Rentrée BD 2017 : des best-sellers en conquête

9 septembre 2017 2 commentaires
  • Elles sont toutes au rendez-vous, les stars de la rentrée : Astérix, Titeuf, Largo Winch, Corto Maltese, Les Légendaires… Il y a du lourd, les libraires se frottent les mains ! Heureusement, ces sorties s'étalent au fil des semaines de façon plus ou moins équilibrées, et les publications ont des cibles bien diversifiées, si bien que le cru de la fin de l’année 2017 a toutes les chances d’être une bonne cuvée.

Rentrée BD 2017 : des best-sellers en conquêteOn le sait : 40 % des nouveautés BD de l’année paraissent entre septembre et décembre. Pourquoi ? Parce que c’est la saison des fêtes et que, comme l’a démontré une étude récente sur les pratiques d’achat des consommateurs de bande dessinée, plus de la moitié des BD qui sont achetées par les consommateurs de BD sont en fait destinées à être offertes. D’où un tropisme qui s’oriente vers des marques connues et transgénérationnelles (Astérix, Titeuf, Corto Maltese…) ou ciblées (Les Profs, les Sisters…)

Rappelons-nous ce que nous disait naguère Jean Van Hamme : « La surproduction entraîne des déchets. Il y a aura du dégât à un moment ou l’autre : quand les rats sont trop nombreux, ils se bouffent entre eux !  ». Est-ce que, comme le disait le gourou-scénariste, cette production abondante de fin d’année est susceptible d’être fatale au marché ?

La librairie spécialisée donne le « la »

En fait, non ! Car la diversité sauve la donne, provoquant parfois de grosses surprises : Les Légendaires de Patrick Sobral, L’Arabe du futur ou Les Cahiers d’Esther de Riad Sattouf, il faut bien en convenir, n’étaient pas vraiment dans les radars...

L’autre raison est que la dynamique du marché de la BD est désormais impulsée par les librairies spécialisées de bande dessinée, qui savent de quoi elles parlent, et dont la part de marché progresse d’année en année au détriment des autres circuits de diffusion. Le groupement de libraires Canal BD annonçait fin août le recrutement de quatre nouveaux membres : la librairie Forum BD à Manosque, la librairie Falba à Toulon, la librairie Excalibulle à Brest et La Maison de la BD à Bruxelles, ce qui porte à 114 le nombre de libraires spécialisés de ce groupement d’indépendants.

Apparemment, ce sont les gros libraires généralistes qui marquent le pas depuis le début de l’année, précisément en raison de leur comportement moutonnier et frileux. Mais cette année est une année avec Titeuf, Astérix et Largo Winch, de grosses machines au marketing fort qui devraient attirer les moins lecteurs de BD dans les librairies les plus diverses et finalement, nous l’espèrons, permettre au secteur de tirer son épingle du jeu cette année encore.

La série TV tirée des "Sisters" devrait booster les ventes.
© Bamboo / M6

Une rentrée à fond le slip !

Dès septembre, les choses sérieuses commencent chez Glénat avec un 15e Titeuf de Zep en première ligne qui, de plus, s’avère être un des meilleurs titres de la rentrée. Une rentrée qui coïncide avec celle des classes et qui s’accompagne logiquement du retour des cancres puisque le 23e Ducobu de Zidrou & Godi (et son spin off Léonie, au Lombard), le 19e volume des Profs (Bamboo) de Erroc & Simon Léturgie, de même que les Sisters de Cazenove & Willam, tous portés par leurs adaptations audiovisuelles (la série TV des Sisters passe depuis le 28 août sur M6) sont au rendez-vous dès septembre. Le tome 6 d’Alix Senator : La Montagne des morts vient-il célébrer la découverte d’une nouvelle nécropole à Pompéi et... le retour au programme du latin, avec le président Macron ?

Un Gaulois dans le moteur

La chose n’est pas pour déplaire à Astérix qui, sous la houlette de Didier Conrad (dessins) et Jean-Yves Ferri (scénario), arrive dans les bacs le 19 octobre, avec une mise en place de deux millions d’exemplaires et un titre curieux : Astérix et la Transitalique (Ed. Albert-René).

