augereau - Flblb 2016

Plus instructives et heureusement plus nombreuses sont les pages racontant la vie de Manno Charlemagne et celles rappelant l’histoire d’Haïti. La biographie est claire et vivante, ponctuée de quelques entretiens avec le chanteur lui-même. Les différents épisodes sont reliés par les textes de chansons de Manno Charlemagne, illustrés par Nicole Augereau s’inspirant d’œuvres populaires, croisées à Miami ou au fil de ses lectures. Ces chansons sont d’ailleurs accessibles via une liste mise à disposition par Flblb : excellente idée, pour accompagner ou suivre la lecture de l’ouvrage.

Enfin, le trait noir et épais de la dessinatrice est rehaussé d’aplats d’un orange vif assez déstabilisant. Cette couleur correspond bien à l’idée que nous nous faisons d’Haïti, de la chaleur de son climat, de la violence de la dictature. Mais nous regretterons que d’autres tons n’aient pas été utilisés. Les bleus, jaunes, verts de la couverture, chatoyante, mettent encore davantage en valeur le personnage haut en couleurs qu’est Manno Charlemagne.

Margé ces quelques réserves, les lecteurs pourront apprécier Quand viennent les bêtes sauvages pour les informations qu’il nous apporte, tant sur Manno Charlemagne que sur Haïti en général. La volonté de mieux faire connaître ce personnage et son pays sont à souligner. La mise en valeur de la musique et, par ce biais, de la culture créole apportent un supplément d’âme au livre de Nicole Augereau.

Page 68 Quand viennent les bêtes sauvages © Nicole Augereau - Flblb 2016
Page 69 Quand viennent les bêtes sauvages © Nicole Augereau - Flblb 2016

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Parution en septembre 2016.

Commander Quand viennent les bêtes sauvages chez Amazon ou à la FNAC.

Commander Tap-Tap Haïti chez Amazon ou à la FNAC.

Quand viennent les bêtes sauvages est disponible en lecture gratuite sur le site de Mediapart.

  Un commentaire ?