"SuperMutant Magic Academy" de Jillian Tamaki : les mutants sont des ados comme les autres

8 novembre 2017 0 commentaire
  • Si l'adolescence est l'âge des mutations, tous les ados sont-ils pour autant des mutants ? Ceux de Jillian Tamaki, certainement. La dessinatrice nous raconte d'ailleurs leur quotidien à la "SuperMutant Magic Academy". Une vision fine et décalée de cet âge des possibles.

Gemma, Wendy, Marsha, Cheddar, Trixie, Frances, Trevor et leurs camarades sont des adolescents comme les autres. Ils ont leurs qualités et leurs défauts, leurs envies et leurs déprimes, leurs convictions et leurs renoncements. Ils s’interrogent sur leur place en ce bas monde et, d’abord, sur leur vie à la "SuperMutant Magic Academy".

"SuperMutant Magic Academy" de Jillian Tamaki : les mutants sont des ados comme les autres
SuperMutant Magic Academy © Jillian Tamaki / Denoël Graphic 2017

Le curieux nom de leur école révèle leur particularité. Atteints de mutations - physiques, intellectuelles, sensorielles... - leur conférant souvent une sorte de pouvoir, ils étudient bien des disciplines communes, mais aussi d’autres qui le sont moins, comme la magie ou le vol en balai ! Cette "SuperMutant Magic Academy" est donc cousine à la fois de Poudlard, l’Ecole des Sorciers d’Harry Potter inventée par J. K. Rowling, et de l’Institut Xavier des X-Men, imaginé par Stan Lee et Jack Kirby.

Il n’est cependant que peu question de magie et de super-pouvoirs dans le livre de Jillian Tamaki, intitulé lui aussi SuperMutant Magic Academy. Il y a bien quelques coups de baguette magique et une poignée de situations influencées par les mutations des personnages, mais ce n’est pas le cœur de cet ouvrage. Les ados mutants ne partent d’ailleurs jamais en lutte contre un quelconque grand méchant ni même se lancent dans une quête, fut-elle initiatique.

Jillian Tamaki met en images des adolescents finalement "ordinaires". Mis à part le Garçon éternel, qui passe son temps à se disloquer, à fondre et à s’éparpiller avant de renaître encore et toujours, les autres protagonistes sont d’abord préoccupés par leur quotidien. Et la dessinatrice canadienne excelle dans la représentation, simple et sensible, de ces préoccupations. Mettant l’accent tantôt sur l’absurdité des situations, tantôt sur leur rudesse, elle décrit avec humour et empathie les émois de son groupe d’adolescents.

SuperMutant Magic Academy © Jillian Tamaki / Denoël Graphic 2017

Jillian Tamaki, connue en Europe pour Skim (Casterman, 2008) et Cet été-là (Rue de Sèvres, 2014), deux ouvrages écrits par sa cousine Maiko Tamaki, a été plusieurs fois récompensée en Amérique du Nord : Prix Ignatz, Eisner... Notamment pour SuperMutantMagic Academy, édité par Drawn & Quarterly dès 2015. Son livre édité par Denoël Graphic [1] est une reprise augmentée de son blog lui aussi nommé SuperMutanatMagic Academy. et que la dessinatrice a tenu pendant quatre ans.

Le résultat en est un volume de presque 300 pages, dont les anecdotes - sauf les toutes dernières - sont indépendantes mais supportent aisément une lecture d’une traite. Au fur et à mesure de son écriture, Jillian Tamaki construit des personnages touchants, aux personnalités marquées et capables d’évolution, et pas seulement de mutations ! Leurs relations se renforcent au fil des pages, donnant une vraisemblance inattendue à cette "académie" hors du commun.

Le trait de Jillian Tamaki va à l’essentiel, comme il sied à un webcomic. Souvent épais, il se fait parfois très précis et transcrit avec justesse les émotions des personnages. Parfois souple, parfois tremblé, son dessin est toujours dynamique. Quelques touches de couleur viennent rehausser un noir et blanc sobre, rarement complété de gris.

Pouvoirs et mutations, s’ils sont de temps à autre prétexte à confusion ou malentendu, voire à quelques passages poétiques, demeurent une toile de fond. L’essentiel réside dans la subtilité de la représentation de l’adolescence proposée par Jillian Tamaki. Resserrant peu à peu ses histoires sur un petit nombre de personnages, la dessinatrice les accompagne dans leur avancée vers l’âge adulte, nous donnant ainsi l’occasion d’admirer sa finesse psychologique comme graphique.

SuperMutant Magic Academy © Jillian Tamaki / Denoël Graphic 2017

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

SuperMutant Magic Academy - Par Jillian Tamaki - Denoël Graphic - traduit de l’anglais (Canada) par Lili Sztajn - 280 pages en noir & blanc - 15,8 x 21,5 cm - broché cousu sous jaquette - parution le 2 octobre 2017 - commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC.

Consulter le site de l’autrice & son tumblr, ainsi que son blog à l’origine de l’ouvrage.

Lire également sur ActuaBD :
- Skim - Par Mariko & Jillian Tamaki - Casterman
- Cet Été-là - Par Mariko et Jillian Tamaki – Éditions Rue de Sèvres

[1Qui n’est cependant pas son ouvrage le plus récent, puisque Jillian Tamaki a publié Boundless en 2017, toujours chez Drawn & Quarterly.

  Un commentaire ?