L’éditeur parisien applique un embargo strict avant la sortie : nous ne connaîtrons la couverture définitive qu’avec la présentation à la presse début octobre et rien sur le contenu de l’album avant sa date de parution en librairie, sinon que nos Gaulois vont faire une sorte de Paris-Dakar en Italie. Enfin, l’Italie, c’est beaucoup dire car, comme on sait, cette appellation date du XIXe siècle avec l’arrivée de Garibaldi… Du temps de César, la péninsule était occupée par des… Gaulois et des peuples pas vraiment romains…

Accroché au char gaulois, un nouvel album de Corto Maltese, Equatoria, où les auteurs Canales & Pellejero affineront leurs plumes pour redonner, d’une façon remarquable, un nouveau souffle au marin d’Hugo Pratt. Cette fois, Corto s’enfonce en Afrique noire en 1911, à la recherche du « miroir du prêtre Jean », un mystérieux objet se rapportant à une légende médiévale du temps des Croisades. Les sources du Nil ne sont pas loin… Pellejero retrouve les fondamentaux du dessin d’Hugo Pratt : un trait évocateur et des images contemplatives qui ne s’interdisent pas une stylisation expérimentale hardie. Encore faut-il que l’auteur catalan s’affranchisse des audaces de son aîné pour y apporter les siennes.

Un complot contre Largo

Deuxième souffle très attendu aussi pour Largo Winch (T. 21) : L’Étoile du matin (Dupuis) puisque, en ce qui concerne le scénario, Jean Van Hamme ayant, comme dirait Astérix, plié les gaules, c’est un nouvel artisan de thrillers choisi par Philippe Francq qui prend les commandes : le romancier et économiste Éric Giacometti. Le pitch ? « Les valeurs du Dow Jones chutent de manière spectaculaire. Le groupe Winch est accusé d’avoir manipulé les cours. Qui se cache derrière cette machination ? Qui sont les véritables maîtres de la finance ?  » Rôôô, Largo accusé d’un krach mondial ? Les scénaristes financiers sont-ils donc sans pitié ?

L’esprit sain souffle encore sur les tables des libraires en septembre avec Le Janitor T5 : La Crèche de Satan signé François Boucq & Yves Sente. L’agent secret du Vatican va découvrir au Mexique un laboratoire clandestin de clonage des bébés, la PMA à côté de cela - Horresco Referens ! - c’est du vin de messe ! Non seulement les bambins joufflus ne sont pas conditionnés à la Vraie Foi, mais qui plus est, se retrouvent façonnés sur les principes de l’übermensch, cette race supérieure à l’homme et à Dieu lui-même rêvée par l’idéologie nazie et... le docteur Mengele (rien moins que le cruel médecin d’Auschwitz !), à l’origine de cette colonie. Mais où vont-ils chercher tout cela ?

L’ouragan des nouveautés ne s’arrêtera pas là. Il continuera de dévaster notre portefeuille en octobre, avec le nouveau Zombillénum d’Arthur de Pins (Dupuis) dont le dessin animé sort en salle cet automne, le quatrième volet du formidable Matteo de Jean-Pierre Gibrat (Futuropolis), un nouveau Giacomo C où le tandem Jean Dufaux & Griffo fait son Retour à Venise (Glénat), un nouveau volume du périple de La Quête de l’Oiseau du temps – Avant la Quête T5 (Dargaud) où Loisel & Letendre partagent l’affiche avec le formidable David Etien (Dargaud), et un 38e Boule & Bill toujours fidèlement et talentueusement assuré par l’excellent Laurent Verron (Dargaud)…

En attendant les nouveautés du mois de novembre (avec un Lou T8 chez Glénat et un T4 des Vieux Fourneaux chez Dargaud en tête de gondole) et celles de décembre dont nous vous reparlerons, si nous en avons le courage !

Documents

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :