Spirou & Fantasio T52 : « La Face cachée du Z » – Par Yoann & Vehlmann – Dupuis

14 novembre 2011 8 commentaires
  • Pour leur deuxième album aux commandes des aventures de Spirou & Fantasio, Yoann et Vehlmann emmènent les héros des éditions Dupuis sur la Lune. En cette année où il n’y en a que pour Tintin, c’était plutôt gonflé d’aller faire de l’ombre au reporter à la houppe jusqu’à la face cachée du satellite terrestre. Résultat : un album pétillant, qui confirme les bonnes dispositions du duo.

Objectif Lune, c’est une vieille rengaine pour Zorglub. Le savant mégalomane avait déjà nourri le projet d’y installer le plus grand panneau publicitaire du monde (c’était dans l’album Z comme Zorglub, en 1959). Aujourd’hui, Zorglub, qui a repris du poil de la bête depuis l’affaire des Zorkons, cherche les partenaires adéquats pour sa prochaine conquête : le cosmos (oui, les rêves de grandeur ont toujours été son péché mignon).

Mais autres temps, autres mœurs, la Zorglonde ne suffit plus aux plans machiavéliques, de nos jours même les génies du mal doivent trouver des capitaux privés pour mener à bien leurs vils desseins. Fort de cette assise financière, le savant extravagant a construit un poste avancé pour sa future conquête spatiale. Sauf qu’il y a un revers à la médaille, plus exactement : il y a désormais sur la face cachée de la Lune un parc d’attractions pour milliardaires (pas le vulgus pecum : des traders sympas, des nouveaux riches sympas, des stars hollywoodiennes sympas et des mercenaires pas si sympas).

Dans ce temple de la débauche d’argent, Zorglub serre les dents. Tout dictateur qu’il soit, ce gaffeur maléfique est tout de même attaché à une certaine noblesse d’action. Pour s’assurer de la justesse de son projet, Zorglub embarque Spirou, Fantasio et Pacôme sur la Lune pour leur faire découvrir ses plans et d’une certaine manière obtenir leur aval...

Spirou & Fantasio T52 : « La Face cachée du Z » – Par Yoann & Vehlmann – Dupuis
Un extrait de "La Face cachée du Z"
© Yoann - Vehlmann - Dupuis

Avec l’argument du loisir ultra-luxe indécent (bien vu en ces temps d’austérité) et le retour du meilleur ennemi (extrêmement populaire auprès du public), Yoann et Vehlmann déroulent et continuent à installer petit à petit leur patte dans l’univers de la série.

Il y a dans « La Face cachée du Z » d’authentiques points forts : d’excellents seconds rôles (ce délicieux crétin tout en muscles de Poppy Bronco mérite un come-back), un design léché (Zorglub n’est pas du genre à meubler sa base spatiale chez Ikéa) et un petit côté iconoclaste (Spirou ne sort pas complètement indemne de l’aventure).

On pointera une petite faiblesse : une conclusion d’album rapide qui comme dans « Alerte aux Zorkons » ouvre la porte sur la prochaine aventure, mais laisse un léger goût de trop peu [1].

Il ne manque plus grand chose pour que Yoann & Vehlmann s’imposent définitivement comme les fils spirituels de Tome & Janry dans le registre de la comédie d’aventure grand public.

C’est en bonne voie.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • On pointera une petite faiblesse : une conclusion d’album rapide qui comme dans « Alerte aux Zorkons » ouvre la porte sur la prochaine aventure, mais laisse un léger goût de trop peu [1].

    Il ne manque plus grand chose pour que Yoann & Vehlmann s’imposent définitivement comme les fils spirituels de Tome & Janry dans le registre de la comédie d’aventure grand public.

    [1] La faute à une pagination réduite de 56 à 48 pages ?

    Peut-être aussi "la faute à" une politique commerciale des éditeurs et effectivement la volonté affichée de fonctionner comme une série TV avec une accroche dans une ’non-fin’ destinée à faire acheter l’épisode suivant. Une nouvelle version du suspens en bas de page dans le vieux journaux de BD ?...

    Répondre à ce message

  • Excellent !
    Bravo mais c’est pas encore le niveau de Tome et Janry côté dessin et scénario.
    Je suis persuadé que le prochain album sera meilleur

    Répondre à ce message

  • Depuis Tome et Janry tous ces albums Spirou ont généralement un bon début mais plus on avance vers la fin de l’aventure plus on a une fin baclée :
    Les auteurs d’aujourd’hui sont en manque d’inspiration.
    On a eu dans le tome 51 la transformation de Champignac et de ces animaux et maintenant c’est au tour de Spirou de se transformer en monstre.
    C’est désolant car je reste sur le fin à chaque album.

    Répondre à ce message

  • J’aimerais bien être aussi positif sur cet album, et je suis surpris de la clémence de cette critique.
    Les dix premières planches sont prometteuses, puis l’histoire se met à pédaler dans la choucroute et perd le rythme. Je l’ai lue en pré-pub’ dans Spirou, puis j’ai lu l’album d’une traite en espérant que le récit avait été désavantagé par le "tronçonnage" dans le magazine. Peine perdue. Une histoire qui se laisse lire, sans plus, avec un graphisme en deça de ce que Yoann peut offrir. D’autant plus déçu que j’aime beaucoup ce que font les auteurs par ailleurs ...
    On est encore loin de Tome et Janry.

    Répondre à ce message

  • Pour ma part je dirais que cet album est plus que médiocre. Le dessin est très irrégulier, les couleurs affreuses (eh oui je regrette les couleurs de Stuf), et le scénario est vide sans aucune consistance. Une belle arnaque cet album et que l’on ne me dise pas que Yoann et Velhamnn sont les fils spirituels de Tome et Janry. Parce que c’est faux. Le spirou de Tome et Janry avait une âme. Les albums précédents à Machine Qui Rêve respectait un esprit franquiniste. Quand à l’album Machine Qui Rêve il y a avait toujours cette âme de Spirou même si l’album à l’époque a été très longuement critiqué. Et aujourd’hui quand vous lisez les planches en exclu de Zorglub à Cuba dans un spécial numéro de Spirou Mag "come back ils sont de retour", vous êtes sur le choc. Les planches de Janry sont sublimes, les couleurs très chaleureuses et une entrée en la matière façon Tome de Zorglub en très vilain absolument extraordinaire. Les albums de Yoann et Velhmann sont très loin de tout çà et ne sont que très décevant. A éviter donc sauf si vous voulez dépenser de l’argent inutilement....

    Répondre à ce message

    • Répondu le 16 novembre 2011 à  10:48 :

      C’est dur d’être au niveau de Tome & Janry.

      Répondre à ce message

  • Un album poussif et décousu à mon sens ! Il ne suffit pas de mettre en scène Zorglub pour que l’intrigue tienne la route et là, on reste sur sa faim... le scénario est faible, les personnages secondaires grotesques et le pauvre Spirou se transforme... en Spirou-garou... bref, sauf à avoir toute la collection et à vouloir la compléter (ce qui est mon cas), passez votre chemin amis bédéphiles !

    Répondre à ce message