Timing, tome 1/3 - par Kang Full - Casterman Hanguk

1er juillet 2008 0 commentaire
  • Dans la veine de {Heroes}, des anonymes découvrent qu'ils sont détenteurs de pouvoirs liés au temps qui passe : ils peuvent le prédire, l'arrêter, voire le remonter, mais seront-ils ensemble assez audacieux pour empêcher le terrible drame qui se prépare ?

Sous un paravent fantastique, un somptueux thriller psychologique par un auteur en passe de devenir un maître du genre.

Dans un quotidien coréen on ne peut plus routinier, nous faisons connaissance avec les principaux protagonistes, qui entretiennent un lien direct avec la trame même du temps. Un lycéen possède en effet le don de suspendre le cours des choses, un travailleur en col blanc a le don de faire pouvoir revenir 10 secondes en arrière, une employée de fast-food peut prédire l’avenir dans les 10 minutes à venir. Enfin, une enseignante fait des rêves prémonitoires. Des vagues de suicides inexpliqués frappent le lycée où cette dernière enseigne l’anglais. Elle décide de partir à la recherche d’autres détenteurs d’un pouvoir semblable au sien, pour ensemble, espère-t-elle, tenter de mettre un terme au drame. Ils trouvent bientôt un allié inespéré en la personne de l’inspecteur qui communique avec les fantômes. Et si tout ceci était un complot minutieusement préparé par un ennemi invisible ? Angoisse, peur, et manipulation mentale sont au programme de cet haletant thriller.

Timing, tome 1/3 - par Kang Full - Casterman Hanguk
Peut-on modifier le passé ?

Après l’Idiot qui nous avait tant touché, Kang Full reprend un thème plus fantastique, dans la veine de son précédent Appartement, et dont on retrouve d’ailleurs le personnage-phare de l’inspecteur psychopompe.

Le second tome

L’auteur utilise un schéma qui lui est cher : détailler diverses séquences afin de mieux pouvoir les entremêler en variant les angles de vues, en multipliant les flashes-backs et les hypothèses. Dans ce registre, les pouvoirs de ses ’héros’ tombent à point nommé pour illustrer son talent de conteur. Certes, ce premier tome de personnages normaux dotés de pouvoirs paranormaux n’aborde que les premières couches de l’intrigue, mais ces prémices sont suffisamment accrocheuses pour vous en conseiller la lecture.

Avec un dessin à la fois simpliste et très rapidement assimilable qui plonge rapidement le lecteur dans son univers intimiste, Kang Full aborde une large palettes de sentiments humains tels que la solitude, l’incompréhension, les jardins secrets du tout-un-chacun, le désir de l’autre, et la relation au combat du bien et du mal. On transcende donc rapidement le surnaturel pour se re-pencher avec beaucoup de psychologie sur l’âme humaine. Un début prometteur !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?