Sfar interprète « Le petit prince » de Saint-Exupéry

5 juin 2008 0 commentaire
  • Ce sera l’attraction de la rentrée en Septembre : l’adaptation en bandes dessinées du « Petit prince » de Saint-Exupéry aux éditions Gallimard. Une bande dessinée que l’on pourra lire en avant-première dans Télérama du 25 juin au 20 août 2008.
Sfar interprète « Le petit prince » de Saint-Exupéry
L’album "Le Petit Prince" sort en septembre
Ed. Gallimard

« Mon grand-père, Gaston Gallimard, qui a publié Le Petit Prince avec les dessins d’Antoine de Saint-Exupéry, serait fier du travail réalisé par Joann Sfar  » déclare d’emblée Antoine Gallimard devant un Joann Sfar ému. Le symbole est fort : c’est l’adoubement d’un spadassin fougueux de la bande dessinée par un prince de la littérature.

Le patron de la maison Gallimard est sous le charme : Joann Sfar (il prononce : « John Sfar »), il adore, au point qu’il lui a confié la direction d’une collection au sein de sa maison, la collection Bayou, qui se retrouve chaque année parmi les nominés d’Angoulême, imposant Gallimard, également propriétaire de Futuropolis (en joint-venture avec Soleil) et de Denoël Graphic, comme l’un des éditeurs majeurs de la création de la bande dessinée d’aujourd’hui. Pour réussir son projet, il s’appuie sur les points forts de son catalogue littéraire, comme il l’avait fait naguère avec Etienne Robial et Futuropolis en confiant à Tardi la possibilité d’interpréter un autre des grands auteurs de la maison : Céline.

Aujourd’hui, c’est un mythe qui se trouve investi par un auteur de bande dessinée, ceci avec l’accord des ayant-droits : Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry, best-seller de la littérature enfantine avec 12 millions d’exemplaires vendus en France (300.000 s’y vendent encore chaque année), traduit en 230 langues et dialectes (dont le yiddish, ce qui doit ravir le dessinateur niçois), totalisant 80 millions d’exemplaires vendus pour environ 600 éditions distinctes.

JPEG - 33 ko
Antoine Gallimard et Joann Sfar hier, lors de la conférence de presse
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD).

De son côté, Sfar apprécie « le regard littéraire » que l’équipe de Gallimard porte sur son travail. Il rappelle combien pour lui Le Petit Prince est un mythe écrasant. Il est né à Nice, une ville sur laquelle l’avion de Saint-Exupéry tourna désespérément avant de disparaître mystérieusement dans la Méditerranée. Mais il souligne aussi sa filiation avec un Hugo Pratt, l’un de ses maîtres qui, avant lui, avait également rendu hommage à l’écrivain-aviateur dans le dernier album qu’il livra peu avant de mourir. « J’aime trop la mystique pour ne pas y voir un signe » dit l’auteur du Chat du Rabbin.

JPEG - 17.3 ko
Saint-Exupéry par Sfar
(C) Gallimard

Pour lui, Le Petit Prince est attaché à la disparition de sa mère lorsqu’il était enfant. La lecture que lui fit son grand-père lui permit de comprendre, au-delà de son phrasé cristallin, le sens de la perte d’un être cher. Ce phrasé qui, selon Joann Sfar, est le véritable enjeu d’une adaptation réussie. C’est le respect de la voix de l’auteur qui importe, dit-il, plus que la copie servile de l’œuvre originale. Si, selon lui, le Petit Prince est aussi son propre fils qui a, comme le héros de Saint-Ex sa blondeur des cheveux et ses yeux bleus, il s’est surtout attaché à redonner une présence à l’auteur. Il le représente viril, passablement bravache, dialoguant avec sa créature.

Une interprétation en tous points surprenante qui invite à relire un des plus beaux textes de la littérature française. Nous en reparlerons.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

"Le Petit Prince" paraît dans Télérama du 25 juin au 20 août 2008.

  Un commentaire ?