Remise des Prix Bédéis Causa 2018 : la grande soirée de Siris

14 avril 2018 0 commentaire
  • C’est Siris qui a été couronné du Grand prix de la Ville de Québec 2018. Ce prix lui a été remis dans le cadre de la cérémonie des Prix Bédéis Causa pour « Vogue la valise » (La Pastèque). Son comparse Henriette Valium (Patrick Henley) a quant à lui a été salué pour l’ensemble de son œuvre.

C’est Vogue la valise, album personnel dans lequel Siris (alias la Poule) raconte sa jeunesse difficile en famille d’accueil, qui s’est mérité les grands honneurs. Visiblement surpris, le vétéran de la bande dessinée québécoise n’en était pas moins touché au moment de recevoir le Grand prix de la Ville de Québec (meilleur ouvrage de langue française publié au Québec) : «  J’espère que le prix fera en sorte que l’album voyage encore plus loin. J’aimerais toucher des gens qui ont vécu un peu la même chose que moi. Cela peut faire un baume, les sortir de ce vécu. Cela peut aussi montrer qu’il y a de l’espoir, qu’on ne peut pas se laisser abandonner. La BD m’a sauvé la vie. Ce soir, c’est la preuve ultime. »

Remise des Prix Bédéis Causa 2018 : la grande soirée de Siris
Siris, Vogue la valise l’intégrale, La Pastèque.
D.R.
Siris, Vogue la valise l’intégrale, La Pastèque.
D.R.

Après avoir abordé cet aspect intime de sa vie, l’auteur se consacre désormais à une biographie du peintre québécois Jean Dallaire, en collaboration avec son ami de longue date Marc Tessier : « On est là-dessus depuis deux ans. J’en suis rendu à la page 30. Il m’en reste 70 à faire. (…) Quand j’ai rencontré Marc Tessier, il y a à peu près 25 ans, la première conversation qu’on a eue était sur la peinture, et non sur la BD. Nous aimions tous les deux Dallaire, qui n’était pas tellement connu. (…) C’est notre projet coup de cœur. »

Siris, Grand prix de la Ville de Québec, a su toucher le jury avec Vogue la valise (La Pastèque)
Photo : Marianne St-Jacques.

Julie Rocheleau est repartie avec le Prix Albéric-Bourgeois, remis au meilleur album de langue française publié à l’étranger par un auteur canadien. Au moment de recevoir son prix, l’illustratrice de Betty Boob (Casterman) a d’ailleurs tenu à souligner l’excellent travail de Véronique Cazot, la scénariste française de l’album : « Je n’aurais pas pu faire cet album toute seule et j’ai été hyper chanceuse qu’elle me le demande. C’est un album qui fait du bien à lire, mais il m’a aussi fait beaucoup de bien à moi. C’est un album qui parle du cancer du sein, mais surtout de la reconstruction après un traumatisme ou une maladie. (…) S’il y a avait eu du dialogue, cela aurait été plus pathos, mais comme c’est un album muet, c’est comme du Buster Keaton. Ça devient plus « slapstick ». On comprend très bien la douleur du personnage, mais on rentre dans quelque chose de plus décalé, de plus humoristique, de très physique. »

Julie Rocheleau, illustratrice de Betty Boob (scénario Véronique Cazot, Casterman), lauréate du Prix Albéric-Bourgeois 2018.
Photo : Marianne St-Jacques

Après avoir collaboré avec les scénaristes Olivier Bocquet (La colère de Fantômas, Dargaud), Normand Grégoire (La Petite Patrie, La Pastèque) et Véronique Cazot, Julie Rocheleau collabore désormais avec la romancière Sophie Bienvenu sur un projet de bande dessinée à paraître chez La Pastèque).

Quant au Prix Réal-Fillion (auteur québécois s’étant le plus illustré par son premier album professionnel), celui-ci a été décerné à Thom pour son ouvrage VII (Pow Pow), ambitieuse bande dessinée muette dans lequel un auteur à succès est pourchassé par la Grande Faucheuse. Le jeune auteur revient sur ce pari formel : « Au début, VII ne devait pas être muet. J’avais fait la première scène du livre, sans texte. Après cette première scène, je me suis dit que j’allais introduire le dialogue, mais à chaque fois que je tentais de le faire, ça ne fonctionnait pas. Je trouvais que les personnages en disaient assez de par leurs pantomimes, leurs réactions faciales, leurs onomatopées. J’ai donc eu le plaisir de retomber dans le muet, qui est une forme d’art que j’aime énormément et que j’ai pu explorer à fond. »

Thom, l’auteur de VII (Pow Pow), reçoit le Prix Réal-Fillion 2018.
Photo : Marianne St-Jacques

Pour une troisième année consécutive, le Festival Québec BD a décerné le Prix Jacques-Hurtubise, qui permet à un jeune auteur d’autoéditer un projet de bande dessinée. Cette année, c’est Anouk, qui a remporté la bourse de 1000$. Celle-ci espère poursuivre son webcomic bimensuel L’armée du Soleil, inspiré de l’univers de Donjons et Dragon. Elle prépare une version imprimée qui pourrait sortir dès l’automne.

Anouk reçoit le Prix Jacques-Hurtubise des mains d’Hélène Fleury, co-fondatrice du magazine Croc.
Photo : Marianne St-Jacques

Enfin, le Prix Albert-Chartier 2018, qui rend hommage à un pilier de la bande dessinée québécoise, a été décerné à Henriette Valium, figure marquante de la BD québécoise underground des années 80-90. Celui-ci d’ailleurs eu droit à un hommage mordant de l’auteur et éditeur Simon Bossé (Mille putois). Valium ne s’en trouvait pas moins ravi : « Je suis agréablement surpris que l’on honore des artistes atypiques ; que ce ne soit pas uniquement axé sur le commercial. Je suis vraiment très heureux. » Le lauréat ne compte pas s’asseoir sur ses lauriers. En plus de peindre et de réaliser des collages musicaux, celui-ci caresse l’idée d’explorer la thématique du genre et du changement de sexe à l’aide des super-héros : « Ce sera Vulva-Man contre Scrotum-Bitch ! »

Henriette Valium (Patrick Henley) a reçu le Prix hommage Albert-Chartier pour l’ensemble de sa carrière.
Photo : Marianne St-Jacques

Prix Bédéis Causa 2018 – Les lauréats

- Prix Réal-Fillion (auteur, dessinateur ou scénariste québécois s’étant le plus illustré avec son premier album professionnel) : Thom, VII, Pow Pow.
- Prix Albéric-Bourgeois (meilleur album de langue française publié à l’étranger par un auteur, dessinateur ou scénariste québécois) : Julie Rocheleau et Véronique Cazot, Betty Boob, Casterman.
- Grand prix de la Ville de Québec (meilleur album de langue française publié au Québec) : Siris, Vogue la valise, La Pastèque.
- Prix Maurice-Petitdidier (coup de cœur du jury pour un album francophone publié à l’étranger) : Bastien Vivès, Une sœur, Casterman.
- Prix Traduction : Yaro Abe, La cantine de minuit T.2, Lézard Noir.
- Prix Albert-Chartier (hommage à un artisan ou un organisme ayant marqué la bande dessinée québécoise) : Henriette Valium.
- Prix Jacques-Hurtubise (bourse de 1000$ remise à un auteur émergent) : Anouk, pour son webcomic L’armée du Soleil.

La cérémonie des Prix Bédéis Causa s’est déroulée le 13 avril 2018, au Musée de la Civilisation de Québec, dans le cadre du Festival Québec BD.

(par Marianne St-Jacques)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Vogue la valise chez Amazon ou à la FNAC

Commander Betty Boob chez Amazon ou à la FNAC

Commander VII chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?