Scott McCloud : « Internet changera les modes de production, de distribution et l’économie même de la BD »

29 mars 2009 8 commentaires
  • Avec ses trois BD théoriques consacrées à la bande dessinée et ses techniques de création originales, {{Scott McCloud}} fait partie des incontournables de la BD d'aujourd'hui. Cet auteur américain n’a pas peur de porter sa réflexion sur la bande dessinée du futur, au risque de paraître doctrinaire. Rencontre.

Les organisateurs de l’année de la BD 2009 à Bruxelles ont invité l’auteur de l’Art Invisible à la récente Foire du Livre de Bruxelles pour une de ces conférences-shows dont il a le secret. Nous l’avons brièvement rencontré ce jour-là.


Scott McCloud : « Internet changera les modes de production, de distribution et l'économie même de la BD »

Pourquoi avez-vous souhaité réaliser l’Art Invisible, une bande dessinée expliquant les techniques et les codes de ce mode d’expression ?

J’avais tellement d’idées à partager sur la manière de réaliser des bandes dessinées, que je me suis senti obligé de les écrire dans un livre. Cette envie me stimulait. Mettre mes idées en images me permettait de les exprimer plus facilement, et surtout de rendre plus accessible mon propos. À l’époque, je n’avais pas pour objectif de rencontrer des gens, de faire des lectures dans des écoles ou d’animer des conférences. Cette partie-là de mon métier est venue après.

Vous sentez-vous habité par un devoir de continuer cette pédagogie dans d’autres livres ?

Je devais continuer dans cette voie. J’ai réalisé deux livres supplémentaires. Je voulais aborder la bande dessinée qui est en train d’évoluer avec Internet et les autres outils numériques. Je parle de ces questions dans Réinventer la Bande Dessinée. J’avais encore des choses à dire sur les techniques de la BD, c’est pour cela que j’ai réalisé un troisième livre, Faire de la Bande Dessinée. Maintenant, je dessine une fiction qui devrait tenir sur 400 pages. Cela n’aura rien à voir avec ce type d’ouvrage.

Cela va au-delà de la pédagogie : Vous créez un climat de connivence avec vos lecteurs.

Oui. Je souhaitais cette interaction avec le lecteur. Il est réellement actif lorsqu’il lit les explications techniques.

Quels souvenirs gardez-vous de Will Eisner ?

J’avais un rapport particulier avec lui. Au fil des ans, une relation d’amitié forte s’est créée entre nous. Avant de réaliser l’Art Invisible, j’avais été le voir pour lui montrer des planches. Il m’a donné quelques conseils. En rentrant chez moi, j’ai appris que mon père était décédé. Il l’a appris plus tard et il y a quelque chose de sentimental qui s’est tissé entre nous. Nous avons beaucoup communiqué ensemble lorsque je réalisais L’Art Invisible. Nous avons en de nombreux échanges, même pour le deuxième livre où j’abordais l’avenir de la bande dessinée, qui passera par Internet.

Certains critiques ont trouvé que « Réinventer la Bande Dessinée » était un peu trop dogmatique, que vous prophétisiez l’avenir comme le ferait un gourou.

Oui. J’ai récolté les mêmes critiques aux États-Unis. Ces propos sont les bienvenus. Un livre amène forcément des critiques. J’assume ce livre, et aussi les « prophéties » qui ne sont pas réalisées. Mais nous le voyons, notre métier est en passe de changer. Et certaines idées développées dans ce livre se sont réalisées.

Comment voyez-vous l’évolution de la BD sur le support numérique ?

C’est une grande question. Internet est encore relativement neuf et n’a qu’une quinzaine d’année. Ma fille est née six mois avant la première application graphique sur le web. Je n’ai pas de réponse toute faite, mais je suis certain qu’Internet changera les modes de production graphique des auteurs, les modes de distribution de leurs œuvres et bien entendu l’économie qui est aujourd’hui d’application par rapport à leur travail.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity


Lire aussi : Scott McCloud ambassadeur du navigateur open source « Google Chrome (Septembre 2008)

Lien vers le site de l’auteur


Acheter « L’Art Invisible » sur Internet
Acheter « Réinventer la Bande Dessinée » sur Internet
Acheter « Faire de la Bande Dessinée » sur Internet

Photo : (c) Nicolas Anspach



A vos agendas, voici les actuels et prochains évènements de Bruxelles BD 2009 :

- Blueberry by Gir : une rétrospective de la série mythique à voir à la Maison de la bande dessinée jusqu’au 14 juin 2009.

- Le Centre d’Art de Rouge-Cloître fête du 5 mars au 12 avril 2009 les quarante ans de bande dessinée de Marc Hardy.

- Une exposition consacrée au travail d’Ever Meulen se tient à la rue des Lombards du 6 mars au 3 avril 2009.

- Du 10 mars au 7 juin, le Centre Belge de la Bande Dessinée consacrera une exposition dédié aux "20 ans de Manga en Europe".

- Pour clôturer ce programme partiel, du 27 mars au 28 juin 2009 se tiendra aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique, la grande exposition "Regards Croisés de la BD Belge" qui présente, au travers du regard de 20 auteurs belges contemporains, cent ans de bande dessinée, mettant en évidence les liens entre l’école belge et les grands courants de la bande dessinée mondiale.

Pour tous ces évènements, plus d’informations sur le site de Bruxelles BD 2009.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Internet est déjà en train de tout changer. Il n’y a aucune prophétie à dire ça. C’est une évolution évidente. Scott Mac Cloud est logique et pas du tout un gourou.

    Répondre à ce message

    • Répondu par G. Bienbu le 30 mars 2009 à  16:07 :

      Le livre ne date pas d’hier mais du début des années 2000

      Répondre à ce message

      • Répondu le 31 mars 2009 à  08:07 :

        Au début des années 2000, internet existait déjà. Le curieux et intellectuel Scott Mc Cloud ne pouvait que se pencher sur la question.

        Répondre à ce message

  • Il est notable que le champion de la BD théorique n’a jamais produit la moindre bande dessinée intéressante. Il y a ceux que connaissent les recettes et ceux qui les appliquent.

    Répondre à ce message

    • Répondu par FdeLO le 31 mars 2009 à  09:29 :

      ... Et ceux qui se fichent des recettes et inventent leur propre sauce. Regrettable que ces derniers soient assez rares.
      Innover c’est bien aussi. :-))

      Répondre à ce message

    • Répondu le 31 mars 2009 à  10:51 :

      La BD a aussi besoin de théoriciens. C’est comme en science, il y a la recherche et l’application. Scott est un chercheur et il est très inventif.

      Répondre à ce message

      • Répondu par FdeLO le 31 mars 2009 à  14:57 :

        Je croyais que la BD était un Art... aucun doute du talent de théoricien de M.McCloud, mais appliquer une recette va un peu à l’encontre de la créativité. La science n’a de commun avec l’Art qu’elle demande de la rigueur et du travail. Appliquer une recette en sciences : a+b sera toujours égal à c. mais en BD ou n’importe quel autre Art.... je n’en suis pas du tout convaincue... me trompe-je ?
        Je trouve les différents ouvrages de Scott McCloud intéressants, mais à ne pas prendre comme "guide line", mais simplement comme une bonne base de conseils, ou une analyse de BD existantes, mais n’invente rien de nouveau.

        Répondre à ce message

    • Répondu le 1er avril 2009 à  09:59 :

      Avez vous pris la peine de lire les BD de scott mcloud ?
      Je parle bien de ses BD et non de ses livres sur la BD.
      Il est certes plus connu pour ses reflexions theoriques sur le 9eme art mais certaines de ses creations valent vraiment le detour.
      Jettez un oeil sur cette partie de son site web
      http://scottmccloud.com/1-webcomics/index.html
      , non seulement ses histoires tiennent la route mais il est le 1er auteur a s’etre preoccupe de leur confort de lecture sur un ecran de PC. Scott Mcloud est selon moi a la fois un brillant theoricien et un auteur de BD respectable. Nul besoin d’y voir les tendances d’un gourou, quand il prophetise a tout va, c’est qu’il s’emporte dans l’imaginaire de ce que pourrait devenir son medium favori, et ca, c’est son cote auteur plutot que theoricien.

      Répondre à ce message